Histoire vécue Santé - Maladies > Autres      (5028 témoignages)

Préc.

Suiv.

La préparation et la suite des opérations chirurgicales

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 23/11/10 | Mis en ligne le 18/03/12
Mail  
| 325 lectures | ratingStar_230273_1ratingStar_230273_2ratingStar_230273_3ratingStar_230273_4
Je vais essayer de répondre à votre questionnaire dont le sujet me semble intéressant . D'ailleurs ça serait bien d'avoir les conclusions 1 – Vous êtes-vous déjà fait opéré ? Oui deux trois fois à l'âge adulte mais donc une fois pour une toute petite intervention . 2 – Racontez-moi comment ça s’est passé, du choix de l’hospital et du chirurgien à la « remise en service », en passant par le préparation de l’opération, le contact avec le personnel soignant, le réveil… Insistez sur vos ressentis. Notamment par rapport à la préparation de l’intervention (rencontre avec le chirurgien, signature de la décharge, anesthésie,…). La première fois c'était un accident donc pas vraiment eu de choix . Je suis arrivée sonnée et douloureuse à l'hôpital le plus proche aux urgences où j'ai vu un interne qui m'a examiné conscienceusement avant de me dire qu'il fallait m'opérer et m'a expliqué en quelques mots ce qui allait se passer. dans ces cas là on a pas trop son mot à dire et à vrai dire on n'est même pas en état d'avoir un avis . On se laisse porter ça va vite ( en fait pas tant que ça mais malgré l'attente il y a des moments où tout s'accelère et où les décisons sont prises sans vous. Je n'ai pas vu le chirurgien avant l'opération si ce n'est 5 min avant de rentrer dans le bloc ( on voit une personne déjà habillé qui vous dit bonjour c'est moi qui vous opère , ne vous inquiétez pas ça va bien se passer ; point au revoir on rentre au bloc.) C'est irréel. Bref j'arrête là pour cette expérience car je pense que c'est pas très intéressant pour ton sujet. Mais j'avais envie de l'indiquer car je pense qu'il y a pas mal de situation où finalement on a pas le choix. Deuxième fois : intervention pour décompression d'un nerf donc plus le temps de réfléchir. Mon médecin m'adresse à un neurochir : y a plus un mois d'attente pour avoir le RDV donc j'essaye un peu de me renseigner pour voir quels choix j'ai entre temps d'ici qu'il ne m'inspire pas confiance. Cela dit dans le secteur en neurochir , c'est le seul pas non plus de chirurgien de la main . reste les orthopédistes qui peuvent aussi faire cette intervention et qui la font d'ailleurs mais j'ai moins confiance car c'est une intervention minutieuse . Donc bref je vais au RDv avec ce chirurgien qui est très sympa mais me met pas vraiment en confiance. A savoir qu'il commence par douter de l'intérêt de l'intervention puis après examen clinique conclut que oui il m'opère prend son calepin et me dit tel jour intervention. Je suis un peu abasourdie , j'aimerais pouvoir réfléchir un peu , ça va trop vite mais non faut prendre la décision tout de suite , il insiste et rassure en même temps ( ça va bien se passer , c'est une petite intervention). Bref sans qu'on comprenne vraiment comment , on ressort avec une intervention de prévue, une consult anesthésie à faire dans la foulée et voilà. On s'aperçoit qu'on a pas penser à poser des tas de questions : genre comment ça se passe après ( durée de l'arrêt ) si on est immobilisé ou pas combien de temps , ce qu'on pourra faire ou pas . Bref la poisse . maintenant on est dehors et c'est trop tard , fallait y penser avant. Tant pis! On va à son RDV d'anesthésie : le neurochir veut une anesthésie générale mais là problème j'ai déjà une un souci à l'anesthésie ( évidemment pas dans le même hosto ni dans la même région) donc on ne sait pas vraiment ce qui s'est passé du coup : pas d'anésthésie générale mais un bloc local . Je stresse un peu peur qu'on me rate peur d'avoir mal. Je l'explique à l'anesthésiste qui rassurant me dit qu'on me donnera une prémédication pour me détendre. Pour le coup là question anesthésie j'ai tous les renseignements , je suis contente et rassurée sur ce plan. Pour les suites post op comme pas de renseignements eh bien je vais à la pêche sur internet histoire de voir à quoi je dois m'attendre . Et bon facile de se faire une opinion car les avis sont différents et les pratiques des chirurgiens différentes aussi. J'appelle le médecin qui m'a adressé au chir pour discuter un peu de l'intervention : elle me rassure . Le jour de l'intervention arrive , je me fais déposer à la clinique . J'ai pas mangé et je stresse un peu et là j'apprends que j'ai pas de chambre ( y en a plus) , ça commence bien . L'opération est prévu à 13h , je suis arrivé à 10h comme on m'a demandé et à 11 h je suis toujours dans le hall d'attente . Je stresse car je dois faire ma préparation ( désinfection etc....) à la clinique .et je commence à m'énerver un peu. Finalement un peu avant midi on m'annonce que j'ai une chambre. Ouf!!!!!!!!!!!! Mais à ma surprise il s'avère que c'est en réa . Bon tant pis . En tout cas le personnel est très sympa . Je vois vite fait l'anesthésiste , sympa aussi : il me réexplique comment va se dérouler l'anesthésie. c'est bon j'ai tout compris. je fais ma préparation à l'intervention: la douche puis rasage par l'aide soignante. Et après j'attends à 14h on vient me donner ma prémédication : y a du retard on me dit vers 15h . J'en ai un peu marre j'ai faim . Mais je stresse plus . J'attends. Je perds la notion du temps. Enfin à 17h on vient me chercher : enfin!!!! On m'amène au bloc , on me laisse dans un couloir , y a plein de patients , c'est un peu la pagaille. On me demande X fois mon nom. Et je commence à me dire que je vais encore trainer un bon moment la dedans, un peu dégoutée. Mais non un anesthésiste , me dit qu'on va me faire le bloc local , hop on me pousse dans une salle obscure avec plein de matos et là j'attends plus personne. Au bout d'un moment j'entends qu'on me cherche partout mais pas envie de crier , je me dis qu'ils vont bien finir par me découvrir dans mon réduit. Et là surprise : l'anesthésiste me dit que non le chir veut une AG , je fais OK allons pour l'AG . Je m'en fiche, j'en ai marre je veux qu'on m'opère. On me ressort de mon réduit retour dans le couloir . Puis un autre anesthésiste qui veut faire une local et le chir qui me demande ce que je veux : bref ils ne sont pas d'accord mais moi je veux rien si ce n'est me faire opéré et rapidement. Finalement , je rentre au bloc , c'est une AG : on me perfuse et là je me rappelle plus de rien. Réveil dans les couloirs sur un brancard : on m'a trouvé une place en chirurgie générale j'y vais. Je suis un peu dans le gaz. On m'installe dans la chambre : il est tard les lumières sont éteintes. J'ai faim mais y a plus rien à manger . Une infirmière réussie à me trouver une compote et un yaourt que je mange dans le noir pour pas embêter ma voisine qui dort. On me demande si j'ai mal , non ça va , l'anesthésie fait encore effet mais je ne le sais pas . Je crois qu'il n'y aura pas de douleur donc je ne demande pas les antalgiques. Mauvaise idée : pas dormi de la nuit trop mal. Le lendemain toujours douleurs et pas de prescription particulière d'antalgiques , ceux proposés ne sont pas assez forts. Je découvre que je ne peux pas me servir de mon bras , je galère pour prendre mon petit déj et m'habiller. Je suis furieuse que le chir m'ait rien dit , comment je vais faire chez moi. J'attends énervée le chirurgien qui ne vient pas. Finalement à 14h , j'en ai marre , je dois sortir et j'ai vu personne. Je vais voir l'infirmière pour lui expliquer le problème. Le chirurgien débarque à 15h avec les prescriptions antalgiques , infirmières, arrêt de travail. Je lui explique j'ai mal et que j'arrive pas à bouger mon bras . Il me répond très bien vous sortez plus . Je lui demande ce qu'ils vont faire à l'hosto pour : réponse rien mais vu que vous avez mal vous êtes en observation. Je refuse pour avoir mal je préfère avoir mal chez moi. Du coup je sors sans avoir d'explications ni de RDv post op. Ah oui pour ce qui est de la décharge : eh bien on ne m'en a pas fait signé. 3 – Comment avez-vous choisis l’hospital ? Le chirurgien ? 1: c'était une urgence j'ai été au plus proche. 2. Hé bien j'ai pas vraiment choisi. J'ai été là où on mon médecin m' a adressé. Cela dit , j'ai essayé de me renseigner par le bouche à oreille ( histoire de vérifier qu'il ne soit pas totalement incompétent). De toute façon , j'avais pas grand choix dans ma région comme je l'ai expliqué . J'ai plutôt choisi en fonction des spécialités chirurgicales ce qu'il me semblait plus adapté au type d'intervention. Après j'ai été en clinique car il n'opérait que là. 4 – Pour vous, quelle est l’image type du chirurgien ? C'est quelqu'un de toujours pressé , de peu locace , qui supporte peu les demandes d' explications voyant celle ci comme une contestation ( une remise en question de son savoir. ). Comment/Où vous êtes-vous forgé cette image ? hé bien par mes expériences : lors de RDV pour moi ou pour des proches. 5 – Qu’est-ce qu’en bon chirurgien pour vous ? Un chirurgien qui est habile , qui a de l'expérience , qui a du sang froid , qui réfléchit vite et bien pour prendre les meilleures options, qui continue à se tenir au courant des nouvelles façons de faire. 6 – Qu’est-ce qui a fait que vous vous êtes senti (ou non) en confiance dans les mains de votre chirurgien ? Quelle attitude doit-il avoir ? Alors j'ai eu une confiance mitigée . D'une part mon intervention était pas si compliqué que ça , il avait à priori l'habitude d'en faire et la compétence médicale pour donc des points qui m'ont rassuré. Mais en même temps il n'expliquait pas grand chose et répondait de manière imprécise , de plus il a complètement changé d'avis sans donner de raisons claires . Forcément , ça entame la confiance : sait il vraiment ce qu'il fait? 7 – Avez-vous posé des questions, vous êtes-vous renseigné sur des détails techniques en rapport avec votre opération ? Oui , auprès du médecin qui m'a adressé et sur internet . En revanche , je n'ai pas pu discuter avec le chirurgien. Question trèèès ouverte si vous n’en avez pas marre et que vous avez le temps : 8 – Pensez-vous que la chirurgie est une science exacte ? Le but de cette question est de commencer une réflexion sur les raisons de votre confiance envers un homme qui tiens votre vie entre ses mains. Alors moi je pense que c'est pas même pas une science. Pour moi , c'est un ensemble de gestes techniques basées sur des connaissances scientifiques ( biologiques, chimiques, physiques qui ne sont d'ailleurs pas des sciences exactes). Pourquoi, faire confiance à un chirugien , ma foi on a pas trop le choix si on doit se faire opérer . En même temps il a plus d'expérience que vous dans le domaine et a fait des tas d'opérations réussies. Pour faire construire sa maison , c'est pareille on fait confiance à des gens dont c'est le métier et qui ont de l'expérience en la matière. En espérant qu'ils ne vont pas se planter.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


230273
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Piler les medicaments reduit ieur efficacite? - medecine veterinaire

image

Coucou jeanine. Je pense qu'en fin de compte c'est la seringue qui serait le plus pratique. C'est ce que je fais et moi aussi je me suis posée la question si les médicaments gardaient la même efficacité en les écrasants donc j'ai posé la...Lire la suite

Bebe de 2 mois brule a la tempe - sante de l'enfant

image

Bonjour, Voilà je viens ici car j'ai besoin de parler de ce qui nous est arrivé hier soir… comme le titre l'indique notre petit bébé de 2 mois a une brûlure au niveau de la tempe droite, mon mari l'avais dans les bras et a voulu retirer une...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Greffé du coeur
Voir tous les  autres témoignages