Histoire vécue Santé - Maladies > Cancer > Autres      (1764 témoignages)

Préc.

Suiv.

Souffrance physique et psychologique d'une malade du cancer

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante - 01/02/11 | Mis en ligne le 15/05/12
Mail  
| 324 lectures | ratingStar_255497_1ratingStar_255497_2ratingStar_255497_3ratingStar_255497_4
cela fait deux ans que je souffre d'une dépression et je suis fatiguée de me battre. Alors ceci est un appel à l'aide. J'ai 23 ans et j'ai à mon actif 5 hospitalisations diverses et deux tentatives de suicide. Je me suis retrouvée dans des structures hostiles où j'étais complètement livrée à moi même, sans voir de psychiatre pendant parfois dix jours, et cotoyant des personnes ou "zombies" aux pathologies lourdes, avec la sensation que les heures là-bas duraient des années. J'ai aussi testé une structure pour des jeunes suicidaires âgés de 16 à 25 me retrouvant avec des jeunes de 16 ans en conflit avec leurs parents. On me décrivait comme quelqu'un de volontaire avant qu'un cancer ne remette tout en cause à mes 16 ans. Je suis passée à côté de mon adolescence et je n'ai été épaulée par personne, mes médecins ne savant pas s'ils devaient s'adresser à moi comme une enfant ou une adulte, alors que je n'étais ni l'un ni l'autre, si bien qu'ils ont préféré la solution de facilité, à savoir se taire au maximum. Mes profs eux se sont contentés de sourires compatissants, mes amies ne sachant que dire évitaient le sujet. On ne m'a orienté vers aucun psychologue, ou aucune association. Lorsque j'évoquais mes difficultés à supporter la chimio, mon hématologue se contentait d'évoquer ses supers patients qui menaient de front famille, travail et traitement, ce qui me rendait encore plus mal et me culpabilisait davantage, d'être malade si jeune, car à en juger le regard des autres j'avais l'impression que ça ne se faisait pas. Mon prof de géo disait "quand on est jeune, on est en bonne santé". D'autre part je ne supportais absolument pas la chimio, malgré les médicaments censés calmer les nausées. Mes bilans sanguins faisaient pâlir mon médecin, selon lui ce n'était pas normal qu'il soient aussi mauvais. Bref j'étais une bonne à rien. Pendant que mes amis sortaient je devais subir les opérations, chimios et rayons, tout en essayant de suivre un scolarité normale, car à cet âge les arrêts maladies n'existent pas. Mes cheveux qui étaient la partie dont j'étais la plus fière de mon corps sont tombés, j'ai pris 10 kg car les semaines où je ne vomissais pas j'en profitais pour me jeter sur la bouffe, avant la prochaine chimio. Les cicatrices diverses des opérations ont défiguré ma poitrine. Après ça j'ai eu mon bac après mettre battue comme une forçonnée pour rattraper mes cours, et j'ai enchaîné sur une prépa littéraire, j'avais besoin de me venger de ma maladie, et c'était aussi sans doute une sortes de rédemption pour moi, il fallait que je prouve que j'en étais capable. Mais dans ces études je me suis isolée encore plus du monde extérieur, et l'effet boomerang m'a frappé de plein fouet. J'ai arrêté mes études et aujourd'hui je n'ai plus rien. Je suis incapable d'avancer, sortir ne serait ce que pour faire mes courses est une torture, je ne vois qu'un monstre incapable dans la glace. J'ai perdu du poids, mes cheveux ont repoussé, mais je ne me sens pas femme, non je suis un monstre. J'ai la sensation d'avoir perdu tout espoir, d'avoir été brisée dans ma construction personnelle. Je n'ai plus confiance en moi, mais surtout plus confiance aux autres, après avoir consulté une demi douzaine de pyschiatre et autant de psychologues au cours de mes hospitalisations pour en être toujours au même stade. J'ai malgré tout envie d'avancer mais je ne sais comment ni où, j'ai besoin de retrouver confiance en moi, mais aussi confiance aux autres, de savoir que j'en vaux la peine, alors aidez moi. Si vous n'avez pas d'autres réponses que "l'avenir est devant toi" ou "tu as passé le plus dur" alors ne répondez pas, car croyez moi la souffrance psychologique est bien plus insupportable que la souffrance physique.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


255497
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ma pelade - calvitie et perte de cheveux

image

Bonjour à tous !! Je voulais raconter mon histoire dans le but qu'elle puisse peut-être aider certaines personnes… J'ai tellement lu de forum en restant caché sans me manifester que maintenant je me dis que c'est à mon tour. A l'âge de 13 ans...Lire la suite

Nos loulous malades : le post des angoisse(e)s

image

Bonsoir je peux me joindre a vous ? Voilà j'explique mon histoire… enfin celle de Farad. Farad est une écaille de tortue de 4 ans et demi. Il y a un mois elle a commencé à vomir et perdre du poids. Au début on a mis ça sur le compte du...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages