Histoire vécue Santé - Maladies > Autisme      (760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Exclusion de jumeaux autistes à Chalon

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 2099 lectures | ratingStar_84161_1ratingStar_84161_2ratingStar_84161_3ratingStar_84161_4

Chalon : deux jumeaux autistes exclus d'une école privée.

A la veille des vacances de Pâques, les parents de Roman et Valentin ont appris que leurs jumeaux, autistes, ne seraient pas repris à la rentrée dans l'école où ils étaient scolarisés depuis la rentrée. Une décision "brutale" dénoncée par les parents qui ont saisi la HALDE*.

Roman et Valentin ont 5 ans. Ces deux petits garçons ressemblent à première vue à tous les autres. Pourtant, ils souffrent de troubles envahissants du développement, un syndrome autistique. Depuis la rentrée des vacances de Pâques, ils ont retrouvé leur ancienne école de Sassenay. Le début de l'année, ils l'avaient effectué à l'école privée Saint-Pierre à Chalon. Mais le jeudi soir, à la veille des vacances de Pâques, les parents avaient été convoqués à une réunion en présence des enseignants et de représentants de parents d'élèves.

Exclusion immédiate et sans délai ;

"Nous nous attendions à ce que l'on nous dise qu'il faudrait séparer les jumeaux, voire à ce que l'on ne pourrait pas les reprendre dans de telles conditions, sans aide à la vie scolaire, à la rentrée de septembre, mais pas à ça" , s'indigne les parents. "ça" , c'est leur exclusion immédiate et sans délai, dès la rentrée des vacances.

"On ne nous a même pas accordés une semaine pour nous retourner" , s'insurgent les parents.

Ceux-ci reconnaissent les problèmes de leurs enfants et les difficultés qu'ils peuvent générer au sein d'une classe. Mais c'est la façon de procéder de l'école qu'ils dénoncent. "Trop brutale" , jugent-ils en assurant que cette décision a été motivée par la menace des autres parents d'élèves de retirer leurs enfants si les jumeaux revenaient à la rentrée.

Mme Rameau, la directrice s'avoue "peinée pour les enfants" , mais revendique aussi sa décision. "Nous étions arrivés à une situation intenable, ma collègue pouvait craquer et l'ATSEM s'est retrouvée en arrêt maladie" , explique-t-elle en imputant cet arrêt au comportement des enfants. "Nous sommes là pour faire grandir les enfants et eux ne progressaient plus. On ne pouvait plus les garder" , assure la directrice.

Pourtant, les parents avaient pris la mesure des difficultés de leurs enfants et des conséquences pour l'école au fil de l'année.

"Le diagnostic a été posé au cours de l'année scolaire" , explique le père en réponse à la directrice qui reproche aux parents d'avoir "caché la réalité de la situation des enfants lors de leur inscription" . L'un des enfants est aujourd'hui suivi à l'hôpital de jour de Sevrey un jour et demi par semaine et les parents revenaient chercher les enfants entre midi et deux heures et les ramenaient à l'école après la sieste. "Ils n'étaient qu'une journée entière par semaine à l'école tous les deux" , expliquent les parents. "Oui, mais depuis quelques mois seulement" , répond la directrice.

Celle-ci reconnaît néanmoins que la pression des parents d'élèves a également compté dans la décision. "Nous avons galéré et nous avons pris la décision de les renvoyer. Mais dans l'école publique, ils ne peuvent pas ne pas les accueillir" , explique-t-elle en assurant "avoir fait en sorte que mon école reste tranquille" .

Choqués par la forme ;

Pour M. Pilet, président de l'OGEC (Organisme de Gestion des Écoles Catholiques) de l'établissement, il n'y a pas lieu de débattre puisque "l'école privée n'est tenue par aucune loi" qui lui impose l'accueil des enfants. Cependant, il assure que "toutes les solutions ont été étudiées" , il évoque même une première réunion au cours de laquelle le cas des deux jumeaux a été évoqué "courant décembre" . Pourtant, ce n'est que 2 jours avant les vacances de Pâques que la décision a été annoncée aux parents.

"Ce n'était pas une décision facile à prendre mais il fallait bien prendre une décision" , argumente-il en assurant que "tout le monde se plaignait de ces enfants" . "Les autres faisaient des bêtises par mimétisme" , assure même le représentant des parents d'élèves.

Cependant, pourquoi n'avoir annoncé la décision aussi tardivement et de façon aussi brutale ? "Il fallait bien trancher" , rétorque le représentant des parents d'élèves.

Choqués par la forme, les parents ont donc décidé de saisir la HALDE afin de donner suite à cette décision de l'école et "pour éviter que ce qui nous est arrivé à nous arrive à d'autres" .

JSL : C. Saulnier.

* HALDE : Haute autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Égalité.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


84161
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rapport scientifique sur le cortex prefrontal des psychotiques !! - psychose

image

Comme vous le savez tous, le terme dysharmonique veut rien dire… Ce n'est que un type d'être supérieur qui est en train d'évoluer de la pensée qui partant du TED nous mène vers une autre race !!!!!! C'est la période de transition...Lire la suite

Asperger besoin d'aide - autisme

image

Bonjour, Notre expérience en quelques lignes. J'ai 29ans, je me sentais différente sur mon fonctionnement depuis petite, j'ai grandis comme ça. Quand j'ai eu mon fils, là j'ai tiquer. Parce que je me reconnaissais en lui sur certains...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
L'amour d'un enfant autiste: Le Cheminement de Justin
Sur le même thème
Mon fils Alexis 4 ans, TED
Autisme de mon fils lucien
Voir tous les  autres témoignages