Histoire vécue Santé - Maladies > Mal de dos > Hernie discale      (590 témoignages)

Préc.

Dilemne: dois je faire piquer mon chien? - medecine veterinaire

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 17/06/13 | Mis en ligne le 03/06/14
Mail  
| 1097 lectures | ratingStar_530034_1ratingStar_530034_2ratingStar_530034_3ratingStar_530034_4
Bonjour, J'ai vu la date des messages "2006" mais je considère que cette question est éternelle pour toutes personnes détenant des animaux donc je me permets d'y apporter mon témoignage. Je me suis moi-même résigné à prendre cette très lourde décision ce week-end. Notre épagneul breton avait presque 15 ans et tout allait bien jusqu'à la fin d'année dernière. Puis, depuis le début d'année, des petits signes de coordination locomoteurs sont apparus, des difficultés à se relever du panier, le bout des pattes arrières (les griffes) qui traînaient parterre… mais au final, nous nous disions quoi de plus normal pour un toutou de cet âge ? Il continuait de vire tout à fait normalement et nous espérions le garder encore 1 an ou 2. Et puis son état s'est subitement dégradé mi-mai, où de jours en jours il eut beaucoup de mal à marcher, jusqu'à tituber du train arrière et à tomber, sans pouvoir se relever. Il marchait en "crabe". Les examens cliniques ont recherché une cause "mécanique" du style hernie discale, mais RAS si ce n'est de l'arthrose, insuffisante pour expliquer à elle seule ce genre de symptôme. En revanche, une grosse inflammation du foie et de la vésicule biliaire ont été détectées, et un traitement antibiotique+anti-inflammatoir e de 4 semaines a été prescrit. Aucune amélioration 10 jours après le début du traitement, bien au contraire… Nous devions aider notre chien à se relever en passant une serviette sous son ventre afin de lui maintenir le train arrière, et même en l'aidant de la sorte, il n'avançait plus et devenait incontinent. Retour à la clinique vétérinaire : un neurologue diagnostic une myélite (inflammation de la moelle épinière, c'est à dire une méningite en plus grave). Notre chien avait déjà contracté une méningo polyarthrite infectieuse à l'âge de 5 ans et s'en était sorti grâce aux compétences de ce remarquable spécialiste en neurologie. Mais là… les analyses montraient des taux d'inflammations qui laissaient peu d'espoir (20 fois plus élevés que ceux mesurés il y a 10 ans). Il ne s'agissait donc plus de méningite, mais de myélite. Cette saloperie de myélite n'était ni d'origine bactérienne, ni virale de type connu (carré ou néosporose) apparemment, mais auto-immune. Auto-immune, c'est à dire que les molécules du virus avaient développé un mimétisme (une ressemblance) avec les cellules de la moelle épinière ; du coup, les anti-coprs de notre chien se défendaient contre le virus, mais aussi contre sa propre moelle ne faisant pas la différence entre le virus et son corps… Le traitement a consisté à injecté un produit dont le rôle était de dégager les globules blancs de la moelle épiniere + de la cortisone pour soulager l'inflammation. Nous avons espéré 2/3 jours : toutou marchait de nouveau, en crabe certes mais il re-marchait. Mais au bout du 4/5ème jours post traitement, il n'était toujours pas capable de se relever seul et de contenir son incontinence. L'inquiétude nous gagnait. La paralysie de son train arrière s'accentuait, ses muscles des cuisses avait fondu, ma mère le lavait jusqu'à 4 fois par jour pour lui éviter l'irritation de l'urine qui coulait sans cesse sur ces pattes. Notre chien aboyait la nuit lorsqu'il était trempé, comme pour demander de venir le changer, lui qui avait toujours été propre. Il se calmait une fois au sec ce qui prouvait son inconfort vis-à-vis la situation. Il a passé ses 10 derniers jours sur des alaises qu'on lui changeait plusieurs fois par jour, ou bien sur la pelouse. La cortisone faisait qu'il avait sans arrêt envie de boire, son ventre avait gonflé. Et la veille de prendre la décision de "l'endormir" sont apparus des convulsions au niveau de la tete : il faisait des mouvements bizarres et ça m'a choqué et inquiété pour lui. Ses convulsions se traduisaient également par des sursauts de son corps qui bien souvent, l'empêchaient de dormir car elles le réveillaient. Il était vendredi soir, 23h00, je venais d'arriver chez mes parents pour le week-end, et voir mon chien se dégrader de la sorte m'a fait peur : je voulais à tout prix éviter qu'il souffre. Nul doute que la prochaine étape aurait été une paralysie progressive du système respiratoire. D'ailleurs ce soir-là sont également apparus des râles que nous n'avions jamais entendus, comme quelqu'un qui est enrhumé. Malgré son regard encore vif, il a fallu prendre la décision de le soulager le plus rapidement possible. Il ne servait à rien de s'engager dans un acharnement thérapeutique. Cela me fendait le coeur de voir mon chien dans un tel état de détresse, lui qui avait toujours été si joueur et dynamique, même jusque dans ses vieux jours. Le lendemain, le vétérinaire est donc venu l'endormir en douceur sur le pelouse, dans son environnement quotidien afin de ne pas le stresser. Nous avons accompagné notre chien jusqu'au bout et la souffrance que je ressens est indescriptible. Afin de contredire certains témoignages alarmistes lus ici et là sur internet, je précise qu'il s'est d'abord endormi tout doucement puis, une fois endormi, un 2ème produit a été injecté pour ralentir le coeur jusqu'à son arrêt. Je suis marqué à vie par cette expérience et ne souhaite plus reprendre de chien, du moins, le recul me manque. Il va falloir des mois / des années pour accepter ça. Le vide qu'il laisse n'a d'égal que l'amour et l'affection que nous lui portions. Tu seras toujours avec moi.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


530034
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Neurostimulation medullaire

image

Je le vit comme je peut !!! Ma femme est mes enfants m'aide aussi enormement, sinon de la a dire que une arthrodese est semblable a une chirurgie d hernie discale ben sa na rien avoir, ma premiere operation hernie l5 s1 je n'avait pas eu autant de...Lire la suite

Tiens pour vous changer les idees

image

Les nouvelles toute fraihes. La mimie mathy elle fera pas la tournee des restaurants du coeur. Elle est a l'hopital elle a une hernie discale. Voyez elle est même riche et celebre sa empeche pas. L'annee prcochaine les restaurants du coeur ils en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages