Histoire vécue Psychologie > Viols - Abus sexuels      (1070 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je suis tombée amoureuse de mon agresseur

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 6981 lectures | ratingStar_123034_1ratingStar_123034_2ratingStar_123034_3ratingStar_123034_4

Tout commence par un beau jour d'été, comme toutes les petites filles de six ans, je joue dans la cour de la résidence avec ma voisine d'un an mon aîné. Un de nos voisins d'une quarantaine d'année sort de chez lui (sûrement a-t-il entendu nos cri, nos rire, notre incoussiance ? ) puis s'approche de nous, s'agenouille au près de moi et me demande de lui raconter une histoire (je ne sais plus laquelle mais c'était avec le chien "Lassie). Je me sens bien, je souris, je ris même, je me sens exister… Mais petit à petit, il se rapproche de moi, tout près de moi… je sens comme un malaise mais ne sais lequel… Je regarde ce monsieur, il me sourit, je lui sourit, puis il commence à me caresser avec tendresse la jambe, puis monte tout doucement, toujours avec cette tendresse, jusqu'à atteindre ma culotte. Là je ressents… je ne sais pas, c'est bizarre, ça me chatouille et me fais rire. Il sourit. Je regarde ma copine mais elle ne rit pas, je sens comme un malaise, elle veut partir, me fais des signes, je sens que quelque chose ne va pas… Le reste je ne m'en souviens pas mais je sais qu'à ce jour mon insouciance s'est envolée, ma vie à basculée… Les années passent et me voilà au collège, à l'âge des premiers bisous, des premiers amours, des premières sorties, l'alcool, la drogue, les garçons… les premières expériences sexuelles. J'ai bu, j'ai fumé, j'ai la tête qui tourne, je me sens mal, et là, je sens une main qui commence à me caresser la poitrine, le ventre, puis des lèvres qui m'embrassent. Il fait noir, je ne sais pas qui est là. J'ai peur, je me sens abusée, poussée par quelque chose qui me dit que c'est normal, et puis qu' au fond, c'est comme ça et pour ça qu'on m'aimera, je ne veux pas mais je dois le faire, je ne peux pas refuser, s'il me touche c'est qu'il m'aime, je n'ai pas le droit de refuser, je veux tellement qu'on fasse attention à moi et être aimée… Alors je fais ce qu'il me demande, crispée et honteuse… je m'y prend très mal, je ne connais pas, j'ai peur. Je cours sous la douche, je pleurs, me sens tellement seule, tellement honteuse, je me dégoute. Ce garçon je l'ai vu plusieurs fois et à chaques fois, je me devais de le caresser et de me laisser faire, mais toujours ce malêtre, cette honte qui m'envahissent. Je ressentais des agressions au quotidien par des regards, des mots et parfois même des gestes venant d'hommes de tous âges. Je ressentais leur perverssion et étais alors perverssis à mon tour.Je m'étais persuadée que je ne servais qu'à " ça " , que les hommes ne voulaient que " ça " et que d'une certaine façon " ils faisaient attention à moi, m'aimaient ", je me sentais exister. S'enchaine alors ce tourbillon infernal qui se répète encore et encore ; mais quand est-ce que tout va s'arrêter ? Puis arrive l'été, j'ai 15 ans et pars pour la 1re fois en vacances avec les parents d'une copine. Un soir, nous sortons toutes les trois, nous sommes eufforiques.Nous rencontrons un groupe de jeunes, nous discutons, je bois, je fume puis nous rencontrons trois garçon un peu plus vieux que nous. Nous discutons un peu et l'un deux m'emmène dans un coin tranquil et m'embrasse sauvagement, me caresse, j'ai peur mais ne dis rien… Il décide de m'emmener dans sa tente. Il me sens rétissante alors me fais fumer et prépare un bang. Je me sens très mal, la tête qui tourne, j'ai besoin de m'allonger… Je sens son corp lourd, très lourd sur moi, il bouge, remue son bassin, moi j'étouffe et ne comprend pas ce qui se passe… Il enlève mon pantalon, ma culotte, mon coeur bas très fort, je ne comprend pas ce qu'il fait, il est brutal, me tiens les mains fort, je n'ai pas la force… Je commence à comprendre et lui demande d'arréter. Il continu. Je lui dis : " non, non, fais pas ça, je ne veux pas, non " , j'essais de me débattre, de lui faire mal en resserrant mes jambes le plus fort possible, mais il est trop tard… Je ressens alors une douleur atroce, j'ai l'impression qu'il m' arrache tout le bas ventre… une terrible souffrance… je réalise ce qu'il c'est passé, je suis effondrée, j'ai mal, très mal, je saigne, beaucoup, il y en a partout. Je me sens sale, souillée et honteuse, je culpabilise. Je cours trouver les douches communes, et là toujours la même douleur qui résonne dans tout mon corp, j'ai le souffle coupé, je suis envahie par cette odeur, et tout ce sang, je suis terrifiée, j'ai mal, je me sens humiliée, j'ai envie de vomir. Mais ce garçon m'a dit " je t'aime ". Aucun homme ne me l'avait dit… alors je suis restée avec lui. Puis je suis tombée amoureuse, amoureuse de mon agresseur. Il m'a forcée plusieurs fois jusqu'à en saigner, mais c'est ça l'amour, c'est comme ça que ça doit ce passer, il est le seul à m'aimer alors je dois l'accepter. Puis il est parti en prison, j'étais anéantie, le seul qui à m'a aimé, qui à bravé tous les interdits, qui a tout fait pour moi, m'est retiré… Je suis dans l'incompréhention totale. Puis je grandit, évolue et réalise que non, ce n'est pas ça l'amour, et là, dépression, thérapie, mais je ne vais pas mieux… Je quitte Paris et m'installe sur la côte d'azur 2 ans plus tard. Et là, même genre de rencontres, la même histoire qui se répète encore et encore… Les hommes me désirent, fantasment, je les séduits et me transforme en objet, en objet de plaisir… A ces moments là, je ne suis plus moi, courant après cet amour et réalisant leurs moindres désirs. De toutes façons, ils feront ce qu'ils voudront de moi alors autant me laisser faire, je me résigne, je ne veux plus avoir peur, honte, mal… Et pourtant, toujours cette honte, ce dégoût, cette douleur… Aujourd'hui, j'ai 23 ans, j'ai pris du recul, je me sens plus forte, plus vivante, j'ai la rage de réussir, de faire quelque chose de ma vie, de m'en sortir. J'ai arrêté les thérapies, les antidépresseurs et les calmants après une tentative de suicide il y a 5 mois. Je souffre toujours, mais plus par mon passé. L'indifférence, la méchanceté, le vice des hommes, de l'être humain, me répugnent. Mais je ne vais pas me laisser abattre pour autant, prouver à tout le monde que l'on peut réussir et être quelqu'un de bien, être heureux tout simplement, en se contentant de petites choses au quotidien, d'un geste, d'une parole, mais surtout donner de l'amour, l'amour et la tendresse que tout le monde mérite. C'est ça la vie, c'est ça ma vie, aider, protéger, et aimer chaque personne qui croisera mon chemin, parce que tout le monde ne parle pas mais tout le monde à une histoire à raconter… une souffrance à crier… un coeur à soulager… Aujourd'hui je suis seraine et apaisée, je n'ai plus cette rage qui m'envahit…
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


123034
b
Moi aussi !
5 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Alcool, insistance... viol? - viol et abus sexuels

image

@jesuislunedelle : Citation : ce que tu as vécu est banal dans le sens où ça arrive à beaucoup de personnes. Beaucoup trop d'ailleurs… Je connais plusieurs personnes ayant vécues des faits similaires, mais en ce qui les concerne elles ont...Lire la suite

Temoignage - un an apres je vous donne de l'espoir - - viol et abus sexuels

image

Je ne sais pas cmt tu as fait pour te reconstruire en un an… personnellement tout m'est revenu dans la gueule il y a peu et pendant 4 ans je faisais comme si de rien n'était… j'en ai parlé 4 mois après mon viol j'ai voulu porter plainte ms le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages