Histoire vécue Santé - Maladies > Gynécologie > Autres      (1378 témoignages)

Préc.

Suiv.

témoignage et solution d'une victime de mycoses

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 5856 lectures | ratingStar_86377_1ratingStar_86377_2ratingStar_86377_3ratingStar_86377_4

Je vais être un peu longue, mais étant donné que j'ai pris différents traitements et que je vis avec cette m**** depuis 5 mois, je pense que ça peut être utile.

J'ai eu une mononucléose à la fin du mois de février dernier, j'ai pris des antibiotiques (alors que je ne prends que de l'homéopathie depuis toute jeune, mais là j'étais en examens donc nécessité d'être opérationnelle rapidement) et deux semaines après : démangeaisons ; sensations de brûlures, gonflement du vagin, écoulements vaginaux blancs, épais, abondants et douloureux.

Comme j'ignorais encore l'existance de ce terrible et douloureux champignon, je suis allée à la pharmacie où on m'a donné du Gyn Hydralin. Ça s'est calmé, pour réapparaître deux semaines après. Je suis donc allée chez mon médecin généraliste, qui m'a dit que c'était une mycose (sans même osculter) et qui m'a prescrit Monazol crème et deux ovules à prendre à 10 jours d'intervalle. Ce n'est passé que pour revenir de plus belle Je suis donc allée chez ma gynéco, peu aimable d'ailleurs, mais je pense que c'est un mauvais moment à passer qui est indispensable. Cette charmante gynéco m'a donné un traitement de 6 ovules et une crème qui n'a pas marché. Là je commençais déjà à en avoir marre !!

Je suis donc retournée chez ma généraliste, re-traitement de 6 ovules accompagné, nouveauté, d'un traitement oral pendant 14 jours. (ovules Ecanazole pendant 6 jours, crème mycoster pendant 6 jours et médicament oral Fungizone : deux gélules matin, midi et soir pendant 14 jours). Ça a été beaucoup mieux, mais je ressentais toujours une gêne, et notamment pour être précise, des écoulements toujours abondants et anormaux (épais et blancs). Je pouvais à nouveau faire l'amour avec mon copain, sans que ce soit douloureux, bien que je sois tout de même moins à l'aise que normalement (l'effet psy joue également j'imagine, la peur d'avoir mal…).

Du coup je suis retournée chez mon médecin ; elle m'a fait faire un prélèvement vaginal… ENFIN ! Je le signale pour toutes celles qui se rendent pour la première fois chez leur médecin pour un problème de démangeaisons : le prélèvement doit être fait dès la première consultation, ça évite de soigner au hasard, de prendre des traitements à répétition, et en plus il faut savoir que seules 10% des filles qui vont au laboratoire pour faire un prélèvement vaginal en pensant être atteintes de mycoses, le sont réellement (c'est le médecin du laboratoire qui me l'a dit). Le prélèvement vaginal est rapide, indolore, et très soulageant car on se dit qu'on va enfin s'en sortir !

Mais mes ennuis ne se sont malheureusement pas arrêtés là ; les résultats ont juste révélé un faible déréglement de la flore vaginal, mon médecin m'a prescrit des ovules adaptés. Ça s'était la semaine dernière ; je pensais être débarrasée une bonne fois pour toute en prenant mon traitement pour le dérèglement de la flore (c'était un traitement de trois ovules.

Je suis donc partie en vacances, mes trois ovules dans la valise en pensant que mon problème allait être enfin réglé… mais PAF ! Des douleurs terribles comme je n'en avais encore jamais eues, même au tout début de mon périple, en février dernier. J'en étais à mon troisième ovule pour le déréglement de la flore vaginal sans qu'aucune amélioration ne pointe le bout de son nez. Heureusement j'ai un amoureux super qui m'a épaulée et qui continue d'ailleurs, toujours aussi patient depuis maintenant 5 mois, alors que nos galipettes sont souvent bannies pendant quelques jours pour cause de douleurs. Donc on est allé chez un homéopathe le lendemain matin ; évidemment j'appréhendais d'aller chez un médecin que je ne connaissais pas, dans une ville de vacances que je connais mal… mais les douleurs étaient telles que je n'ai pas longtemps hésité.

Et c'est un monsieur charmant qui m'a auscultée, m'a dit que mon vagin était rouge comme une écrevisse (je m'en doutais vu comme j'avais mal ! ) et m'a confirmé que j'avais une mycose. Les résultats du laboratoire avaient du témoigner d'une période de calme, d'où l'absence d'éléments mycosiques. Il m'a prescrit un traitement de choc, que je prends donc depuis mercredi. Ça va déjà mieux même si j'ai encore mal ; mais je suis patiente.

Voici le traitement :

- Opalgyne Sol vaginale (6 flacons) : prendre une dose matin et une dose le soir pendant 3 jours (non remboursé, c'est des poires remplies de liquides à mettre dans le vagin pour soulager en cas de douleurs intenses).

- Triflucan 100 mg : prendre une gélule le matin pendant 14 jours.

- Ecanazole 1% crème : une application matin et soir pendant 10 jours.

- Gyno Pevaryl 150 mg : 1 ovule le soir pendant 6 jours.

- monilia albicans 5CH : prendre 3 granules le matin, 3 le midi et 3 le soir pendant 14 jours.

- Imgalt Gélule équilibre flore intestinal : prendre une gélule le matin pendant 2 mois (non remboursé, c'est un traitement de fond pour éviter les récidives).

Pour le moment je ne peux pas témoigner de l'efficacité à long terme, je prends le traitement depuis seulement mercredi, mais ça m'a clairement soulagée, je peux à nouveau marcher et dormir la nuit ! Je ne peux pas encore faire de calins, c'est trop douloureux, et j'ai toujours besoin de me laver à l'eau froide pour soulager. J'utilise Gyn Hydralin également, dès que je vais aux toilettes surtout !

Voilà, je m'engage à témoigner à nouveau une fois le traitement terminé, et en cas de guérison précoce ; oui oui j'y crois encore !!

Surtout les filles ne perdez pas courage, j'avoue que ça m'arrive également de craquer, parce que c'est difficile, qu'on a l'impression que les médecins prennent ça à la légère alors que ça nous bouffe la vie. Mais je suis optimiste, je me dis que j'ai pas encore tout essayé, qu'il faut être patiente (je sais c'est dur) ; et surtout suivre les règles d'hygiène : pas de vêtements serrés, culottes en coton voire pas de culotte du tout dès que vous pouvez, lavage intime à l'eau fraîche et claire, avec du Gyn Hydralin mais pas à répétition.

Voilà, j'espère que j'aurais pu être utile à certaines, comme certains postes m'ont permis de garder espoir. Je croise les doigts pour que cet ultime traitement soit le bon, et je jure de bannir les antibiotiques !
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


86377
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

2 eme conisation et desir denfant - maladies infectieuses et grossesse

image

Candie, au vu de ton frottis tout va bien. S'il y avait marqué "présence de cellules dysplasiques", là tu pourrais t'inquiéter. J'en sais quelque chose, j'ai subi deux conisations. Une pour un CIN 3 il y a 5 ans et une pour un CIN 2 en janvier...Lire la suite

Infection hpv et condylomes : mon experience !!! - infections sexuellement transmissibles

image

Bonjour a toutes et tous ! Je me décide a vous écrire un petit mot sur mon expérience "condylomes " ! IL y a 6ans dans mon premier frottis, on m'avait trouver le Pappilomavirus, mais il ne s'est jamais declaré . En octobre 2012 , je constate deux...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages