Histoire vécue Santé - Maladies > Gynécologie > Hystérectomie      (116 témoignages)

Préc.

Suiv.

Hystérectomie, hématome et sexualité

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 4476 lectures | ratingStar_123495_1ratingStar_123495_2ratingStar_123495_3ratingStar_123495_4

J'ai eu une hystérectomie par voie haute un vendredi mi-juin 2010 au matin. Le samedi, l'infirmière voulait me faire lever. Je ne pouvais pas car trop mal au ventre (ce qui était apparemment normal). Le dimanche, mon ventre été encore plus gonflé et des couleurs d'hématome commençaient à paraître au niveau du nombril !!! Puis cet hématome s'est étendu sur tout le ventre. L'infirmière m'a demandé de me lever absolument : rien à faire, impossible de bouger, plier en deux si l'on puis dire, ventre gonflé à un point que je croyais être enceinte de 5 mois (plaisanterie bien entendu sous l'effet des calmants) et très très fatiguée, sans force !!!!! . L'infirmière a prévenu le chirurgien : prise de sang pour se rendre compte que j'avais chuté de 12 à 7 en hémoglobine ! Transfusion sanguine l'après-midi, le lundi, je commençais à aller mieux. Mais cet hématome ne partait pas. Le chirurgien me fait passer le mardi un premier scanner afin de voir où était située la poche de sang exactement… le lendemain soit le mardi il vient me voir et me dit : nous allons attendre un peu (jeudi) et nous ferons une ponction du sang car il sera peut être plus concentré à un endroit et ce sera plus simple. Jeudi : direction scanner… ponction de peu de sang, mise en place d'un drain sans m'endormir, sans me cacher la façon de procéder… j'ai tout vu, j'ai souffert, j'ai pleuré. Bref, le vendredi… on me retire le drain pour me dire : le sang est trop coagulé, il va s'évacuer autrement… et j'avais le ventre en douleur atroce malgré les anti-douleurs (dafalgan). Le samedi donc le chirurgien, me dit : tout va bien pour la cicatrise, elle est belle, propre, utérus gros comme un pamplemousse retiré, je vous ai laissé les ovaires sur un desquels j'ai retiré un kyste sans gravité.Donc on se voit mardi prochain. Le dimanche, à ma demande, je rentre chez moi, car de toute façon à la clinique ils ne pouvaient plus rien faire, et laisser l'hématome se résorber par lui-même ! Bref, tout allait bien pour lui. ERREUR ! Le mardi, je ne pouvais même pas lever un pieds, je regardais dans le miroir ma cicatrise elle était gonflée, rouge, j'avais l'impression que j'allais éclater. Mon mari m'amène à la clinique, je m'installe vite sur un fauteuil roulant car impossible de marcher en toute autonomie. J'arrive dos à la salle d'attente, face à la salle de pansement. L'infirmière me dit : levez vous Madame - désolée, mais je ne peux pas, je souffre trop - je vous demande de faire un effort Madame, levez vous. Et là ! Catastrophe : à peine levée, je sens quelque chose de chaud couler le long d'une jambe en abondance, le sang est parti d'un seul coup par deux petites fentes qui se sont ouvertes au niveau de la cicatrise. Et là je ne raconterai pas car je ne voyais plus rien tant j'avais mal au ventre. L'infirmière et mon mari m'ont vite mis sur une table de consultation, le chirurgien est arrivé en vitesse, et… il écartait légèrement la cicatrise, appuyer sur mon ventre, mon Dieu que j'ai souffert, le sang coulait sur les côtés de mon ventre, je sentais que c'était chaud. Mon mari n'a jamais vu autant de sang… il m'a dit que c'était spectaculaire ainsi que l'infirmière qui a été super adorable et compréhensive avec moi. J'avais vraiment mal. Mais ENFIN ça était le soulagement, le sang devait sortir, le vieux sang, du sang noir car c'était l'hématome ! C'était le 6 juillet exactement et aujourd'hui, le 29 juillet, je viens enfin de nettoyer et retirer le dernier pansement car tout est fini. Il a fallu 23 jours pour que petit à petit le vieux sang s'évacue par ces deux petites ouvertures au niveau de la cicatrise. Maintenant je suis soulagée, mais il me reste encore un ventre douloureux pour l'instant, un bourrelet formé au dessus du nombril, mais je sais que cela va s'arranger d'ici deux mois (d'après ce que le chirurgien m'a dit… lui qui ne me croyait pas lorsque je lui disais le dimanche 20 juin, que je ne pouvais pas me lever… que j'avais mal au ventre…) Bref, si cela vous arrive, et bien ne faites pas comme moi, n'ayez pas peur, un hématome de cette ampleur qui ne sort pas par drainage peut s'évacuer par la cicatrise et c'est le plus grand soulagement et pour cela il faut bouger, marcher, remuer, c'est comme ça que j'ai compris que le 6 juillet j'ai eu cette… évacuation. J'ai peur de recommencer d'avoir des rapports avec mon époux alors qu'avant nous ne nous privions pas. J'ai peur… c'est bête je sais, que son sexe touche le col de l'utérus, voir même, puisse déchirer et me fasse mal !
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


123495
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Que pensent les medecins....des medecins, de la medecine....? - antidepresseurs, anxiolytiques

image

Que pensent les médecins… des médecins, de la médecine, des médicaments et des psychotropes ? : Une médecine répugnante. Http : //iatrogenie.20minutes-bl [… ] nante. Html. Chronique de livres. Lorsque des médecins ayant une longue...Lire la suite

Abus sur ordonnance... - antidepresseurs, anxiolytiques

image

"Temples du malheur" C'est ainsi que le docteur Mendelsohn décrit les hôpitaux après y avoir passé les dernières vingt-cinq années de sa vie : "Un hôpital, c'est comme la guerre ; vous devriez rester en dehors d'elle. Et si vous y entrez,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages