Histoire vécue Santé - Maladies > Autres      (5028 témoignages)

Préc.

Suiv.

Deuxieme procès pour pujadas et son emission poubelle

Témoignage d'internaute trouvé sur france2 - 27/10/11 | Mis en ligne le 06/04/12
Mail  
| 220 lectures | ratingStar_237488_1ratingStar_237488_2ratingStar_237488_3ratingStar_237488_4
C'est avec beaucoup de retard que je découvre ce forum et je le regrette. Je donnerai seulement mon témoignage après 40 ans d'exercice dans ces hôpitaux publics, deux dans le midi de la France et quelques années dans une clinique privée . A tous ceux qui trouvent qu'en quelques jours le journaliste "infiltré " ne pouvait rendre objectif son reportage, je dirai seulement que j'ai vu l'émission et que ma première réaction a été de penser qu'il était au dessous de la réalité. Celle ci dépasse, dans l'horreur, cette émission ! J'avais écouté aussi la réaction de ce médecin sur le plateau, écoeurée par ses dénégations. Ces actes envers des personnes vulnérables ne sont pas dus au manque de personnel mais à la nature humaine de certains soignants. Et comme tout être humain, si certains peuvent ressentir de l'animosité vis à vis de tel ou tel patient, il est préférable, travaillant "en équipe" qu'ils laissent à d'autres le soin de s'occuper de lui plutôt que de prendre un pervers plaisir à se focaliser sur lui . Le journaliste n'a, par exemple, pas filmé les moments de toilettes à la chaîne, dans un mépris total du respect de l'intégrité physique, les repas de certaines personnes non autonomes qui relèvent du gavage et de la maltraitance physique. ,le défoulement pervers de certains soignants sur leurs victimes préférées et …je ne peux tout citer… parfois je regrette de n'avoir pas écrit un livre ! J'irai plus loin encore : les décès de personnes jeunes de tous âges, par effets secondaires de neuroleptiques ou… la vengeance d'un certain psychiatre contre un malade qui lui avait donné un coup de poing, suite à une "permission " promise puis refusée. Ce malade a ensuite passé sa vie sous une dose massive de neuroleptiques le diminuant définitivement psychiquement et physiquement . (Il est bien connu du personnel soignant qu'un malade peut être violent envers un soignant tant qu'il ne s'agit pas du médecin ! ). Ou cet autre médecin qui avait prescrit des scéances d'électrochocs à un malade qui avait insulté une responsable de service… (dans ce cas, face à la mobilisation de l'équipe soignante, il avait du arrêter cette "sanction"). J'ai toujours constaté ces dérives dans les hôpitaux publics et non dans les cliniques privées où j'ai exercé. Serait ce le statut de fonctionnaire qui donne à certains agents pervers et nocifs le sentiment d'impunité ? Aussi à ceux qui peuvent décider de leur hospitalisation, surtout pour dépression, je leur conseille de se diriger vers une clinique privée Les soins sont pris en charge de la même façon qu'à l'hôpital . La plupart des soignants indignés par ces méthodes ont toujours rencontré des difficultés pour être entendus et la plupart, fatigués de devoir lutter ou malgré tout se sentir complices de ces exactions ont fini par prendre un poste de nuit, démotivés de leur profession. J'ai aussi connu des services où le soin et l'attention étaient "bienveillants" , lorsque le médecin chef de service était un humaniste, attentif au respect de l'être humain. J'en ai rencontré heureusement et eux seuls pouvaient influer sur la conduite de certains membres de l'équipe. Je ne sais si France 2 a été condamnée pour cette émission. Ce reportage est une assistance à personnes en danger ! Merci de l'avoir diffusé mais je constate que l'émission "les infiltrés" s'est malheureusement arrêtée. L'omerta dans nos institutions peut continuer sur cette atteinte aux droits de l'homme .
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


237488
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Piler les medicaments reduit ieur efficacite? - medecine veterinaire

image

Coucou jeanine. Je pense qu'en fin de compte c'est la seringue qui serait le plus pratique. C'est ce que je fais et moi aussi je me suis posée la question si les médicaments gardaient la même efficacité en les écrasants donc j'ai posé la...Lire la suite

Bebe de 2 mois brule a la tempe - sante de l'enfant

image

Bonjour, Voilà je viens ici car j'ai besoin de parler de ce qui nous est arrivé hier soir… comme le titre l'indique notre petit bébé de 2 mois a une brûlure au niveau de la tempe droite, mon mari l'avais dans les bras et a voulu retirer une...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Greffé du coeur
Voir tous les  autres témoignages