Histoire vécue Santé - Maladies > Cystites / Infections urinaires      (374 témoignages)

Préc.

Suiv.

Une cystite doit impérativement être bien traitée

Témoignage d'internaute trouvé sur bladi
Mail  
| 2745 lectures | ratingStar_24215_1ratingStar_24215_2ratingStar_24215_3ratingStar_24215_4

Besoin frénétique d'aller aux toilettes, faible quantité d'urine accompagnée de brûlures et de douleurs dans le bas ventre… Plus d'une femme sur deux sera confrontée à des infections urinaires au cours de sa vie. Même si elles se soignent facilement, certaines complications ne doivent pas être prises à la légère.

Malgré sa réputation bénigne, la cystite n'est pas à prendre à la légère, en particulier chez les enfants. Une infection urinaire non traitée peut en effet avoir d'importantes répercussions.

Brûlures et envies.

Les symptômes les plus caractéristiques sont :

•Les brûlures urinaires, surtout en fin de miction ;

•Les envies fréquentes et impérieuses d'uriner (pollakiurie) , pour souvent ne faire que quelques gouttes ;

•L'urine est généralement trouble, en raison de la présence de nombreux leucocytes (globules blancs) , témoignant des réactions de défense de l'organisme, et peut être malodorante.

Hygiène intime : attention aux excès !

Une hygiène intime trop scrupuleuse peut entraîner des désagréments. Depuis quelques années, les douches vaginales sont montrées du doigt. En effet, elles augmentent les risques d'infections, comme vient de le confirmer une grande étude américaine.

Dans le domaine de l'hygiène intime, le mieux est souvent l'ennemi du bien. Les gynécologues le savent et le disent depuis longtemps. Une nouvelle étude, la plus importante jamais menée sur le sujet, vient tout récemment de le confirmer, en démontrant les méfaits de la pratique, même épisodique, des douches vaginales*.

Dix conseils pour éviter les récidives.

Bien qu'il n'existe pas de solution miracle, quelques conseils simples permettent de limiter les récidives d'infections urinaires. En respectant une bonne hygiène de vie, il est possible de ne plus souffrir continuellement de ces cystites. Doctissimo vous livre dix conseils essentiels.

1 – Buvez suffisamment.

Boire de l'eau en quantité suffisante (1,5 à 2 litres par jour) pour que les urines soient moins concentrées est le plus sûr moyen de diminuer le risque d'infection. Le risque de cystite est plus important en été, la transpiration est plus importante et on a tendance à uriner moins.

2 – Ne vous retenez pas d'uriner.

Essayez d'aller aux toilettes régulièrement et ne vous retenez pas trop longtemps.

3 – Uriner après chaque rapport sexuel.

Si vos épisodes de cystite surviennent à la suite d'un rapport sexuel, prenez l'habitude d'uriner systématiquement après. Par cette action, vous chasserez les bactéries qui pourraient être présentes dans l'urètre.

4 – Eviter l'humidité et la chaleur.

Evitez le port de vêtements trop serrés ou de sous-vêtements synthétiques. Ils favorisent la transpiration et ainsi la prolifération de microbes.

5 – Adopter les bons gestes.

Après avoir uriné ou après l'émission de selles, pensez à vous essuyer d'avant en arrière et non l'inverse. Veillez également à vous laver les mains à l'eau et au savon.

6 – Lutter contre la constipation.

Si vous souffrez régulièrement de constipation, veillez à adopter un régime équilibré en incorporant plus de légumes verts, de fruits, de fibres… Essayez également de prendre vos repas à horaire régulier et d'avoir un minimum d'activité physique. La stagnation des selles au niveau du rectum favorise la prolifération microbienne.

7 – Le mieux peut être l'ennemi du bien.

Limitez votre toilette intime à deux fois par jour, évitez les toilettes vaginales, utilisez un produit doux respectant le pH vulvaire (5 à 7) , pas de produits antiseptiques.

8 – Attention à l'hygiène pendant les règles.

Lors des règles, changez régulièrement vos tampons ou protections externes.

9 – Pas d'automédication.

Les vieux médicaments peuvent être d'une efficacité douteuse. Enfin, ils peuvent masquer les symptômes sans arrêter l'infection. Dans ce cas, les risques de complications sont plus importants. Veillez également à respecter les doses et la durée du traitement, sous peine de voir les bactéries développer des résistances et l'infection réapparaître.

10 – Une affaire de couple.

Demandez à votre compagnon de se soumettre à une analyse d'urine. L'infection pouvant se transmettre lors des rapports. Si ces analyses révèlent la présence d'une infection sexuellement transmissible, il est impératif que les partenaires suivent un traitement.

Dites NON aux infections : -P.
  Lire la suite de la discussion sur bladi.net


24215
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les jaccuzis c'est un peu comme les oignons - libertinage

image

Jamais de cystite à ce jour malgré une grande consommation de jacuzzi. Par contre, aucune intrusion de quoi que ce soit dans l'eau. La douche avant et après trempage est systématique. Je ne m'assoie pas dans un hammam si je ne peux pas passer un...Lire la suite

"minces et toniques" depuis 4 jours !

image

Je vais beaucoup mieux qu'hier soir, je pense que l'actifed a du faire son effet. Je n'ai plus mal à la gorge non plus, merci le lait au miel ! Je ne crie pas trop fort cette recette car une fois, un médecin s'était foutu de moi. Pourtant, j'y...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages