Histoire vécue Psychologie > Viols - Abus sexuels      (1070 témoignages)

Préc.

Suiv.

Attouchements d'un père sur ses filles

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 4788 lectures | ratingStar_43732_1ratingStar_43732_2ratingStar_43732_3ratingStar_43732_4

Bonsoir,

Je suis tres contente de voir qu enfin de telles emissions existent afin de mettre la lumière sur ce des enfants et les parents protecteurs vivent.

Merci.

Je souhaite apporter mon temoignage mais je représente 17 mamans et papas qui nous battons contre l injustice qui cause de très gros dégâts sur nos enfants mais aussi notre entourage qui craque.

En tant que maman de L et E, je me permets de vous soumettre le drame que mes  enfants vivent aujourd'hui : une affaire de la plus grande gravité à savoir des attouchements répétés sur L de 5 ans et sa soeur E de 3 ans, selon de nombreuses attestations parmi lesquelles le CHU, une psychologue clinicienne,… exercés par celui que L et E décrivent comme leur agresseur : le père  

Hélas,  toutes les procédures entamées par le père et qui ont donné lieu à des jugements des tribunaux de V et de A ont été à l'encontre de la sécurité des enfants.

J'ai été condamnée à deux reprises en correctionnelle pour non-représentation d'enfants au père, alors que le père ne venait pas chercher les enfants et que en plus figurait au dossier une attestation d'un médecin, qui signalait déjà que le père des enfants présentait un danger pour la sécurité physique des enfants et ce, dès le 20 Janvier 2003  

Le 20 Octobre 2003, une psychologue, après avoir reçu et entendu à diverses reprises L et E, attestait que :

1E a effectivement subi des attouchements sexuels,

2L a effectivement subi un grave traumatisme probablement d'origine sexuelle  

 

 

Le 9 Avril 2004 une autre professionnelle psychologue (CHU urgences pédiatriques) relate les comportements et allégations des enfants  

Les termes employés par L, éloquents et terrifiants, ont par la suite été confirmés par diverses autres attestations, à savoir :

2L : "Je t'ai dit une fois (le 10/10/03) : il m'a mis le zizi dans les fesses, il m'a tapé, à chaque fois …" .

Ces affirmations et attestations de professionnels ont été mises en cause, voire qualifiées de "complaisantes" par certains magistrats et des "experts" .

Pourtant, des soupçons ont été retenus par ces derniers puisqu'un droit de visite a été accordé au père sous surveillance du 28 Février au 9 Mai 2004.

Néanmoins, en Juillet 2004, les droits "normaux" ont été rétablis pour le père : les "experts" taxent la maman de femme "fragile" et les enfants de dépressifs par la faute de leur mère (?). (d'autres pédopsychiatres et experts auprès des tribunaux contredit ce rapport).

Pourtant au dossier figure un rapport d'un expert auprès des tribunaux le Professeur  en date du 26 Juin 2004, confirmé le 15 Octobre 2004, attestant de ma parfaite santé morale et psychologique après m'avoir vue plus d'une quarantaine d'heures, ce médecin ayant eu connaissance des "expertises" soulève pourtant en parlant de la maman : "sa personnalité n'est pas une entrave à une éducation juste de ses enfants, et note en parlant du père "et s'il n'est pas établi que le père serait porteur de troubles psychiques grave tels que la perversion" , s'appuyant sur le fait de divers actions, notamment un abonnement à une revue perverse fait par le père, en imitant ma signature  

Toutefois c'est sans doute pour cette raison de soit disante "fragilité" et en "oubliant" de parler du père, qu'en date du 6 Octobre 2004, prétextant à tort que la maman n'avait pas porté plainte (une plainte avec constitution de partie civile a été déposé le 19.10.03) , la Cour d'Appel de Grenoble, en sa chambre des urgences, a transféré la garde habituelle de ces enfants au père,  à compter du 23 octobre 2004.

 

Le 3 novembre 2004, les enfants se confiaient encore à une dame qui a déposé à la gendarmerie. Et elle dira : "Il ne leur a pas fallu très longtemps pour que chacun d'eux s'exprime et c'est mots pour mots qu'il m'est à mon tour, donné de relater leurs confidences, recueillies sans aucune influence de ma part, étant personnellement tout à fait neutre dans cette affaire :

3L (5 ans) : "Papa fait grossir son zizi et il me le met dans les fesses et ça me fait mal, et il me donne des gifles. Papa me tire sur le zizi et il le lâche et il me tape" .

4E (3 ans et demi) : "Papa me donne des gifles, il m'ouvre la bouche et me fait pipi dans la bouche et je vais cracher aux wc. Papa me touche la zézette et il sent son doigt (E porte alors son doigt sous son nez") .

5Puis L de rajouter : "Il fait ça tous les jours et même la nuit : il me réveille" .

Durant tout le temps de notre entretien, L et E ont manifesté des comportements répétés de grande agitation."

Ils se sont plaints auprès d'un membre du corps médical qui est allé en témoigner auprès des services de gendarmerie.

 

J'ai été obligée sous peine de prison de remettre mes enfants, la justice m'ayant octroyé seulement un droit de visite du samedi après l'école au dimanche à 18 h, un week end sur deux.  

 

La justice a  sciemment décidé malgré toutes les attestations, de confier la garde habituelle de ces enfants à leur père arrachant les petits à leur maman qui n'essaie que de protéger ses enfants.  Des enfants certainement agressés, et de plus arrachés à leur milieu de vie où ils étaient heureux auprès de leur maman, alors qu'une instruction est en cours, qu'une plainte a été déposée le 19 octobre 2003, et que les enfants n'ont toujours pas été entendus par la justice, soit plus d'un an après.

 

En décembre 2005, j'ai été entendu plus de 4h50 par le juge d'Instruction.

Mais depuis cette date pas de nouvelles et mes enfants sont psychologiquement mal et les révélations continues.

Mes enfants outre les abus sexuels et les coups physiques porter sur leur personne me rapportent des faits que le père les laisse seuls pour aller acheter le pain ou lorsqu'un des deux enfants est malade il n'hésite pas a laisser l autre enfants seul à la maison.  

Où quand Lucie est malade et que le père a un rendez-vous, ma fille me disait : "papa est parti, je devais faire la sieste dans son lit et je n'avais pas le droit de bouger."

 
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


43732
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Alcool, insistance... viol? - viol et abus sexuels

image

@jesuislunedelle : Citation : ce que tu as vécu est banal dans le sens où ça arrive à beaucoup de personnes. Beaucoup trop d'ailleurs… Je connais plusieurs personnes ayant vécues des faits similaires, mais en ce qui les concerne elles ont...Lire la suite

Temoignage - un an apres je vous donne de l'espoir - - viol et abus sexuels

image

Je ne sais pas cmt tu as fait pour te reconstruire en un an… personnellement tout m'est revenu dans la gueule il y a peu et pendant 4 ans je faisais comme si de rien n'était… j'en ai parlé 4 mois après mon viol j'ai voulu porter plainte ms le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages