Histoire vécue Santé - Maladies > Cancer > Cancer du poumon      (446 témoignages)

Préc.

Suiv.

Cancer du poumon phase terminale

Témoignage d'internaute trouvé sur sante-medecine-ccm
Mail  
| 2569 lectures | ratingStar_262364_1ratingStar_262364_2ratingStar_262364_3ratingStar_262364_4
Chere Sissi030, Mhva, Setif7, Emy28, Stefgal38, Lolipops et surtout toi l'incognito de 18 ans dont le papa de 47 ans a le cancer du poumon et à tous les autres qui liront ce message. Le cancer de ma soeur a été diagnostiqué en 1996. Elle avait 42 ans et 2 enfants de 3 et 4 ans. Elle a subi une ablation du sein et une hystérectomie. Puis les séances de chimio ont commencé. A l'époque, elle disait ''j'ai l'impression d'être visité par le diable'' tellement la chimio était insupportable. Aujourd'hui, ça a évolué. Mais, tout cela était très dur pour ma soeur, physiquement mais surtout moralement. Les médecins qui l'ont opérée et suivi tout au début lui ont annoncé, à elle ainsi qu'à notre famille, qu'elle ne survivra pas plus que 6 mois voire un an (Comme quoi, tous ceux qui font médecine ne deviennent pas forcément médecins. Rien qu'une parole peut tuer). Mes soeurs ont alors décidé, et sans perte de temps, de changer de médecin. Aujourd'hui, 13 ans après, grâce à l'amour de ses enfants et son amour pour ses enfants, grâce à l'amour de sa famille (frère et soeurs) mais aussi grâce à son médecin avec qui elle se sent bien car lui aussi se bat avec elle, ma soeur est toujours parmi nous. Au lieu de lui dire qu'elle n'en a plus pour longtemps, il lui dit ''on va essayer tel ou tel traitement, et le resultat c'est Dieu qui le décide''. (Et ma soeur a eu la chance de connaitre le médecin qui la soigne depuis env 11 ans car il a l'intelligence du c'ur, celle avec laquelle on sauve au lieu d'achever). Ma soeur n'a jamais voulu dire a ses enfants qu'elle avait le cancer. Pour elle, (consciemment ou inconsciemment) mettre ses enfants au courant de sa maladie aurait impliqué qu'elle baisse les bras et qu'elle laisse la maladie triompher. En ne dévoilant pas la réalité de sa maladie à ses enfants, ça lui a donné une force physique et mentale incroyable pour se battre et résister. A plusieurs reprises, je l'ai persuadée (en croyant que les psychologues avaient toujours raison) que ses enfants avaient droit à la vérité. De mon côté, j'avais peur qu'elle nous quitte en un temps court et que ses enfants prennent sa cachoterie pour une trahison et qu'ils en subissent les conséquences… j'avais peur aussi que les enfants occultent leur souffrance car ils ne comprenaient pas pourquoi leur maman avait des fois un bonnet, puis une perruque, et perdait ses cheveux, et surtout, qu'il lui arrivait de quitter le foyer et de passer quelques jours chez mes parents, les laissant seuls avec leur père (c'était pendant la période de chimio, elle ne voulait pas qu'ils la voient souffrir). J'étais sûre que mes neveux, ces petits anges, occultaient beaucoup de souffrance, car ils n'ont jamais interrogé leur mère ni la famille à ce sujet, et pourtant, leur père (grand égoïste) , tout au début (quand les mômes avaient 4 et 5 ans) leur a raconté sournoisement que leur mère avait le cancer et qu'elle ne vivrait pas longtemps. Ils ont sûrement refoulé plein de souffrance. Mais l'amour de leur mère a été le plus fort et a triomphé sur la maladie et ses effets sur les enfants. Ma soeur a commencé sa métastase depuis plus d'un an. Aujourd'hui, elle se bat contre un épanchement pleural dans le poumon gauche, dû à l'air conditionné dans les locaux où elle faisait sa physiothérapie. Sa pleurésie qui a débuté il y a plusieurs mois est restée sans traitement spécifique pendant des mois car le médecin a préféré attendre les résultats de la chimio. Elle a commencé à tousser quand elle parlait et a respirer difficilement avec des douleurs dans le dos. Il y a env 1 semaine, elle étouffait la nuit quand ma s'ur qui partage la même chambre qu'elle s'est vite réveillée et elle a été emmenée d'urgence à l ? Hopital (un ange du ciel ayant envoyé son mari en travail a l'étranger, ça lui a permis de vivre chez mes parents). A l'hopital : oxygène et examens. On découvre une infection au poumon droit. Son médecin lui a retiré l'eau du poumon gauche pour qu'elle puisse respirer en attendant l'effet des antibiotiques. Pas d'évolution. Ma soeur se bat. Elle n'a pas baissé les bras. Mon frère et mes soeurs se relayent auprès d'elle (24h/24h) pour surveiller l'oxygène et un éventuel problème de respiration. Hier son médecin lui a mis un drain car l'épanchement s'est refait. Il parait qu'elle a passé une bonne nuit. On ne sait pas ce que l'avenir lui réserve, ce qu'il nous réserve, mais le plus important c'est que nous lui donnons tout l'amour dont elle a besoin, et ça fait du bien à tout le monde. J'ai beaucoup pleuré en pensant que ma soeur n'aura pas le temps ni la chance de savourer le fruit de tant d'années de sacrifices à élever ses enfants toute seule (le père étant plus absent quand il était à la maison que quand il n'y était pas, pire encore, aucun soutien de sa part pour ma soeur malgrè ce qu'elle endure depuis 13 ans à cause de sa maladie, mais le pire du mal qu'il lui a fait, seul Dieu le sait. Heureusement, un ange du ciel a envoyé son mari à l'étranger depuis env. 1 mois pour qu'elle ait un petit répit). Ses enfants ont aujoud'hui 15 et 17 ans (ma nièce fête ses 16 ans le 13 de ce mois. Elle tient à couper le gateau avec sa mère a l'hopital). Ma s'ur ayant peur que ses enfants soient perturbés en la voyant sur son lit d ? Hopital, avec tous les tuyaux et sa faiblesse et souffrance ? A refusé qu'ils aillent la visiter. Sans rien dire a personne, ils sont allés directement à l ? Hopital tout de suite après l'ecole. Ma s'ur a été très éprouvée (moral et santé). Quand elle s'est senti mieux, elle a demandé à les voir. Ses enfants lui ont dit : tu es notre maman et tu ne peux pas nous empêcher de te voir. Moralités : 1) il ne faut jamais baisser les bras. 2) si ton médecin ne se bat pas avec toi, va voir un autre qui fait son métier avec amour, Celui qui est doué de cette intelligence divine, celle de vouloir sauver, et non celui qui se. Prend pour Dieu en croyant savoir quand ton heure va sonner. 3) quand on est gravement malade, il faut avoir le courage de garder à distance les. Personnes négatives et de se faire entourer de ceux qu'on aime et qui nous aiment. 4) chacun a ses propres défenses et les enfants sont plus forts qu'on ne le croit à condition. Qu'ils aient de l'amour. 5) il ne sert à rien d'angoisser pour notre maladie ou celle de nos proches. Il faut justement. Éviter de leur montrer angoisse, tristesse et inquiétude… (au moment où je passais mon. Temps à pleurer, et ce, pour plusieurs raisons dont celles de ne pouvoir être auprès de ma. Soeur, de ne pouvoir être utile pour elle et prendre le relais avec mes soeurs et mon frère. Qui sont auprès d'elle quand ils ne sont pas à leur boulot, les soutenir moralement. Etc … etc… moi vivant en France, eux à l'étranger, les quelques mots qu'elle a pu. Chuchoter dès qu'elle a ouvert les yeux furent un conseil pour moi). Donnez plutôt de. L'amour, et ne lésinez pas. Certaines maladies viennent et évoluent à causes d'un mal. D'amour. L'amour est le meilleur remède et calmant de certaines maladies et le seul de. Beaucoup d'autres. 6) certaines personnes ont besoin d'être utiles pour vivre. Avec attention et amour, On peut percevoir ce besoin et leur en laisser la liberté d'expression et d'action au lieu de. Vouloir les assister en tout. (je pense a ma s'ur qui dans le pire moment de sa maladie, Pense à mon bien et a me donner conseil. Cette attitude exprime le besoin d'aimer pour. Se sentir vivant). 7) Ma soeur a un cancer avancé, moi je n'ai rien, mais puis-je prétendre qu'elle partira. Avant moi ? Dieu seul connait le destin de chacun. Alors, je remets à Dieu tout ce qui me. Dépasse et je lui demande de nous aider et nous accompagner. Je lui fais confiance. Je suis avec vous tous de tout coeur. Amicourage.
  Lire la suite de la discussion sur sante-medecine.commentcamarche.net


262364
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Temoignage tercian (petit coup de gueule) - neuroleptiques

image

Bonjour à tous ! Je suis une jeune fille de 25 ans qui souhaite juste s'exprimer sur la prise de neuroleptique (entre autres…) , après un recul de 10 ans de traitement/abrutissement. J'ai commencé à être traitée à l'âge de 15 ans, suite à...Lire la suite

De la crise d angoisse - angoisse et phobie

image

Bonsoir, En passant par hasard sur une video ytube, j'ai ecouter le témoignage d'une jeune femme ayant souffert de ce trouble en parlant de ce forum comme bequille et soutien vis a vis de son problème. Elle, comme beaucoup de semblables face a ce...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages