Histoire vécue Santé - Maladies > Cancer > Cancer du poumon      (446 témoignages)

Préc.

Suiv.

De la crise d angoisse - angoisse et phobie

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 23/11/13 | Mis en ligne le 20/05/14
Mail  
| 1390 lectures | ratingStar_528045_1ratingStar_528045_2ratingStar_528045_3ratingStar_528045_4
Bonsoir, En passant par hasard sur une video ytube, j'ai ecouter le témoignage d'une jeune femme ayant souffert de ce trouble en parlant de ce forum comme bequille et soutien vis a vis de son problème. Elle, comme beaucoup de semblables face a ce soucis tiennent avec tout un arsenal de cachets anxiolytique et antidepresseur. (l'excellent cocktail si il est durable pour une crevaison sure et rapide). Tout ça m'a fait un peut tiquer ^^puisque j'ai vecu la même experience très "dark "de ce delirium psychique. Donc me voilou en 3 minutes de creation de profil pour faire part de la mienne d'experience qui aura durer 10 ans pile (de 18 a 28 ans environ) … j'ai vecue clopin clopant avec ce symptome, sans en parler a personne et sans medicaments, pourtant il y eut des instants ou j hesitait a appeler les pompiers me sentant proche de l'accident psychiatrique xd. Tout as commencer avec la classique hypocondrie (cancer du poumon pour moi^^) malaise, tacchycardie, eto​uffement etc..invention de rituels pour me réanimer de mes agonies permanente : j'ai pendant ces 10 années manger plus de gousses d'ail qu'une usine d'aioli pourrait produire (qui m'a en fait vachement eloigné du cancer pulmonaire en fait^^c'est un aliment miraculeux pour les poumons). Je vous passe evidemment les visites radiologique sur mes instances chez le medecin en inventant tout et n'importe quoi pour faire des check up integraux. Forte de ma gousse d'ail attitude, j'était sure d'avoir vaincu par une arme redoutable ce cancer qui m'attendait. Nevrosée c'est le mot quand ont sait et qu'on a conscience d'être en plein delire mais que rien ne change a votre schema habituel morbide, mais que pire encore ce delire que je croyait temporairement vaincu se metamorphosa en d'autre symptomes : voila que je prenait un bus et que mes crises de panique me reprenait j'ai rarement fait un trajet direct, il fallait que je descende reprenne mon souffle, mon esprit, mon calme. Puis a un moment ces crises infernale se sont estompée (forcement je suppose que j'avais epuiser tout mon stock d'adrenaline) et as commencer : la somatisation. Mes sinus, comme des volet battant derriere mon crane, effusion de sang par le nez, de veritables donnée physique de ma crevaison prochaine et de ma probable explosion cerebrale ! Donc je vais chez le medecin (une femme d'origine laotienne, plutot rustre mais très juste, le genre de meuf que tu va voir avec un mal de gorge pas possible, des symptomes bronchitique qui va te retorquer que dans 3 jours ça sera fini et qui te laissera partir sans une boite de doliprane, même pas un bonbon a sucer au miel^^). Je lui parle de ce mal derriere le crane a chaque fois que je respire, toujours avec le ton de colonel cluck que je lui connait, elle me replique que c'est psychique, et marmonne qu'il va falloir que je m'occupe de ce problème. Je rentre chez moi bredouille comme d hab même pas avec un aerosol d'eau de mer pour mon nez, et la… paf, des la sortie de son cabinet, je n'ai jamais plus eut ce problème de sinus. Plus rien, que dalle en l'espace de 5 minutes. Je ne sais ce qui s'est passer ce jour la dans ma psyché profonde, si la sentence et l'identification de mon problème par ce medecin a parler directement a mon inconscient ou autres, toujours est t'il, que des ce jour la, je me suis dirigée parfois un peu bancalement et avec ces acces de panique encore vivace, d'illuminations en decouverte fabuleuse philosophique, psychologique, de​ lucidité eclairante sur mon travail d'introspection jusqu'à guerison totale et irréversible . Je me suis "auto-guerie" parce que j'ai eut le courage de me contempler moi même et chercher la source de ces crises d'angoisses, pour ma part ces crises était toujours accompagnée d'obsessions bizarre comme faire mon menage a fond avant de crever^^pour eviter que les gens disent lors de mes funerailles que j'était une bordelique (ce qui est totalement vrai xd) des trucs dans le genre quoi… toujours des petites choses qui avait comme sous jacence : la perte de controle… le controle de moi même… il y avait une notions de controle qui accompagnait ces crises de panique. Je faisait même un reve reccurrent qui symbolisait tout ça : toujours des objets que je convoitait et des tsunamis, des chiens cerbere tout droit sorti de l'enfer m'enpechait d'aboutir a mon larcin. Chez les psy, je crois qu'il appelle ça : un conflit avec le surmoi. Depuis je pete la forme, tout s'est arreter, je suis epanouie, j'ai la banane. Peut-être que je cannerai un jour d'une maladie moins grandiloquente que le cancer ou la tumeur cerebrale, peut-être d'une fistule a l'anus qui sait un truc bien naze, mais je m'en fiche complet, toujours est t'il que j'ai gaspiller 10 ans de ma vie a avoir peur pour rien. Bref tout ce paté, que je suis pas sure qu'on lira, mais le but c'est qu'il puisse resonner aumoins chez quelqu'un (une). Mais surtout j'ai eut la chance de croiser un medecin qui n'a pas ceder a la facilité de me prescrire un arsenal medicamenteux, qui ne m'aurai pas guerie tout au plus rendue legume, et m'aurai ouvert une spirale et un schema qui m'aurait mener a ma perte. (même si je comprend parfois que la prise de cachets peut aider). Ce que je ne comprend pas, c'est que certains ont la main très lourde sur ce genre de dispositif medicamenteux, et n hesite pas a en prescrire a des ados, des tas de gens a qui n'en aurait pas besoin pour le peu qu'on leur explique avec pedagogie, quel est ce mal qui les ronge psychologiquement, tout comme cette personne vu sur youtube. En mettant donc en doute tacitement la capacité des gens a être resilient, intelligent et reconquerir leur forces personelle dans tout les domaines . C'est ce genre de medecine que je trouve honteuse. Voila j'ai fini, j'en rajouterai bien encore une couche, mais mamie va se calmer pour ce soir ! Xd. Merci de m'avoir lu .
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


528045
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Temoignage tercian (petit coup de gueule) - neuroleptiques

image

Bonjour à tous ! Je suis une jeune fille de 25 ans qui souhaite juste s'exprimer sur la prise de neuroleptique (entre autres…) , après un recul de 10 ans de traitement/abrutissement. J'ai commencé à être traitée à l'âge de 15 ans, suite à...Lire la suite

A 25 ans, elle a un cancer du poumon gauche

image

Bonjour, Je viens sur ce forum, car je suis maman d'une fille qui va avoir 25 ans au mois d'aout et qui viens d'apprendre qu'elle a un cancer du poumon gauche, sa maladie a due commencé bien avant, ont peu diire un an, mais elle ne s'est jamais...Lire la suite