Histoire vécue Santé - Maladies > Gynécologie > Hystérectomie      (116 témoignages)

Préc.

Suiv.

Soutien psychologique nécessaire après hystérectomie

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 2747 lectures | ratingStar_223115_1ratingStar_223115_2ratingStar_223115_3ratingStar_223115_4
Pour ce qui est de l'aspect psychologique, dans mon cas précis, souffrant d'endométriose archi-douloureuse, l'hystérectomie, c'est moi qui l'ai réclamée avec énergie, j'attendais donc ce moment avec impatience, de ce côté-là, pratiquement aucun problème. Le seul hic, c'est qu'après cela n'a pas évolué comme prévu, et c'est bien après l'opération, lors de la mauvaise évolution, qu'un soutien psychologique m'a été et redevient nécessaire ! Sinon, j'étais absolument ravie de ne plus jamais avoir de règles, et comme je ne souhaitais pas d'enfant cela ne me posait aucun problème de ne plus pouvoir en faire. Je vous dis, c'est même moi qui ai souhaité et réclamé l'opération. Côté prise en charge infirmière, là, je dirais que le bilan est pour le moins nettement plus nuancé... A leur décharge, c'était l'été, le début juillet exactement, donc je suppose moins de personnel. Mais je trouve que j'ai été parfois considérée comme un robot, et que mes handicaps (cécité, demi-surdité et difficulté à marcher) n'ont pas souvent été assez pris en compte ! La veille de l'intervention, dur dur ! D'abord, plusieurs fois les mêmes questions comme si un dossier ne pouvait pas être constitué cpour toute l'équipe... Si jen'avais pas été accompagnée pour l'admission, je pense que personne ne m'aurait montré ma chambre, ou au moins les points les plus stratégiques ; personne n'avait pensé, par exemple, à mettre la sonnette à ma portée : un comble ! Sous prétexte que je suis aveugle, personne n'avait voulu non plus me montrer la télécommande servant à changer les positions du lit... Le pire de tout je crois, pour la veille, cela a été le lavement puis la douche à la bétadine qui a immédiatement suivi ; j'avais tellement mal déjà au départ, que le lavement m'avait mise au bord de l'évanouissement, et je ne vous raconte même pas, on m'a suivie ensuite à la trace et à l'odeur... Mais comme c'était l'heure de la douche à la bétadine, que je souffre à crever ou pas, c'était la même chose : c'était l'heure, il fallait y aller, pas le temps de souffler une minute ! Il y a eu aussi l'épisode du rasage, ça je l'ai très mal vécu psychologiquement, bien pire que l'opération : moi jene vois pas, mais je savais bien que la voisine pouvait regarder à tout instant l'intégralité de la manoeuvre ! Cela m'a paru particulièrement humiliant et horrible ! Mais l'infirmière n'a jamais cherché à me réconforter sur ce plan-là : ça faisait partie des tâches à accomplir, c'est tout ; et il a fallu remettre ça le lendemain matin parce que le rasage n'était pas suffisant... Le jour J de l'opération, qui s'est faite par sélioscopie, non pardon coaglioscopie je crois, là dans l'ensemble les infirmières ont été un peu plus aimables. Le seul bémol peut-être, ce serait pour la prise en charge de la douleur, mais je ne pense pas que ce soit dans le cadre de vos questions... Ce que j'ai mal vécu aussi, mais c'est un peu spécial pour vous, c'est que peu ont compris qu'avec une perfusion, plus le drain à surveiller, je ne pouvais plus me déplacer seule les premiers jours après l'intervention en raison de ma cécité ; je crois bien que j'avais aussi une sonde urinaire. Donc, deux mains dont une indispensable pour trouver mes repères, et trois "choses" à maintenir ou guider, impossible pour moi, d'où pas mal de récriminations quand j'appelais même pour une chose qui pouvait être simple pour une patiente ordinaire... Là oui c'est vrai que je l'ai mal vécu, mais je penseque cela aurait été exactement pareil même s'il s'était agi d'autre chose que d'une hystérectomie. Le personnel soignant et infirmier n'est pas assez sensibilisé ou formé aux handicaps. Je ne pouvjais pas non plus porter mes prothèses auditives en raison des différents risques (interférences et vol), ce qui a parfois posé des difficultéssupplémentaires de communication... Mais là encore, que ce soit une hystérectomie ou autre chose, je vous le dis à vous pour vous sensibiliser, mais ce serait la même panique pour n'importe quelle opération. Les infirmières s'étaient-elles montrées disponibles ? Euh... Pas toujours ; mais je vous répète, on va les excuser un peu à cause de l'été...... Malheureusement jene me souviens plus de vos autres questions, mais n'hésitez pas à me recontacter perso en cas de besoin, je me ferai un plaisir d'échanger avec vous, pour une fois qu'une étudiante s'intéresse à nous pour autrechose que juste faire le sale boulot commme me guider à cause de la perf, je suis ravie, ravie ! Je sais quemon téoignage risque d'être un peu trop spécial pour vous, mais... tant pis, je n'ai pas hésité à me jeter à l'eau. Petite suggestion : je n'ai pas le droit, je pense, de citer d'autres forums, mais si vous voulez recueillir encore plusde témoignages, vous devriez essayer sur un forum gynéco (j'y suis aussi mais sous un autre pseudo) ou même sur un forum consacré à l'endométriose, car certaines femmes sont, comme moi, obligées de subir l'hystérectomie à cause de cette maladie, et certaines le vivent très mal, je peux vous l'assurer parce que j'ai lu des témoignages consternants. J'ai oublié de vous dire que mon hystérectomie remonte à 2007, j'avais donc alors 43 ans. Aurore, je serais très heureuse de vous retrouver perso si vous avez besoin de continuer l'échange pour répondre à vos questions, et je vous remercie infiniment d'avoir pensé à nous, au côté des patientes. Enfin quelqu'un d'humain, je pense que vous aurez sûrement de bonnes qualités dans votre métier si vous vous orientez ainsi ! Je ne peux donc que vous félicitger, vous encourager et vous remercier chaleureusement ! J'ajoute un énorme "M..." pour votre thèse ! Et ne répondez pas sur ce point précis : on dit que ça porte chance !
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


223115
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par anonymus | le 02/04/12 à 09:35

Mon histoire est particulier: Il y a trop de l’hystérectomie dans la gyn. moderne . Moi il y a 4 ans on m'a proposé L'Hystérectomie à cause des petits fibromes. Je n'ai pas fait. On ma proposé ou plutöt obligé de prendre des hormones. Je n'ai pas fait...Je me suis soigner avec des plantes. Maintenant je suis ménopausé et je me sens tres bien avec mes petits fibromes. C'est pas toujours nécessaire faire une Hystérectomie prouwe mon cas. Attention au Gynécoloque abusive

Histoires vécues sur le même thème

Que pensent les medecins....des medecins, de la medecine....? - antidepresseurs, anxiolytiques

image

Que pensent les médecins… des médecins, de la médecine, des médicaments et des psychotropes ? : Une médecine répugnante. Http : //iatrogenie.20minutes-bl [… ] nante. Html. Chronique de livres. Lorsque des médecins ayant une longue...Lire la suite

Abus sur ordonnance... - antidepresseurs, anxiolytiques

image

"Temples du malheur" C'est ainsi que le docteur Mendelsohn décrit les hôpitaux après y avoir passé les dernières vingt-cinq années de sa vie : "Un hôpital, c'est comme la guerre ; vous devriez rester en dehors d'elle. Et si vous y entrez,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages