Histoire vécue Psychologie > Viols - Abus sexuels      (1070 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma fille de 16 ans a inventé avoir été violée

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 1787 lectures | ratingStar_229968_1ratingStar_229968_2ratingStar_229968_3ratingStar_229968_4
Depuis mon message d'il y a un an, ma fille va de plus en plus mal : L'enquête de la gendarmerie sur le viol dont elle avait dit avoir été la victime a démontré qu'il s'agissait d'un mensonge. Qu'est-ce qui l'a motivée ? Nous n'avons pas réussi à le savoir, le pédo-psy non plus... Elle a fait plusieurs fugues de 2 à 3 jours, où là aussi la gendarmerie est intervenu. Nous avons même été convoqués par la cellule éducative du ministère de la justice... Elle a également eu des relations sexuelles fréquentes avec de nombreux partenaires différents (ce qu'elle regrette amèrement aujourd'hui), dont au moins une non protégée avec IVG à la clé. Depuis cette IVG, il faut dire qu'il y a eu un changement dans son comportement, comme si un déclic sérieux avait enfin eu lieu, mais je me demande si tout cela n'est pas simplement une façade. Je voudrais mentionner aussi qu'elle s'est souvent scarifiée, chose qu'elle ne fait a priori plus depuis quelque temps. Mon mari et moi-même avons décidé de l'envoyer 2 mois à l'étranger cet été, en cours de langues, pour la changer d'air, de lui "ouvrir l'esprit", de lui montrer qu'on lui fait confiance (malgré tout), pour l'aider à devenir autonome. Et aussi pour l'éloigner un peu de l'environnement familial, où elle se sent apparemment à l'étroit. Or, si tout s'est bien passé les premiers temps, lors de cette dernière semaine d'absence (elle rentre demain) il y a eu un événement grave : elle a volé beaucoup d'argent à une jeune étudiante séjournant dans la même famille. Nous avons immédiatement remboursé cette somme (près de 400 euros...), et nous sommes mis d'accord avec la famille d'accueil de lui confisquer tout ce qu'elle avait acheté avec cet argent (vêtements principalement). A cette occasion, on nous a fait part du comportement de notre fille : non-respect de règles très simples de la vie quotidienne, et surtout beaucoup de vols de petits objets (jusqu'à dans la table de chevet des "parents" !), propos choquants (je suppose de connotation sexuelle) sur des sites de tchat... On nous a conseillé de faire suivre notre fille par un psy, ce comportement étant certainement un appel au secours. Notre fille m'a écrit par mail, me demandant de la pardonner, et expliquant qu'elle allait très mal, que les amis qu'elle s'était fait étaient repartis, qu'elle se sentait très seule et déprimée. Que ce mal-être dure depuis des années, qu'elle a besoin d'aide - non pas d'un psy, mais de moi, de nous, et ce malgré le fait qu'elle nous a toujours dit qu'elle ne voulait pas qu'on l'aide. Seulement, je ne sais pas quoi faire !! Nous nous occupons d'elle, nous sommes présents, à l'écoute : trop peut-être ? sûrement pas de la façon dont elle l'entend... Depuis plusieurs années, elle a été suivie par des psys, sans succès. Souvent, j'ai eu l'impression que les problèmes de ma fille ont été minimisés. Le problème est qu'elle ne parle pas, ni à moi, ni à son père, ni aux psys. Alors quoi faire ? Mardi, elle part en internat - décision longuement mûrie, pesée, mais cela nous a semblé la meilleure solution pour l'aider à gagner l'autonomie dont elle semble avoir besoin, dans un cadre stricte, ce dont elle a sûrement besoin. Mais vu ce qui s'est passé à l'étranger, j'ai très peur qu'elle recommence, qu'elle vole ses camarades, qu'elle ne respecte pas le cadre de vie des autres, et que par conséquent, elle ne puisse pas être maintenue dans cet internat ! J'ai très peur aussi de la laisser partir là-bas sans avoir le temps matériel de m'occuper d'elle d'abord, de la faire suivre, de l'aider. A mon avis, elle aurait besoin d'un suivi psychologique, voire psychiatrique, sérieux. A mon avis, elle est sujette à des "pétages de plomb", une sorte de changement de comportement soudain, où toutes les barrières sautent, où elle n'a plus aucune notion de bien ni de mal, où elle ne pense qu'à la satisfaction immédiate d'un besoin, d'une envie, et absolument pas aux conséquences de ses actes, ni au mal qu'elle peut faire aux autres. Que se passe-t-il dans sa tête à ces moments-là ? Comment prévenir ces "crises" ? Pourquoi part-elle "en vrille" comme nous l'appellons entre nous ? Aidez-moi, donnez moi votre avis. Comment pouvons-nous l'aider, à qui nous adresser ? Où trouver de l'aide ?!
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


229968
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Alcool, insistance... viol? - viol et abus sexuels

image

@jesuislunedelle : Citation : ce que tu as vécu est banal dans le sens où ça arrive à beaucoup de personnes. Beaucoup trop d'ailleurs… Je connais plusieurs personnes ayant vécues des faits similaires, mais en ce qui les concerne elles ont...Lire la suite

Temoignage - un an apres je vous donne de l'espoir - - viol et abus sexuels

image

Je ne sais pas cmt tu as fait pour te reconstruire en un an… personnellement tout m'est revenu dans la gueule il y a peu et pendant 4 ans je faisais comme si de rien n'était… j'en ai parlé 4 mois après mon viol j'ai voulu porter plainte ms le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages