Histoire vécue Santé - Maladies > Cancer > Cancer du sein      (1038 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les produits avec du paraben et le cancer du sein

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 4917 lectures | ratingStar_60371_1ratingStar_60371_2ratingStar_60371_3ratingStar_60371_4

Ah la la ! Les filles !

 

Je travaillais jusqu a mars dernier dans une societe qui fabrique des cosmetiques pour les centres de cure et thalasso (notamment pour les asthmatiques, rhumatismes…) , autant vous dire que cette question nous préoccupait tout particulierement.

À l'époque, sur les 5 parabens utilisés en cosmetiques depuis 50 ans, 4 avaient été reconnus inoffensifs et le 5 eme était en cours d'étude.

 

Il avait été montré qu il fallait utiliser par jour : 1 pot entier de creme pour le corps, 2 bouteiles de shampooing, et 1.5 bouteilles de gel douche avec paraben pour en retrouver une trace sous la peau de la poitrine d'une femme de 40 ans !!

 

Je suis allee à une conférence qualité sur le sujet, organisée par la commission européenne voici ce qui avait été dit à peu de chose près :

 

La vérité sur les parabens  

Depuis de nombreuses années, les parabens sont des conservateurs utilisés dans 80% des cosmétiques mis sur le marché. Il existe plusieurs parabens et ils portent sur l'étiquetage les noms de  "benzyl -" (molécule de l'illustration) , "ethyl -", "methyl -", "propyl -".

 

Depuis début 2004, le mot paraben est devenu paria. Tous les produits comportant ce conservateur sont jugés suspects, allergisants voire cancérigènes, responsables de bien des maux…

 

Et pourtant …

 

Les parabens sont des substances synthétisées à partir d'un composé chimique, l'acide parahydroxybenzoïque. Ils font partie des conservateurs les plus efficaces et les plus sûrs. Ils existent aussi à l'état naturel dans certains aliments tels que les fruits et légumes (mûres, orge, fraise, cassis, pêche, carotte, oignon, haricots blancs, vanille) ou les fromages. On les trouve naturellement dans le corps humain (précurseur du Coenzyme Q10). Ils sont rapidement absorbés, métabolisés et excrétés.  

 

Une petite mise au point s'impose donc !

 

Outre le fait que nous en rencontrions dans nos aliments de base naturels, voici 50 ans qu'ils conservent  notre alimentation "industrialisée" (pâtisseries, boissons sucrées, pâtes, confitures, conserves, sirops)  ou nos médicaments (le propylparaben est même très efficace contre les mycoses ! ). Quant à l'industrie cosmétique, si elle a choisi ce conservateur c'est parce qu'il a un spectre d'activité très étendu (bactéries, moisissures, levures, champignons) , qu'il est faiblement toxique, qu'il n'interfère pas avec les autres substances contenues dans les cosmétiques, qu'il est biodégradable et qu'il est accepté par les différents organismes de régulation internationaux.

 

Oui, certaines personnes sont allergiques à ce conservateur, comme certaines le sont avec le lait de vache. Allons nous interdire le lait de vache à tous nos enfants pour cette raison ?

 

Oui, certains bruits courent qu'il favoriserait le cancer du sein. L'AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé a été mandatée pour mener une étude sur le sujet. Le 29 septembre 2005, elle a rendue sa conclusion : "la commission de cosmétologie s'est prononcée favorablement à la poursuite de l'utilisation, aux conditions prévues par la réglementation actuelle, de 4 des 5 parabens les plus couramment utilisés (méthyl, éthyl, propyl et butyl parabens) ".

 

Oui, il faut rester prudents et faire attention. Mais rassurez-vous, les législations cosmétiques françaises et européennes sont très présentes. En étant visibles sur internet, nous sommes tenus de les respecter intégralement.

 

Mise au point par l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (afssaps).

 

"Les parabens sont présents dans 80% des produits cosmétiques en raison de leur efficacité anti-microbienne et de leur relative innocuité, vis à vis de des effets sensibilisants, notamment. Les parabens ont un large spectre d'activité sur les bactéries, les moisissures, les levures et les champignons. Ils sont efficaces à faible concentration et les mélanges de parabens ont un effet synergique. Ils sont facilement détruits par l'organisme. Des études ont démontré la destruction des parabens après application sur la peau, ce qui explique la faible exposition systémique du consommateur. Les possibilités de substitution des parabens par d'autres conservateurs sont limitées, car de nombreux autres conservateurs ne sont pas aussi efficaces et ne présentent pas une aussi bonne tolérance et autant de données de sécurité Il a été démontré que les parabens pouvaient dans certaines conditions, franchir la barrière cutanée chez l'animal mais les effets néfastes d'un éventuel passage à travers la peau des parabens chez l'homme ne sont pas à ce jour démontrées. La plupart des études de toxicité générale (aiguë, sub-aiguë, chronique) réalisées sur différentes espèces animales ont permis de montrer l'absence d'effets toxiques, génotoxiques, cancérogènes et tératogènes  de  ces composés.

 

Par ailleurs, en raison de leur hydrolyse dans l'organisme, ils ne sont pas susceptibles de s'accumuler dans les tissus.

 

Des effets sur la fertilité ont été rapportés chez l'animal dans certaines études réalisées avec le propylparaben et le butylparaben, à des doses susceptibles aux doses d'exposition humaine. De nouvelles études examinant spécifiquement ces effets ont été réalisées par l'industrie cosmétique. Les rapports complets ont été transmis à l'Afssaps en vue de leur expertise par la commission de cosmétologie.

 

Ainsi, au vu de l'ensemble des données disponibles et des conclusions de comités d'experts de la Commission Européenne dans le domaine cosmétique et alimentaire, et après expertise de l'ensemble des études actuellement disponibles, la commission de cosmétologie du 29 septembre 2005 s'est prononcée favorablement à la poursuite de l'utilisation, aux conditions prévues par la réglementation actuelle, de 4 des 5 parabens les plus couramment utilisés (méthyl, éthyl, propyl et butyl parabens).

 

Pour l'isobutylparaben, la commission de cosmétologie s'est montré favorable à la poursuite de l'utilisation dans les produits cosmétiques de ce conservateur, sous réserve que des études complémentaires soient réalisées permettant de confirmer l'absence de risques, aux conditions d'utilisation dans les produits cosmétiques.

 

Concernant les esters d'alkyle de l'acide parahydroxybenzoïque, notamment le benzylparaben, la commission de cosmétologie a émis des réserves concernant leur utilisation compte tenu du manque de données permettant d'écarter un risque toxique sur la reproduction. Considérant d'une part que les données nécessaires ne seront pas fournies par les industriels et d'autre part, l'absence d'intérêt d'utilisation de ces substances selon les industriels cosmétiques, l'Afssaps proposera au niveau communautaire une inscription nominative des esters évalués favorablement, en lieu et place de la mention générique actuelle "esters de l'acide parahydroxybenzoïque" . Ceci permettra d'identifier les esters utilisables sans risque, et de ne pas inciter à l'utilisation de substances à risque non évalué".

 

Esters utilisables sans risque, et de ne pas inciter à l'utilisation de substances à risque non évalué".
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


60371
b
Moi aussi !
5 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Peur des maladies - angoisse et phobie

image

Bonsoir. Je nouvelle sur ce forum et j'ai mis du temps avant d'arriver a m'inscrire. J'ai peur des jugements sur ma situations. Voila je m'appelle Julie j'ai 23 ans Maman de deux petites poupée de 3ans et de 5 mois. Il y a 6 semaines j'ai trouver...Lire la suite

Help ! comment me reconstruire apres un cancer du sein ? - bruxelles - belgique - entraide et associations locales, ville par ville

image

Bonjour, Je me présente : vanessa 33 ans vit à Bruxelles. J'ai vécu une expérience très douloureuse dans ma vie. J'ai eu un cancer du sein de stade III traité par chimiothérapie, radiothérapie et maintenant hormonothérapie. Après tout ce...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages