Histoire vécue Psychologie > Viols - Abus sexuels      (1070 témoignages)

Préc.

Suiv.

Violée par son père

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 9983 lectures | ratingStar_125665_1ratingStar_125665_2ratingStar_125665_3ratingStar_125665_4

Ceci se passa alors que j'avais 9 ans, et que nous passions des vacances chez des amis, en pleine campagne. Je fis alors la connaissance d'une fille bien plus agée que moi, qui avait alors 18 ans. Elle me présenta quelques jours après, puisqu'elle me faisait très confiance, a l'une de ses meilleures amies qui se dénommait Sabrina, habitant a 500 mètres, et était alors agée de 14 ans. Nous nous somme immédiatement très bien entendu, et nous étions très soudés. A un tel degré, que nous sommes venus tres rapidement, à nous communiquer nos problèmes familiaux, que personnelles, et que l'amitiée qui en résultait, n'en était, que fusionnelle.

Nous trouvions toujours une solution, et lorsque l'une.

Était peinée, pleurait, souffrait, l'autre l'était aussi.

Je la considérais comme une s&oelig ; ur, et elle avait beaucoup d'estime à mon égard.

Au bout d'une semaine, elle me présenta à sa meilleure amie, s'appellant Alexandra, et avait elle-aussi 14 ans. Je l'appréciais énormement, et la confiance mutuelle qui s'en était alors immédiatement instauré, était t'elle, que nous n'avions plus auncuns secrets, et ou chacune s'éxprimait librement, sans aucunes genes.

Je ne voyais malheureusement, cette dernière personne, que très rarement, puique elle était en garde altérnée, et qu'elle ne venait que le week-end, toutes les 2 semaines. Mais je voyais déjà qu'elle était émotive, même trop. Et bien que je me posais des questions, elle me disait que le divorce de ses parents, était très dure pour elle.

Puis vint un soir, ou Estelle me dis que Sabrina m'attendait chez elle (comme pratiquemment tout les jours, puisque ses parents étaient aussi divorcés et que son père profitait des vacances pour la voir plus souvent).

J'y alla alors, sans me douter de ce qu'elle avait prévue. A mi chemin je la vis, et j'en fus alors, quelque peu surpris. Elle me dis alors, qu'elle tenait à me montrer un endroit qui lui tenait vraiment à c&oelig ; ur.

Nous étions en été, et la nuit allait tomber dans un peu moins d'une heure.

-Je tenta vainement de lui expliquer, que nous n'aurions jamais le temps d'arriver à cet endroit et de revenir avant la nuit tombée. Et elle me répondit qu'il ne se trouvait qu'a 15 minutes de marche, et que dans une demi-heure, nous serions de retour.

-Je lui dis alors, que sa mère allait s'inquiéter de ne pas la voir revenir. Elle me répliqua alors qu'elle avait dis à sa mère qu'elle venait chez moi (et comme moi j'étais sensé allez chez elle, les parents de l'une croyait que nous étions chez les parents de l'autre).

-Finalement, je lui dis indirectement que je ne viendrais pas avec elle (croyant alors qu'elle abandonnerait). Elle me rétorqua qu'elle irait dans tout les cas, que ce soit avec, ou sans moi.

Puis elle s'éloigna. 100, 200, et à 300 mètres je m'inquiéta serieusement, et pris alors la décision de la rejoindre pour ne surtout pas la laisser seule. Quelques minutes après, alors que nous allions nous appréter à untiliser un chemin de campagne, il y avait juste avant une grande aire de stationnement, ou il y avait un véhicule et un homme appuyé a celle-ci nous regardant.

Il vient alors nous demander l'heure et commencant doucement à se rapprocher d'elle. Je la pris alors par l'épaule, la tira derriere moi, et m'interposa vivement entre lui et elle, lui donnant froidement l'heure, en le regardant, tout en nous éloignant. Il la regardait d'une manière qui s'apparentait plus à un sentiment d'envie, de convoitise, que d'un regard étonné de voir deux personnes, en cette heure ci-tardive.

Une dizaine de minutes apres, alors que nous discutions et que le noir assombrissait de plus en plus le ciel, elle me dis froidement : "sais-tu ce qu'est le mot Viol ? "

Je m'effondra, pleurant intensément, et comprise alors que je connaissais la définition d'un tel mot. Emue elle me consola, me pris dans bras, et m'expliquant que cela était déjà arrivé non pas à elle, mais à l'une de ses amies.

Nous marchions, la nuit tomba (ce dont je me doutais très bien) ,Rectification, nous marchions a tâtons puisque seule la demi-lune lune nous éclairait.

Je n'étais pas rassuré, et j'avais incroyablement peur sans le montrer. Je ne m'inquiétais pas pour moi, mais pour elle, puisque ma principale inquiétude était le but.

De ma venue, qui n'en était que d'éviter à son encontre, une agression sexuelle.

Apres trois heures de marches (bien loin des 30 minutes aller/retour) et à force de se perdre, nous vimes alors, au fin fond, des lumières de couleurs bleu vives et discontinue. Nous primes alors le chemin du retour, ou la gendarmerie était visiblement présente, ainsi que des parents pour le moins stupéfait, et particulièrement en colère.

J'expliqu'a alors qu'elle avait eu l'idée d'aller a cet endroit (que nous n'avons jamais trouvé, et qui était la tombe de son chien, pour laquelle elle avait beaucoup d'affection) et qu'elle serait partie dans tout les cas malgré toutes mes tentatives.

Je lui déchargea consciemment toutes les résponsabilités, parce que je savais tres bien que sa mère la sermonnerait d'une manière particulierement agressive, et la dissuaderait ainsi d' ultérieurement recommencer. (La peur qu'elle m'avait provoqué était indescriptible, tandis que elle ne s'inquiétait de rien). Elle fut immédiatement surprise de mon attitude, puisque j'avais pour habitude de prendre toutes ses responsabilités sur moi, et d'en alléger les gravités.

Sa mere la réprimanda aussitôt, qu'elle en pleura quelques instants apres. Et bien que j'étais particulierement triste de la voir dans un tel état, je la voyais s'éloigner, rentrant.

Elle m'en voulu beaucoup, énormement, a un tel degré qu'elle faisait absolument tout pour m'éviter. Je ne pouvais pas la voir, aussi bien en lui téléphonant, qu'en allant chez elle.

Je m'exscuse profondément de la longueur de ce texte, mais si vous n'avez pas le courage de tout lire, si vous pouviez juste lire les lignes suivantes. "Plus spécialement à l'attention de toutes ces personnes qui ont la peur, la honte de témoigner, alors que vous n'etes responsables de rien, et que vous trouverez toujours sur ce forum des personnes sincères, sur lesquelles vous pourrez compter, qui ne sont pas ici pour vous jugez, mais uniquement pour vous aidez.

Je pleuras plusieurs jours durant, et souffrant inoxerablement car je venais de perdre non seulement une tres bonne amie, mais aussi une personne sincere, tendre, constamment prête à écouter, et a égayer dans les moments les plus durs. Bien plus qu'une confidente, mais une épaule sur laquelle je pouvais me reposer.

Cela dura à peu près deux semaines, lorsque sa meilleure amie (Alexandra) rentra voir son père et décida ainsi à venir me voir. J'étais alors ému de voir qu'une personne s'intéressait a moi, que bien que je pleurais déjà, je pleuras d'avantage.

Elle faisa tout pour me consoler, et bien que j'essayais le plus possible de retenir mes larmes pour éviter de la voir pleurer, puisque je voyais bien qu'elle était aussi émue que moi, je lui expliqua tout dans les moindres détails, jusqu'à ma principale peur qui était de la protéger, quoi qu'il puisse m'en couter. (Sans me douter que la personne ayant subie une telle atrocité était elle). Elle pleura, se recroquevilla les jambes sur les bras et m'avoua alors, tout en larmoyant de ce dont son père lui avait fait subir, à l'age de huit ans, dans les moindres détails, jusqu'à ce qu'elle avait profondément personnellement ressentie, avant, pendant, que après. Cela en était si cruellement poignant que nous pleurons ensemble, plus de deux heures durant, nous consolant mutuellement. Je m'exscuse si j'en viens a oublier la synthaxe, l'orthographe, mais j'ai suffisamment de mal à écrire ceci, sans me remémorer de ce qu'il s'était passé, sans en pleurer.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


125665
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Alcool, insistance... viol? - viol et abus sexuels

image

@jesuislunedelle : Citation : ce que tu as vécu est banal dans le sens où ça arrive à beaucoup de personnes. Beaucoup trop d'ailleurs… Je connais plusieurs personnes ayant vécues des faits similaires, mais en ce qui les concerne elles ont...Lire la suite

Temoignage - un an apres je vous donne de l'espoir - - viol et abus sexuels

image

Je ne sais pas cmt tu as fait pour te reconstruire en un an… personnellement tout m'est revenu dans la gueule il y a peu et pendant 4 ans je faisais comme si de rien n'était… j'en ai parlé 4 mois après mon viol j'ai voulu porter plainte ms le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages