Histoire vécue Santé - Maladies > Maladies neurologiques > Alzheimer      (252 témoignages)

Préc.

Suiv.

Agressivité et début d'alzheimer

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 1152 lectures | ratingStar_432200_1ratingStar_432200_2ratingStar_432200_3ratingStar_432200_4
Bonjour Eva et aux autres, Il est difficile de vous conseiller, chaque histoire est differente, et nous sommes tous différents devant la maladie. On peut simplement vous raconter notre histoire. Papa a la MA reconnue médicalement depuis 2 ans, mais pour ceux qui l'entourent, depuis bien plus longtemps. Lorsque ça a commencé, il se tromper de route en voiture, il voulait toujours avoir raison, il disait que son petit fils lui volait ses affaires etc… Au début, y a une beaucoup de dispute, maman se mettait en colère lui en voulait. Tres presente, je me suis posée des questions, j'avais cru déceler les premiers signes d'une MA, je me suis jetée sur tous les livres et articles qui parlaient de cette terrible maladie et la je n'ai plus eu de doute. J'en ai parlé a son medecin traitant qui me disait que non, que c'était son caractère, qu'il était agressive de nature. La je me suis fâchée avec ce médecin qui pensait connaitre mon père mieux qe moi. Mon père a toujours été un homme droit, un mari tendre et affectueux un père irréprochable et je le ne reconnaissais plus. Lorsque j'ai compris et malgres les dire du docteur, j'ai préparée doucement la famille : maman mes soeurs, mes enfants, en leur explicant la maladie. Quelques fois, mes soeurs étaient en colère contre lui, car il parlait mal a maman, j'ai tenu bon, je leur disait, ce n'est pas de sa faute, il est malade. Il a fallu des mois pour que son entourage prenne conscience de ma maladie. Depuis des années, il souffre de fractures multiples aux jambes et il marche avec des béquilles, un après-midis midi, il est sorti devant la porte, et n'a pas su revenir, il s'est perdu, on l'a chercher pendant 3 heures tous fou d'angoisse. Puis nous avons eu le rendez vous chez le neurologue et la, le mot a été lâché "Maladie d'Alzeimer". Quelque part, j'ai été soulagée, on reconnaissait sa maladie, on allait plus lui en vouloir pour ses sautes d'humeurs et son caractère exécrable, tout le monde saurait qu'il était malade. La maladie a accelerer d'un coup, il a fallu se battre pour qu'il prenne la douche, crise chaque jour pendant des mois il avait des crises de démence aggressive, j'ai passées des nuits et des nuits a me battre avec lui pour essayer le le calmer. Il voulais rentrer chez lui, disait que sa mère l'attendait (la pauvre est décédee depuis 15 ans) il hurlait, nous tapait dessus, je lui tenais les mains, il me donnait des coup de tete. Maman qui pleurait à côté, ça a été horrible, on a demandait de l'aide à l'hôpital, il n'ont rien voulu savoir, j'ai été voir les associations pour avoir de l'aide, mais rien on me disait c'est qu'il fallait prendre courage. A bout de souffle, et devant reprendre mon travail, avec ms soeurs, on a convaincu maman de le placer en maison de retraite. Il a été placer un mois, mais il se laisser mourir, alors qu'il était toujours entouré. Il n'avait plus envie de vivre, ne mangeait plus, c'était encore pire car on n'arrivait pas a le laisser, tous les soirs c'était un déchirement et toute la famille déprimait. Maman l'a repris a la maison, le traitement a commencait a faire effet, il était plus calme et surtout dormait la nuit. J'ai fait une demande d'aide a domicile, ça a été long, mais au bout de huit mois, on a obtenu une personne qui vient aider maman 4 h 4 jours par semaines. Plus l'infirmier qui vient matin et soir. La vie est difficile, maman a des moments de grand dessaroi, on les entoure et les aide autant que possible. Je passe chez eux tous les soirs en sortant du travail. Je me charge de tout ce qui est administatifs, rendez vous chez le medecin. Avec mes soeurs on se partage les courses. On essais de la sortir un peu lorsque la dame vient ; C'est très très dur, mais on l'entoure de tout notre amour et papa est plus calme, plus detendu. Tout le monde a compris qu'il ne faut pas le contrarier, ni le contredire et il ne s'énerve presque plus. Il ne sort pratiquement plus de chez lui. Voilà, je suis désolée d'avoir été si longue, mais ces des années de douleurs. Je ne souhaite a personne de connaitre ce que supporte les familles d'une personne atteinds de la MA. Mais jamais, on a cherché a se débarrassé de lui, c'est vrai qu'il faut se faire aider, que c'est trop dur, plus la maladie avance et plus il on. Besoin de nous. Qu'on t -il fait pour meriter une fin aussi atroce ? Ils ont tout perdu, sont plus fragile qu'un enfant ils ont besoin de notre patience et de tout notre amour. Si vous avez besoin de conseil pour les demarches a faire, je veux bien vous aider. Courage a tous ceux qui sont dans cette situation.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


432200
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

La maladie d'alzheimer svp

image

Je vais t'expliquer pourquoi vlasova. Voilà, il y a quelques années, à la mort de ma grand-mère (subitement dans son fauteuil) j'ai pris pendant cinq ans, chez moi mon pépé que j'adorais : amour:. Déjà, avant la mort de ma grand-mère sa...Lire la suite

Qui partage le quotidien d'un proche malade?

image

Tu sais ta détresse je la ressens derrière mon ordinateur ! Je n'ai pas de solution miracle à te donner simplement un peu de chaleur humaine à t'offrir. Nous avons vécu pendant cinq années mon mari, mes enfants et moi avec un malade, je...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages