Histoire vécue Psychologie > Viols - Abus sexuels      (1070 témoignages)

Préc.

Suiv.

Témoignage : je suis tombée dans les pièges du GHB (drogue du violeur)

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 17283 lectures | ratingStar_99343_1ratingStar_99343_2ratingStar_99343_3ratingStar_99343_4

Si je me suis décidée à raconter l'évènement qui est venu bouleverser ma vie, ce n'est guère pour déclencher quelque vague de pitié, ni même quelque forme de compassion…non !

J'espère, par le biais de mon récit, faire prendre conscience à un maximum de personnes que le danger est partout et qu'en aiguisant leur méfiance je pourrai peut être contribuer à éviter (ne serait ce qu' à une personne) de tomber dans les pièges du GHB…

Oui, on entend parler de personnes qui lors de soirées se voient à leur dépens verser quelque forme de drogue que ce soit dans leur boisson (rohypnol, benzodiazépine, GHB) … oui on sait que ces drogues ont pour finalité de mettre la victime dans un état second en vue le plus souvent d'abuser d'elle physiquement par la suite…Oui on a tous, ou presque tous reçus des mails ou lu des articles racontant l'histoire de ces victimes et nous mettant en garde contre ces pratiques inconcevables mais néanmoins existantes…Pourtant, en dépit de tout ceci, combien d'entre nous se sont sentis réellement concernés ? Combien d'entre nous ont pensé être des victimes potentielles ?

Personnellement, j'avoue, je me sentais à l'abri.

La semaine dernière, je suis sortie en boîte avec deux couples d'amis ainsi que des amis de ces amis que je ne connaissais pas. Je me suis très vite liée d'amitié avec l'un d'entre eux ; un jeune homme en apparence très correct, drôle et sympathique…

Après avoir été prévenir une de mes amies que j'allais prochainement quitter la soirée, je suis retournée vers mon nouveau camarade qui tenait dans une de ses mains un verre qu'il avait commandé pour moi durant mon absence. J'ai bien évidemment bu ce verre.

Par la suite je me souviens avoir oublié ma fatigue et être partie sur la piste de danse en sa compagnie. Et c'est à l'hôpital que je me suis réveillée, dans une totale confusion… Mon amie était là, et le médecin est immédiatement venu s'entretenir avec moi. "Avez-vous pris de la drogue hier soir mademoiselle ? " - "Bien sûr que non ! " … "Nous avons retrouvés des traces de GHB dans votre organisme" … Premier choc, mais comment Est-ce possible ? Comment Est-ce arrivé ?

Après m'avoir expliqué les effets de cette drogue communément appelée "drogue du violeur" , j'ai été soumise à un examen ; le verdict est tombé, j'avais clairement eu un rapport sexuel au cours de cette soirée ; deuxième choc !

Incompréhension totale… était ce possible d'avoir été abusée et de ne se souvenir de rien ?

Par la suite, sur un forum j'ai lu le témoignage d'une jeune fille qui disait qu'il était moins difficile de vivre un "viol" sous l'emprise du GHB, qu'en état de pure conscience… Je ne remettrai jamais en doute la souffrance que peuvent ressentir les victimes conscientes lors de leur viol, mais je ne peux pas établir de hiérarchie en terme de douleur. Bien sûr nous ne nous rappelons pas de ce qu'il s'est passé… et oui, justement nous ne nous rappelons pas ! Qui est l'agresseur ? D'ailleurs, peut on parler d'agresseur sachant que le GHB désinhibe la personne qui l'a ingurgité ? Y a-t-il réellement viol alors qu'il n'y a à priori aucune forme de violence et aucun vice de consentement ? N'a-t-on pas provoqué indirectement ce rapport sexuel ? Était il réellement forcé ? … Le sentiment de culpabilité est énorme. Pourtant, nous aussi nous sommes des victimes…

Puis, arrivent les flashs et d'autres interrogations… réalité ou cauchemars ?

Voilà… cette expérience vous transforme et vous brise de l'intérieur. Je ne serai plus jamais la même c'est certain, mais il faut malgré tout continuer à se battre pour les autres potentielles victimes, pour les gens qui nous aiment et qui croient en nous et au final pour nous même car nous le méritons bien.

Peut être qu'à la force du temps l'estime de soi et la confiance aux hommes reviendront… je l'espère ! Mais la reconstruction sera un processus long et inéluctable.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


99343
b
Moi aussi !
29 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par cestassez | le 30/08/12 à 14:21

J'ai vécu la même chose par des gens que je connaissais. J'ai eue plusieurs flash de ce qui s'est passé, mais un an plus tard, ils étaient plusieurs. J'étais loin de penser qu'on pouvait faire ça dans un petit village ou tout le monde se connait. Maintenant,la seule chose qui me garde envie se sont mes enfants... De plus ses gens, racontent tout de sorte de chose sur moi défont ma réputation, et je n'ai aucun pouvoir pour arrêter cela. j'ai maintenant le mal de vivre. on m'a enlevé mon sourir et ma joie de vivre.

Histoires vécues sur le même thème

Alcool, insistance... viol? - viol et abus sexuels

image

@jesuislunedelle : Citation : ce que tu as vécu est banal dans le sens où ça arrive à beaucoup de personnes. Beaucoup trop d'ailleurs… Je connais plusieurs personnes ayant vécues des faits similaires, mais en ce qui les concerne elles ont...Lire la suite

Temoignage - un an apres je vous donne de l'espoir - - viol et abus sexuels

image

Je ne sais pas cmt tu as fait pour te reconstruire en un an… personnellement tout m'est revenu dans la gueule il y a peu et pendant 4 ans je faisais comme si de rien n'était… j'en ai parlé 4 mois après mon viol j'ai voulu porter plainte ms le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages