Histoire vécue Santé - Maladies > Gynécologie > Autres      (1378 témoignages)

Préc.

Suiv.

Coup de gueule contre les obstétriciens du privé

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 653 lectures | ratingStar_26472_1ratingStar_26472_2ratingStar_26472_3ratingStar_26472_4

Remous autour des déclarations du représentant des obstétriciens libéraux.

LE MONDE | 02.09.06 | 14h19.

Le conflit des chirurgiens, anesthésistes et obstétriciens libéraux n'en finit pas de provoquer des remous. Vendredi 1er septembre, le MRAP, la CGT-Santé et deux syndicats de médecins à diplôme étranger (Inpadhue et FPS) ont fermement condamné les récentes déclarations du docteur Guy-Marie Cousin, président du Syndicat national des gynécologues-obstétriciens (Syngof). Interrogé mercredi 30 août par l'AFP sur le tollé suscité par l'appel de son organisation et de deux autres syndicats de médecins libéraux à demander aux patients des "compléments d'honoraires" (Le Monde du 31 août) , M. Cousin avait indiqué : si cette mesure "ne convient pas aux patients, il faut qu'ils aillent à l'hôpital se faire soigner par des praticiens à diplôme étranger".

Pour le MRAP, cette position "témoigne d'un intolérable mépris". Les syndicats de médecins à diplôme étranger ont menacé de saisir la justice face à des propos qu'ils qualifient de "préjugés à fond raciste". Le docteur Cousin reconnaît aujourd'hui que ses propos étaient "un peu agressifs et disproportionnés", mais, explique-t-il au Monde, "la dépêche de l'AFP n'a retenu qu'une partie de la phrase, elle a été tronquée et il n'y a rien de raciste dans ce que j'ai dit. Si ça fait réagir, tant pis, il y a des choses qu'on ne peut plus laisser passer, il faut qu'on en parle".

"HYPOCRISIE GÉNÉRALE"

En cause, à ses yeux : la disparité des compétences des médecins à diplôme hors union européenne et la "maltraitance" (contrat précaire, gardes à répétition) faite à ceux dont la qualification n'a pas été reconnue. "Ces praticiens qui manifestent pour être certifiés et obtenir un statut identique à celui des médecins français sous prétexte qu'ils sont en France depuis dix ans, je ne suis pas d'accord", dit-il.

Dénonçant le fonctionnement des hôpitaux publics franciliens qu'il résume à : "Les galonnés le jour, les mercenaires la nuit", le docteur Cousin estime que si "les patients ne comprennent pas qu'il faut aider le secteur libéral, l'hôpital sera la seule solution, et la population française sera traitée par des gens sans la certitude qu'ils sont compétents pour le faire". De plus, recruter "des milliers" de médecins à diplôme étranger serait "absolument injuste vis-à-vis des milliers d'étudiants recalés avec 13 de moyenne au concours de première année de médecine". "L'obstétrique libérale est en train de mourir. Est-ce fait pour que tous les accouchements se fassent à l'hôpital et en finir alors avec le problème des assurances professionnelles ? Si c'est cela, il faut le dire ! ", s'emporte Guy-Marie Cousin.

Selon lui, les réactions virulentes du ministère de la santé et de l'assurance-maladie, suscitées par l'appel à des dépassements d'honoraires pour les praticiens de secteur 1 (respectant les tarifs de la Sécu) exerçant en clinique afin d'obtenir des pouvoirs publics une hausse tarifaire, sont "d'une hypocrisie totale". "Chacun sait, dénonce le docteur Cousin, que pour obtenir un rendez-vous auprès d'un praticien hospitalier c'est : "La semaine prochaine à ma consultation privée" - avec des tarifs bien supérieurs aux médecins libéraux - et "Dans six mois en consultation du secteur public"."

Le gouvernement, la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) et la Mutualité française ont appelé les assurés à "refuser" les dépassements sauvages. La CNAM a menacé les praticiens concernés de suspendre leurs exonérations de cotisations sociales et leurs aides à la souscription d'une assurance professionnelle.

Sandrine Blanchard.

Article paru dans l'édition du 03.09.06.

------------------------------ ----------------------

Alors comme ça, ces messieurs du privé ne gagnent pas assez ?

OK, mesdames, allez vous faire suivre pour votre grossesse dans le public, vous serez aussi bien soignées, ou consultez une sage-femme. Pourquoi devriez-vous engraisser les gygys du privé qui méprisent aussi ouvertement leurs collègues du public ? Pour que ces messieurs-dames aient de l'essence à mettre dans leur 4 x 4 ?

L'histoire des assurances trop chères, je rigole, ils auraient bossé dans le public, le problème ne se posait pas, mais bon, c'est vrai que les salaires ne sont pas pareils. Pas pour rien qu'ils bossent dans le privé, d'ailleurs. Ils ont pris le risque, qu'ils l'assument !

Quant à insulter les médecins à diplôme étranger, c'est un peu fort, ce sont eux qui aident l'hôpital public à tenir, ils bossent comme des dingues et sont moins bien payés que les collègues français. Faut-il accepter qu'ils se fassent traiter de sous-fifres par des confrères qui, sincèrement dit, ne crèvent pas de faim ?

Personnellement, tout diplômé qu'il est, je n'accepterai jamais qu'un gygy du privé me fasse payer un maximum pour faire simplement son boulot.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


26472
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

2 eme conisation et desir denfant - maladies infectieuses et grossesse

image

Candie, au vu de ton frottis tout va bien. S'il y avait marqué "présence de cellules dysplasiques", là tu pourrais t'inquiéter. J'en sais quelque chose, j'ai subi deux conisations. Une pour un CIN 3 il y a 5 ans et une pour un CIN 2 en janvier...Lire la suite

Infection hpv et condylomes : mon experience !!! - infections sexuellement transmissibles

image

Bonjour a toutes et tous ! Je me décide a vous écrire un petit mot sur mon expérience "condylomes " ! IL y a 6ans dans mon premier frottis, on m'avait trouver le Pappilomavirus, mais il ne s'est jamais declaré . En octobre 2012 , je constate deux...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages