Histoire vécue Santé - Maladies > Cancer > Cancer du sein      (1038 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mastectomie et tumerectomie

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 2259 lectures | ratingStar_98734_1ratingStar_98734_2ratingStar_98734_3ratingStar_98734_4

J'ai été consulter plusieurs cancérologues, aussi à l'étranger. Et selon la plupart d'entre eux, il vaut dans bien des cas préférer la mastectomie. Dans les cas suivants, les cancérologues la recommandent et il vaut mieux suivre leurs conseils :

-grosse tumeur dans un petit sein.

-tumeur placée près du mamelon.

-lorsque la peau est touchée ou que l'on soupçonne qu'elle soit touchée.

-tumeur multifocale (on ne peut jamais être certain qu'elle soit multifocale, parfois de petites tumeurs ne sont pas encore détectées par les examens et elles peuvent devenir infiltrantes et sont la cause de rechutes locales des mois ou des années plus tard, causant ainsi un nouveau traumatisme).

- tumeur inflammatoire.

Combien de fois en pratiquant une tumérectomie, les médecins s'aperçoivent que les marges ne sont pas saines et heureusement, ils pratiquent alors l'ablation du sein.

Il ne faut jamais oublier que souvent, le premier cancer ne causera jamais de métastases et c'est la rechute locale d'une tumeur parfois plus agressive que la première et découverte avec quelque retard qui donnera lieu à des métastases ultérieurement.

Et puis il ne faut jamais oublier qu'on peut reconstruire un sein. C'est une option qui peut aider. Personnellement, je ne me suis pas fait reconstruire, car j'avais trop peur de rechuter, de retoucher cette partie du corps, car j'avais le mamelon envahi et un début de peau d'orange. Et mon cancérologue avait donc recommandé d'enlever un maximum de peau pour éviter une rechute et prescrit en plus de la radiothérapie sur la paroi.

Je me permets d'écrire cela pour celles qui hésitent d'accepter l'ablation. Bien sûr, quel que soit le traitement, même maxi, on n'est jamais certaine d'être à l'abri d'une rechute. On moins, on aura fait le maximum…

Mon cancérologue avait écrit "si la mastectomie devait engendrer une maladie encore plus grave que le cancer, il vaut mieux pratiquer la tumérectomie" (sous-entendu dépression et suicide). J'ai déjà lu des rares messages de femmes qui prétendaient préférer mourir que de perdre le sein ! A mon avis, au moment de leur choix, elles ne sont pas encore conscientes des conséquences possibles mais pas certaines.

J'ajoute qu'il y a de nombreux petits cancers qui ne rechutent pas après une tumérectomie, heureusement, sinon elle ne se pratiquerait plus.

Dans mon cas personnel, un cancérologue m'avait dit clairement qu'il ne "préférait pas penser à ce qui me serait arrivé si on m'avait fait une tumérectomie" (qui avait été proposée suite à la chimio-néoadjuvante, alors qu'il restait pas mal de cellules cancéreuses dans le sein.) A cette époque on faisait encore des études entre mastectomie et tumérectomie dans le cas de cancers plus graves.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


98734
b
Moi aussi !
8 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Peur des maladies - angoisse et phobie

image

Bonsoir. Je nouvelle sur ce forum et j'ai mis du temps avant d'arriver a m'inscrire. J'ai peur des jugements sur ma situations. Voila je m'appelle Julie j'ai 23 ans Maman de deux petites poupée de 3ans et de 5 mois. Il y a 6 semaines j'ai trouver...Lire la suite

Help ! comment me reconstruire apres un cancer du sein ? - bruxelles - belgique - entraide et associations locales, ville par ville

image

Bonjour, Je me présente : vanessa 33 ans vit à Bruxelles. J'ai vécu une expérience très douloureuse dans ma vie. J'ai eu un cancer du sein de stade III traité par chimiothérapie, radiothérapie et maintenant hormonothérapie. Après tout ce...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages