Histoire vécue Santé - Maladies > Audition > Surdité      (394 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je suis maman d'une petite fille de 10 ans, implantée à l'âge de 4 ans.

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 520 lectures | ratingStar_50632_1ratingStar_50632_2ratingStar_50632_3ratingStar_50632_4

Je voudrais réagir sur l'émission de ce mation, l'oeil et la main.

La décision des parents : Ne jamais regretter la décision prise. Implant cochléaire ou pas. LSF ou oralisme. Intégration ou classe spécialisée…

Au départ, les parents décident dans l'intérêt et pour l'avenir de leur enfant. Mais très vite, laissez lui faire le choix ou vous donner quelque raisons de choisir ceci plutôt que cela. L'enfant malentendant, très vite sait qu'il est différent. Proposez lui les choix possibles soit de rester dans le monde des "malentendants" soit celui des "entendants".

Je suis maman d'une petite fille de 10 ans, implantée à l'âge de 4 ans.

Nous sommes une famille d'entendants et notre fille est devenue sourde à 9 mois suite à une infection pulmonaire grave nécessitant des médicaments oto-toxiques.

Notre cas est peut être différent de ces familles de l'émission d'aujourd'hui, nous avons voulu lui redonner à tout prix ce que cette infection lui avait oté.

Les prothèses conventionnelles n'étaient pas suffisantes pour quelle parle, on nous a alors proposé l'implant cochléaire. Nous avons longtemp hésité jusqu'à ce que nous rencontrions à l'hôpital une famille comme nous.

La maman était si heureuse auprès de son petit garçon plus ouvert, bien dans sa peau et dans sa tête que nous n'avons plus hésité un seul instant.

Les raisons, les réactions, les décisions ne sont pas les mêmes si l'enfant vient de familles d'entendants ou de malentendants (surdité génétique ou accidentelle). Des familles de malentendants refusent mêm les prothèses auditives habituelles et même de parler alors qu'elles le pourraient.

Mais avec le temps, les progrès, je vois en 10 ans, que des familles de malentendants acceptent plus les progrès de la chirurgie, et acceptent d'implanter leur enfant et de les laisser aller vers les entendants.

Risque  neurologique : Je n'y crois pas bp. Ma fille, avant l'implant, faisait des colères impossibles, partout et imprévisibles à se taper la tête contre les murs. C'était difficile à supporter ne sachant pas comment la calmer. Ce sont les neurologues eux mêmes qui ont donné le feu vert pour qu'elle soit implantée. Elle n'a plus jamais faire une seule crise depuis.

Le risque existe partout, pour n'importe quelle intervention au niveau du crâne et le risque zéro n'existe pas pour n'importe quelle intervention, anesthésie même la plus minime des interventions.

LSF ou pas :

Personnellement j'étais contre, contre la LSF, contre toute forme de langage gestuel, LPC.

Nous arrivions à communiquer normalement avec elle, c'était plus difficile à l'école ou le reste de la famille.

Depuis 2 ans elle va en classe spécialisée avec d'autres enfants malentendants, un professeur spécialisé qui oralise mais signe également soit en LSF soit en LPC pour aider à la compréhension des sons semblables à l'oeil (lecture labiale) et donner du sens  à la lecture. Depuis elle est épanouie et communique bp plus, s'exprime, raconte des histoires, elle vit très bien ses journées à l'école et auprès des autres malentendants et entendants.

En conclusion, la LSF et l'implant cochléaire ne sont pas incompatibles comme on le prétend dans les centres d'implantation, il faut juste savoir doser les moments où il faut ou pas signer tout en privilégiant l'oralisme meilleur moyen malgré tout pour communiquer dans la société et avec la famille qui n'a pas l'occasion d'apprendre à signer.

Signer ne veut pas dire LSF à 100%, nous à la maison on signe mais que quelque gestes seulement pour aider à la compréhension, on me dit que c'est du "français signé" moins difficile pour ceux qui n'ont pas appris la langue car il faut savoir que la LSF est pour nos enfants malentendants qu'elle est apprise comme une matière normale à l'école, comme on apprend l'anglais ou autre langue.

Je termine en disant que les parents ne doivent pas culpabiliser.

Ne jamais regretter la décision prise. Mais ne pas hésiter à donner des choix à votre enfant sans l'inciter à aller dans votre choix de parents, l'avenir est à eux.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


50632
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Imagine moi...

image

Ben tu vois presque quasiment juste, car effectivement je prends pas soin de moi (sinon aussi je ne serais pas sur docti) ,je mange super mal depuis toujours et des fois je ne mange plus du tout durant 3 jours depuis que j'ai réalisé ma vie pourri...Lire la suite

Bruit sourd poste edf

image

Bonjour, Le problème du bruit ne me concerne pas personnellement. Je suis l'actualité de ce forum de par une amie concernée par le bruit. Effectivement, un lit mal placé suffit pour mal dormir. Étant praticien en Géobiologie je suis bien au...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages