Histoire vécue Santé - Maladies > Autres      (5028 témoignages)

Préc.

Suiv.

pourquoi la grève des internes?

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 587 lectures | ratingStar_6827_1ratingStar_6827_2ratingStar_6827_3ratingStar_6827_4

80% des internes des hopitaux sont en greve totale.

Ils defendent le maintien d'un systeme de santé solidaire, mais leur message est tres peu relayé dans les médias.

Le projet de loi de financement de la securité sociale sera voté dans quelques jours. Il prevoit de déconventionner tous les medecins s'installant dans les zones dites surmédicalisées (en ville) , ce qui signifie que les consultations de ces médecins ne seront pas remboursées par la securité sociale.

Vous vous dites peut être que cette reforme va être positive, en obligeant les médecins à s'installer à la campagne. Ce n'est pas le cas ! Cette loi a en fait un seul objectif : la fin du système de soins solidaire et à terme la privatisation de la Sécurité Sociale.

POURQUOI ?

Tout d'abord, le problème de l'inégalité de répartition des médecins est complexe.

Selon un récent rapport de la CNAMTS sur la démographie médicale, 95,9 % du territoire ne présente pas de problème de répartition, 3,5 % du territoire est dit à risque et seul 0,6 % du territoire est dit en danger.

Il s'agit plus d'un manque global de médecins en France, et ce manque est la conséquence d'une politique de santé inadaptée, avec un numerus clausus (nombre d'étudiants admis en 2eme année de médecine) qui a été bien trop bas pendant de nombreuses années.

Ensuite, il faut réaliser qu'on ne peut pas demander à toute une génération de jeunes medecins de s'installer a la campagne. Les médecins sur le point de s'installer ont 30 ans, souvent un (e) conjoint (e) qui travaille et des enfants. Certains ne peuvent matériellement pas quitter leur région.

Par ailleurs l'exercice de la médecine rurale a beaucoup de spécificités, auxquelles les internes ne sont pas prépares. Il n'y a pas d'initiation a la médecine de campagne durant les études médicales.

Enfin, la politique d'aménagement du territoire doit également être un sujet de réflexion. L'état se désengage de ces régions, y ferme les petits hôpitaux, les écoles, les postes…. Mais souhaite y envoyer de manière autoritaire toute une génération de medecins.

Il vaudrait beaucoup mieux les aider à s'installer là où on a besoin d'eux, et les former a la médecine de campagne.

CONSEQUENCES DU DECONVENTIONNEMENT ?

Si le gouvernement choisit de déconventionner ceux qui s'installent en ville, une partie des jeunes medecins préférera le déconventionnement plutôt que l'exil.

Leurs consultations ne seront plus remboursées par la sécurité sociale, mais ils ne manqueront pas de travail, car les patients qui ont les moyens de payer préféreront avoir un rendez vous rapide avec un praticien non remboursé (particulièrement dans le cas des spécialistes : ophtalmologues, gynécologues…pour lesquels les délais de RDV sont très longs) plutôt que d'attendre un RDV avec un médecin conventionné.

Ainsi, un nouveau marché de la médecine, en dehors de la sécurité sociale va se développer.

Ce sera le début d'une médecine a deux vitesses.

Une aubaine pour les assurances privées ! Celles-ci proposeront des contrats santés remplaçant la sécurité sociale. Ceci marque le début d'une situation à l'américaine : médecins très bien payés, patients à faible revenus mal soignés.

Par ailleurs, ces mêmes mesures ont été testées dans d'autres pays (Suisse Allemagne Québec) et ont été des échecs.

QUELLES ALTERNATIVES ?

Les internes et les jeunes medecins refusent cette loi.

Ils refusent la privatisation de la santé.

Ils sont conscients des problemes de demographie medicale et souhaitent y apporter des solutions.

Ils ont de nombreuses propositions constructives mais le gouvernement refuse de les entendre.

Ils réclament la mise en place d'une véritable politique d'incitation à l'installation en agissant à la fois sur la formation des médecins (meilleure connaissance de l'exercice libéral et notamment rural) , sur l'installation (définition des besoins de médecins selon les communes) , l'exercice (développement des maisons pluridisciplinaires, organisation de la permanence des soins) , tout ceci accompagné d'une véritable politique d'aménagement du territoire.

Ils ont besoin de votre soutien. Ils se battent pour vous autant que pour eux-mêmes.

Dans quelques jours ils sera trop tard.

Il faut inciter les medecins à s'installer en zone rurale, et non les déconventionner.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


6827
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Piler les medicaments reduit ieur efficacite? - medecine veterinaire

image

Coucou jeanine. Je pense qu'en fin de compte c'est la seringue qui serait le plus pratique. C'est ce que je fais et moi aussi je me suis posée la question si les médicaments gardaient la même efficacité en les écrasants donc j'ai posé la...Lire la suite

Bebe de 2 mois brule a la tempe - sante de l'enfant

image

Bonjour, Voilà je viens ici car j'ai besoin de parler de ce qui nous est arrivé hier soir… comme le titre l'indique notre petit bébé de 2 mois a une brûlure au niveau de la tempe droite, mon mari l'avais dans les bras et a voulu retirer une...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Greffé du coeur
Voir tous les  autres témoignages