Histoire vécue Santé - Maladies > Cancer > Cancer du sein      (1038 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le lait est vraiment une sacré vacherie !

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 2738 lectures | ratingStar_157772_1ratingStar_157772_2ratingStar_157772_3ratingStar_157772_4

LE LAIT, UNE SACREE VACHERIE ? Article extrait du livre de Michel Dogna "PRENEZ EN MAIN VOTRE SANTE" Je vais ici attaquer un sujet tabou qui risque de déranger bon nombre de lecteurs, y compris des médecins. Le postulat en vogue est le suivant : Les produits laitiers sont nécessaires pour apporter le calcium et lutter contre la décalcification. C'est un aliment complet et un facteur indispensable à une bonne santé Il est difficile de s'attaquer à des croyances surtout lorsqu'elles sont enseignées par des services officiels, fidélisées par une publicité massive et verrouillées par le plaisir qu'elles génèrent. Et pourtant, il suffit de se permettre de réfléchir par soi-même et d'observer en toute liberté d'esprit quelques constatations directes pour le moins troublantes. Les trois pays où l'on observe le plus de fractures de la hanche, donc d'ostéoporose, à savoir les ETATS-UNIS, la NOUVELLE ZELANDE, la SUEDE, comptent parmi les plus grands consommateurs de laitages du monde. Par contre, les pays à très faible consommation laitière, voire nulle, tels que la CHINE, l'INDE, le JAPON et surtout l'AFRIQUE, ignorent pratiquement ces problèmes d'ostéoporose. Il semble donc que le calcium amené par le lait ne soit pas fiable, c'est-à-dire correctement métabolisable. Aussi, lorsque l'on observe au microscope la texture osseuse des grands consommateurs de laitages, on constate souvent une cristallisation grossière, irrégulière, cryptique, donc fragile. Le calcium existe partout dans l'alimentation. Il est à noter que les fromages à haute teneur en calcium proposent un calcium peu assimilable qui a tendance à se déposer anarchiquement dans des articulations sous forme de bec-de-perroquet, Ostéoporose becs-de-perroquet = calcium anarchique, non pris en charge par les métabolismes de construction de l'organisme. Autre réflexion : Nous faisons partie des mammifères. Or, est-il possible de citer un seul mammifère sauvage qui boive du lait à l'âge adulte sur la planète ? L'on trouve de fait des carnivores, des herbivores, des granivores, mais aucun lactivore. Il semble donc qu'il y ait là de la part du genre humain une transgression aux lois naturelles. Pire, aucun animal n'aurait l'idée de se nourrir avec le lait d'une autre espèce. La simple observation de la nature montre que le lait est réservé aux premiers mois de la vie, et exclusivement dispensé par la mère. En particulier, donner à nos bébés du lait de vache prive ceux-ci de la bêta-lactoglobuline contenue dans le lait de la femme et qui détient un haut pouvoir immunologique. C'est ainsi que l'on peut constater couramment chez ces bébés des micro-saignements intestinaux (44% à 2 mois et 27% à 8 mois). D'autre part, le lait de vache contenant très peu de fer, 33% des bébés soumis au régime lacté bovin souffrent de carence en fer et 59% d'anémie. Mais, ce n'est pas tout, un long cortège de maladies devenues classiques s'installe avec : - les rhino-pharyngites, les otites- les angines- les infections ORL- l'asthme- l'eczéma- les allergies multiples- les urticaires au soleil- les migraines- la spasmophilie sous ses multiples formes Ces maladies chroniques peuvent suivre toute la vie tant que la suppression des laitages n'aura pas été admise.Il va de même pour l'effet antiviral dont sont privés les bébés nourris au lait de vache. Une étude de Dowhan, lors d'une bronchite virale aiguë survenue dans une garderie, a montré que, parmi les bébés nourris au biberon, 46 sur 167 ont dû être hospitalisés, alors que seulement 8 sur 115 l'ont été parmi ceux qui étaient nourris au sein. Lait et cancer du sein Dans l'ouvrage du Dr Raphaël Nogier intitulé : Ce lait qui menace les femmes, nous découvrons avec stupeur, grâce à une étude épidémiologique mondiale élaborée en relation avec l'OMS, une corrélation étroite entre le taux des cancers du sein et la consommation laitière des femmes. Une fois de plus, on constate que c'est en Afrique (qui ne se prête pas à l'élevage bovin) que les seins se portent mieux. Mais dans d'autres pays comme l'Inde et le Japon, le cancer du sein n'existait pas jusqu'en 1970. A partir de 1973, une installation progressive de l'importation laitière et de l'élevage a entraîné une incidence du cancer de 30% tous les cinq ans au Japon entre 1973 et 1987 et de 10% par an à Shanghai et à Bombay. Les pays à plus fort taux de cancer du sein sont, par ordre décroissant : Les USA (avec 87 cas pour 100.000 habitants) , puis la Hollande, la Belgique, le Canada (avec 71 cas pour 100.000 habitants) , cela pour une consommation moyenne de 284 kilos par an et par habitant de produits laitiers La France, qui en consomme à peu près autant, n'a pourtant que 60 cas pour 100.000 habitants. Peut-être est-ce parce qu'on n'y boit moins de lait (80 litres par habitant et par an) et que l'on mange plus de fromages variés. Il n'en demeure pas moins que ce fléau nous fait chaque année 9 300 morts en moyenne ? Autant que les accidents de la route. D'après le Docteur Nogier, son expérience de cabinet l'a amené à régler facilement de multiples problèmes laissés pour compte de la médecine officielle par la simple suppression des produits laitiers. Il cite - des douleurs abdominales inexplicables ? Des fatigues chroniques ? - des hypersomnies ? Des yeux cernés ? Des eczémas ? Des urticaires -- des chutes de cheveux par plaques ? Des dépressions ? Des migraines ? - des hypertensions artérielles ? Des tachycardies ? De la spasmophilie ? - des douleurs aux seins ? Des douleurs arthritiques ? Rhumatismales ? - calcification - tendinite Tous ces problèmes étant souvent dus à une intolérance aux protéines du lait et au lactose. Depuis des années, j'ai personnellement conseillé aux femmes qui font de la mastose de supprimer radicalement lait, fromage, yaourt, crème fraîche, etc. En six mois à neuf mois, les nodules de seins se résorbent et quelques fois disparaissent complètement. Il y a de plus en plus de gynécologues qui conseillent maintenant la même chose. Mais surtout, il est indispensable que les femmes qui ont un cancer du sein stoppent catégoriquement tous les produits laitiers si elles veulent avoir une chance de guérison définitive, quel que soit le traitement suivi. Les fibromes et les kystes ovariens pour les femmes, les adénomes prostatiques pour les hommes sont aussi en relation avec la consommation régulière de produits laitiers. Ces maladies n'existent pratiquement pas dans les pays africains et asiatiques.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


157772
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Peur des maladies - angoisse et phobie

image

Bonsoir. Je nouvelle sur ce forum et j'ai mis du temps avant d'arriver a m'inscrire. J'ai peur des jugements sur ma situations. Voila je m'appelle Julie j'ai 23 ans Maman de deux petites poupée de 3ans et de 5 mois. Il y a 6 semaines j'ai trouver...Lire la suite

Help ! comment me reconstruire apres un cancer du sein ? - bruxelles - belgique - entraide et associations locales, ville par ville

image

Bonjour, Je me présente : vanessa 33 ans vit à Bruxelles. J'ai vécu une expérience très douloureuse dans ma vie. J'ai eu un cancer du sein de stade III traité par chimiothérapie, radiothérapie et maintenant hormonothérapie. Après tout ce...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages