Histoire vécue Santé - Maladies > Handicaps      (1128 témoignages)

Préc.

Suiv.

Signalement abusif "abandon familial" (personnes âgées)

Témoignage d'internaute trouvé sur net-iris - 27/03/10 | Mis en ligne le 18/06/12
Mail  
| 305 lectures | ratingStar_269288_1ratingStar_269288_2ratingStar_269288_3ratingStar_269288_4
Bonjour à toutes et à tous, Je souhaiterais recueillir vos avis par rapport à la situation à laquelle je fais face. Je suis fille unique et je réside à l'étranger. Mon père (âgé de 73 ans) , à la suite d'un coma, est actuellement en convalescence dans un établissement du département. Il n'a heureusement pas de séquelles neurologiques mais peine encore à retrouver l'usage de la marche - il est donc alité. Ma mère est depuis l'automne dernier hospitalisée dans le service gériatrique d'un autre hôpital, à la suite de deux fractures du col du fémur. En fait elle est atteinte de démence sévère (diagnostiquée en 2008) , qui couplée à son caractère et à sa personnalité pour le moins agressive, la rend dangereuse et totalement ingérable. A titre d'exemple, il y a quelques jours elle a été transférée d'urgence dans un établissement psychiatrique spécialisé, car bien qu'attachée 24h/24 (la journée à son fauteuil roulant et la nuit à son lit) , elle a réussi a "bousiller" (sic) le genou d'une autre patiente selon les dires de l'infirmière qui m'a appelée presque en pleurs pour me tenir au courant… Malgré tout, le médecin en charge du service de gériatrie où était ma mère (et où elle retournera après son séjour en psychiatrie) ne cesse de me harceler pour que je prenne en charge un retour à domicile. Il justifie cela en prétendant que son service n'a pas pour mission de garder les patients plus de 3 mois et que "toutes les autres familles reprennent leur proche à domicile". Ce n'est pourtant pas faute de lui avoir expliqué, montré, prouvé maintes et maintes fois qu'un retour à domicile de ma mère n'est pas envisageable, non pas parce qu'on ne VEUT pas mais simplement parce qu'on ne PEUT pas - et ce pour tout un tas de raison (mon père physiquement incapable de gérer sa femme malade, et de toute façon actuellement hospitalisé lui-même, et moi résidant à l'étranger dans un appartement d'une seule chambre, et quand bien même impuissante face à la maladie de ma mère). D'autant plus que ma mère étant dans cet état depuis 2008, nous parlons en connaissance de cause car elle a déjà passé le plus clair de son temps à domicile, seule avec mon père gérant tant bien que mal (et plutôt mal que bien, vous imaginez) ses pics de démence et d'agressivité, ses errances nocturnes, ses hurlements, etc. La seule solution c'est évidemment le placement à long terme dans une unité spécialisée. Cependant les dossiers ont été envoyés à plusieurs établissements et malgré une description détaillée de la situation motivant l'urgence du placement, ils sont tous en liste d'attente… y compris le dossier déposé il y a déjà 6 mois dans l'établissement du docteur en question (qui propose un service adéquat, oui oui, mais qui de son propre aveu "ne veut pas de [ma] mère"!). Bref, aujourd'hui ce cher docteur, après divers moyens de pression plus abjects les uns que les autres, m'a informé qu'il vient d'envoyer une lettre au Procureur de la République pour signaler un "abandon familial", sous prétexte que je "refuse" de reprendre ma mère à domicile ! Abandon familial alors que je vais voir ma mère toutes les semaines, bien qu'habitant à plus de 150km, que je lui lave son linge constamment, que j'ai déposé une multitude de dossiers pour son placement, que depuis 2008 j'assure seule le suivi administratif (aides, assistanat social, contact avec les établissements etc.) étant donné que mon père est dépassé par les événements, et que malgré mes revenus modestes je suis même tout à fait prête à participer au financement de son placement en complément de la petite retraite de mon père (le placement coûterait aux alentours de 2000-2500 euros par mois) ! Inutile de vous dire à quel point j'étais choquée, énervée, scandalisée par ces accusations et surtout par l'aplomb de ce médecin qui ose m'envoyer ça à la figure (sans me laisser placer un mot, comme à son habitude) bien qu'il ait une entière connaissance la situation… Ma question est la suivante : que dois-je faire maintenant, et surtout qu'est-ce qui serait efficace ? Je pense que déjà une lettre au Procureur s'impose, en "réponse" à celle du docteur et en expliquant bien en détail les faits pour lui montrer à quel point cette accusation est ridicule en plus d'être honteuse. Mais comment la formuler ? (je ne veux pas porter plainte non plus, en tout ça pas pour l'instant). On m'a également conseillé d'aviser l'ordre des médecins pour signaler le comportement de ce docteur. Qu'en pensez-vous ? Merci par avance pour votre aide, et navrée pour ce pavé.
  Lire la suite de la discussion sur net-iris.fr


269288
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

+++++ la clinique promo de belgique (genk) +++++ mise a jour

image

Bonsoir les filles, Comme promis voici mon récit plus détaillée meme si je ne pense pas apporter des infos bien plus intéressante mais on sait jamais… Pour rappel je me suis fait opérée avec une copine ne meme temps, je partais d'un tout...Lire la suite

Seule... - solitude

image

Bonjour, ce n'est pas ma première inscription sur ce site, je m'étais déjà inscrite avant mais comme je ne venais plus j'ai désactivé mon compte mais là je reviens parce que j'ai besoin de parler de ce qui ne va pas chez moi… Pour commencer,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages