Histoire vécue Santé - Maladies > Cancer > Cancers digestifs      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon père se retrouve très faible

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 1270 lectures | ratingStar_127700_1ratingStar_127700_2ratingStar_127700_3ratingStar_127700_4

Mon père fêtera ses 63 ans le 15 novembre prochain ou peût-être pas. Il a eu un cancer du colon fin 2006 et après un combat acharné (opération du colon, opération du foie et 4 protocoles de chimio) , il se trouve dans un lit d'hôpital très faible : Le foie n'existe plus et a été remplacé par les métastases, il a la jaunisse, il ne mange plus et est donc très maigre. Enfant, j'aime tellement mes parents, que je pensais déjà que je ne voudrais jamais les perdre et à 37 ans je m'apperçois qu'il n'y a pas d'âge pour perdre un être que l'on aime. Je parle régulièrement avec les médecins car je veux savoir, y aller par étape et aujourd'hui il m'a dit que la fin approchait. Mon père divague dés fois mais il est paisible me dit-il. Ses membres tremblent alors je fais comme si je ne le voyais pas. Car il veut encore se débrouiller seul, comme lire son journal même s'il n'arrive plus à tenir les pages ou à mettre ses lunettes. Je vais le voir régulièrement mais pas plus d'une fois par jour car dans son délire il croit qu'il va mieux et s'il me voyait plus souvent il se dirait qu'il y a quelque chose d'anormal. Moi je veux qu'il pense qu'il va mieux, pourquoi lui dire le contraire, pour le terrorrisé ! Le médecin me dit qu'il partira dans son sommeil, tant mieux même si j'aimerai qu'il guérisse. Je pose des questions absurdes au médecin comme "peut-on lui greffer un nouveau foie car moi je suis prête à lui faire don d'une moitié, est ce réversible,… Un espoir qu'il guérisse. Le cancérologue m'a dit aujourd'hui que des progrès étaient réalisés sur cette maladie et que le meilleur remède était de se faire suivre pour être dépisté le plus tôt possible. Alors au moindre mal, allez voir votre médecin, nous ne sommes pas immortels. La maladie tue toujours et il n'y a pas de honte à se faire soigner. On repousse toujours la visite chez le medecin, par peur, par ignorance, par j'en foutisme, par bravoure… J'étais un peu tout ça avant, je prend conscience que chaque jour est un don (de je ne sais qui) et qu'il faut en profiter et prendre soin de notre corps, d'autant plus que nous avons la chance d'être dans un pays qui nous le permet. La maladie ne fait pas de ségrégation, elle "attaque" tout le monde. Mon père mangeait bio, ne fumait pas, ne buvait pas, aimait la nature (le grand air) , il n'a jamais été malade et ne s'écoutait pas (peut-être pas assez d'ailleurs) Par ce message je ne veux effrayer personne, juste que ceux qui décèdent de maladie servent d'exemple pour leur proches, pour nous tous.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


127700
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Le cancer du pancreas

image

Bonjour à vous tous, Le 10/04/13, on a diagnostiqué une tumeur au pancréas de ma maman, elle a fait des examens car elle est devenue jaune subitement et avait des démangeaisons. Les scanners et IRM n'ont pas détecté de métastases ailleurs....Lire la suite

Suite cancer du colon

image

Bonjour, On a decouvert un cancer du colon a Maman, agé de 80 ans, debut aout. Elle allait bien, juste une constipation qui nous a emmené aux urgences en aout dernier. Nous avons du attendre 2 jours avant qu'on nous dise qu'il fallait faire une...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages