Histoire vécue Psychologie > Viols - Abus sexuels      (1070 témoignages)

Préc.

Suiv.

La nudité

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr - 21/03/10 | Mis en ligne le 14/05/12
Mail  
| 487 lectures | ratingStar_254834_1ratingStar_254834_2ratingStar_254834_3ratingStar_254834_4
Oui, enfin, ce que tu appelle "se maîtriser", c'est en réalité être plus soumis aux lois de la société. Et être moins capable de les enfreindre. C'est pas avoir plus de pouvoir sur nous même. C'est même plutôt le contraire ^^ Avoir plus de pouvoir, c'est pouvoir plus faire ce qu'on veux. C'est pas mieux se conformer aux standards et aux lois que la société aimerait qu'on ai. Sinon, pour ce qui est de l'obsession et de la perversité, diminuée par les vêtements, je comprend ton point de vu. Mais personnellement, je crois plutôt le contraire. (mais c'est une question de croyance. Impossible de trancher rationnellement). Je pense que c'est précisément de cacher ou de contraindre l'acte sexuel qui conduit à l'obsession. Idem, pour moi, l'acte pervers n'est pas l'acte sexuel (même dans la rue ) , c'est précisément quand cet acte est détourné sur autre chose. C'est quand il ne devient plus naturel que la perversion intervient. Dans ce sens, les vêtements, les décolletés, ou la pudeur, ou le fait de ne faire l'amour que dans un lit et chez sois, sont des perversions. (agréable le plus souvent ^^ augmenter le désir plutôt que de le combler tout de suite, c'est une perversion.). Le pervers, c'est quelqu'un de très fortement contrains par des règles. (c'est d'ailleurs pour ça que les prêtres y sont souvent plus sensible). É mon avis, les vêtements augmentent l'obsession, et la perversité. C'est la face obscure du pouvoir offert par les vêtements. Les femmes ont plus de pouvoir sur les hommes grâce à ça, mais en contrepartie naturelle, les hommes sont plus obsédés, et développent des comportements pervers pour tenter de faire une synthèse entre les contradictions des règles sociales et les envies naturelles. Peut être justement parce que, dans ce cas, le viol n'a pas été fait ^^ Je suis plutôt d'accord avec elle. Les vêtements rendent plus difficile et beaucoup plus clair le viol. Ça conforte mon idée qu'un des rôles des vêtements est de pouvoir montrer clairement la volonté (ou l'absence de volonté) des femmes vis à vis de l'acte sexuel. La lutte contre le viol, ainsi que toutes les loi du mariage et les théories de "l'ame sœur" (comme quoi on n'en aurait qu'une) et des couples classiques à deux ont surtout été développée pour des questions de succession, et de pouvoir sur les enfants (qui assurent la retraite des ancêtres.). Il faut pouvoir être sûr que l'enfant vient bien de tel père. Que c'est à lui qu'il doit la vie, et donc que c'est "normal" qu'il trime et assure le bien être de son père quand il devient trop vieux pour assurer lui même sa propre survie. Ces lois ont été faites par des hommes (et souvent à l'encontre des femmes) principalement parce que l'homme est facultatif dans la reproduction. Ou quasi. (ce qui crée une angoisse d'infériorité aux hommes d'ailleurs, en général). C'est d'ailleurs précisément à cause de cette "facultativité" que c'est les hommes qu'on envoient à la guerre (ou chasser à une autre époque). L'enfant, on sait qu'il vient de la mère. Le rôle de l'homme est tellement éloigné que pour prétendre avoir un pouvoir quelconque sur les enfants, (et pas le laisser uniquement aux femmes, c'est à dire tomber dans une société matriarcale où les hommes n'auraient plus aucun pouvoir et ne seraient plus que de la chaire à canon) il devient nécessaire qu'ils puisse assurer de leur paternité sur leur enfants. D'où l'interdiction des viols, et le renforcement au maximum des notions de famille et donc de couple. La religion intervient bien après tout ça, pour donner une sorte de "justification" supérieure à la chose. Pour la sacraliser. Dans notre culture. Si on avait été plongé dans une autre culture, nos comportement serait très différents, et ça pourrait très bien nous être parfaitement naturel de violer. (et ça semblerai tout autant naturel aux femmes elles même d'ailleurs.). Le traumatisme psychologique du viol provient bien plus de notre culture et du décalage qu'à cet acte vis à vis de la "normalité" que de l'acte en lui même. Les femmes des cultures où le viol est naturel ne sont pas traumatisées par ces expériences, elles passent un "mauvais quart d'heure", mais ça s'arrête là. Elles n'ont pas conscience que ça n'est pas "normal", et de fait, c'est normal pour elles, donc il n'y a aucune raison d'être traumatisé. C'est le fait de prendre conscience de l'annormalité de la situation, c'est à dire, c'est le fait de changer de culture et de référence de ce qui est "normal" qui crée le traumatisme. (Sinon, je pense que c'est normal qu'on parle du viol, puisque le problème sous-jascent est une question de sexualité, et de pouvoir des hommes sur les femmes ou de femmes sur les hommes.). Ce message a été modifié par Titsta - 21 mars 2010 - 02:34.
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


254834
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Alcool, insistance... viol? - viol et abus sexuels

image

@jesuislunedelle : Citation : ce que tu as vécu est banal dans le sens où ça arrive à beaucoup de personnes. Beaucoup trop d'ailleurs… Je connais plusieurs personnes ayant vécues des faits similaires, mais en ce qui les concerne elles ont...Lire la suite

Temoignage - un an apres je vous donne de l'espoir - - viol et abus sexuels

image

Je ne sais pas cmt tu as fait pour te reconstruire en un an… personnellement tout m'est revenu dans la gueule il y a peu et pendant 4 ans je faisais comme si de rien n'était… j'en ai parlé 4 mois après mon viol j'ai voulu porter plainte ms le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages