Histoire vécue Santé - Maladies > Articulations > Arthroses      (428 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon intervention en percutanée a été une réussite

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 29/01/10 | Mis en ligne le 02/12/11
Mail  
| 852 lectures | ratingStar_224260_1ratingStar_224260_2ratingStar_224260_3ratingStar_224260_4
Je souhaite faire partager mon expérience, et quelques conseils, si ça peut vous aider. J'ai subi une intervention en percutanée le 14 décembre 2009, avec anesthésie générale pour ne pas entendre les bruits qui m'auraient certainement angoissée. Au réveil mon pied était complétement endormi et ce pendant pratiquement 3 jours (merci au spécialiste qui m'a injecté la bonne dose). De même, mon pied n'était pratiquement pas gonflé et surtout pas bleuté ou autre couleur, annoncée par le kiné de la clinique. Donc bien entendu pas de douleurs, mais pas de douleurs ne veut pas dire d'attendre qu'elles viennent et qu'elles s'installent (conseil d'une amie infirmière). Donc, je me suis shootée au doliprane régulièrement sur toutes mes journées et du zumalgic juste le soir pour bien dormir (dérivé de la "morphine", mais en très supportable et pas d'effets secondaires pour moi (recommandé par mon médecin traitant et non par le chirurgien) pendant les 15 jours recommandés. Toutefois, une douleur s'est réveillée au cours de la 3è et 4è nuit puisque le produit injecté ne faisait plus effet. Au cours de la 3è nuit je me suis levée pour prendre un médicament plus puissant (morphine) que je n'ai absolument pas supporté, je n'arrivais plus à tenir debout au matin, et je suis tombée mais heureusement sur mon lit. Donc, j'ai décidé de ne plus le prendre et de me shooter qu'au doliprane la 4è nuit. Ensuite, des douleurs de temps en temps mais tout à fait supportables, rien à voir avec ce que l'on m'avait annoncé, car on me voyait comme quelqu'un d'anxieuse (et ça augmente la douleur, il parait) et sincèrement je le suis dans ces cas là. Certainement, j'ai eu un bon chirurgien me dira-t-on, soit, mais une de mes amies est passée dans les mains de ce chirurgien, et elle a souffert, était gonflée et bleutée, etc... Alors, peut-être que le traitement que j'ai fait en parallèle m'a aidé à ne pas subir tout ça. Cinq jours avant l'intervention, je suis allée consulter mon médecin homéopathe et lui ai demandé de me prescrire un traitement homéopathique afin d' éviter les oedèmes ou de les minimiser ainsi que les bleus. Ce sont souvent ces paramètres qui provoquent les douleurs ou qui y contribue puisqu'ils compressent tout à l'intérieur du pied. Je me suis également préparée mentalement puisque je pratique la sophrologie (maintenant on y croit ou on n'y croit pas, en tout cas pour moi tout était bénéfique). J'ai remis une chaussure large, souple et une pointure au-dessus de la mienne à la 4 è semaine pour mieux me mouvoir chez moi, car si je n'ai pas eu de problème pour mon pied gauche, je me suis provoqué une lombalgie dotée d'une crurialgie (nerf crurial inflammé) de par la démarche claudicante dûe à une différence de semelle (chaussure orthopédique). Alors soyez vigilants, pour ceux qui ont des problèmes de dos, genou ou hanche. Bien sûr, je me suis reposée mais pas à 100% non plus. Mais je n'ai pas fait d'excès. Afin, de pouvoir récupérer rapidement, bien faire les exercices qui seront demandés, et surtout bien les faire même si on pense qu'on les fait bien car le jour de la contre visite chez le spécialiste, il vous tordra le gros orteil sans ménagement pour s'assurer que la mobilité est bonne (merci docteur ! je n'avais pas de douleurs...). Il a de la chance que je n'étais pas un homme sinon je lui aurait mis mon poing sur la figure pour rester polie, car c'est vrai, ils vivent un métier dangereux ces spécialistes, je suis sûre qu'ils sont plus cool avec les mecs) Tout cela pour dire, on est tous différents et le corps humain réagit différemment d'une personne à l'autre. Mais on peut essayer de mettre toutes les chances de son côté Une bonne hygiène de vie, ne pas brûler les étapes, ne pas faire d'écart ou d'excés, et suivre les conseils prodigués peuvent être des atouts supplémentaires. Mon amie va se faire opérer le deuxième pied mi février et va suivre ces conseils. A suivre pour voir si cela se passera mieux que son premier pied. Petite astuce pour dormir : pensez à surélever vos couvertures, couettes etc..au fond du lit avec des sacs de couchage enroulés dans leur sac boudin, pour que votre pied n'est pas de poids. Petite astuce pour trop grandes douleurs ou oedèmes : si vous avez un raffraichisseur de bouteille de vin que l'on met autour de la bouteille pour la garder au frais, mettez cela autour de votre pied, c'est plus léger que de la glace, mais mettez une chaussette avant pour ne pas vous brûler par le froid ou l'humidité sur le pansement.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


224260
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Quand soutenir son homme devient un fardeau trop lourd... - solitude

image

Bonsoir à tous et toutes, Je prends un petit moment pour essayer de me calmer… Mon coeur bat la chamade, ma respiration est courte et je sens le mal de tête qui s'installe… je me suis dit qu'en partageant mon quotidien, cela pourrait peut-être...Lire la suite

Operation du menisque externe et arthrose ? - accidents sportifs

image

Bonjour, Cela fait un an que je marche avec le ménisque externe du genou droit fissuré. J'ai passé une IRM il y a peu de temps, il y a une fissure horizontale dans le ménisque et un kyste. J'ai des douleurs qui vont de très faibles à moyennes...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Spondylarthrite enkylosante
Voir tous les  autres témoignages