Histoire vécue Santé - Maladies > Maladies neurologiques > Alzheimer      (252 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai peur pour ma mère qui est atteinte d'Alzheimer.

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1542 lectures | ratingStar_135994_1ratingStar_135994_2ratingStar_135994_3ratingStar_135994_4

Le neurologue m'a communiqué que ma mère est atteinte de la maladie d'Alzheimer. Mon père est décédé il y a 2 semaines. Il y avait déjà des symptomes surtout des troubles de la mémoire. Je vis à l'étranger. On s'appelait chaque semaine mais je n'avais rien remarqué. Des amis proches me disent que de temps en temps elle "répondait un peu à coté",il lui manquait des mots et elle oubliait facilement. Les oublis, je m'en suis rendu compte il y a un mois à peu près et j'ai mis ça sur le compte de l'âge. Le médecin de famille lui avait conseillé au cours des derniers mois un bilan de la mémoire mais avec mon père malade et très dépendant, elle reportait l'examen, aussi la peur des résultats. Puis au décès de mon père, il s'est produit une forte aggravation avec tous les symptômes que j'ai pu lire sur les sites dédiés à la maladie : la désorientation, les problèmes de langage, de repères de temps. J'ai dû repartir ayant épuisé tous mes jours de vacances il y a quelques jours la laissant seule avec seulement une infirmière qui passe matin et soir et une aide ménagère 2 fois par semaine. J'appelle 4 fois par jour. Je suis dévorée de chagrin et d'angoisse. Le neurologue me dit qu'il est trop tôt pour envisager son entrée dans une institution. Dans les appels parfois, on croirait qu'elle n'est pas atteinte de la maladie puis d'un coup ça bascule. J'essaie de gérer à distance les rv avec les médecins à domicile, les soins comme l'ortho. Elle ne sait rien de sa maladie pour le moment. Il est apparu vite évident que pour qu'elle puisse recevoir ses soins, je ne pouvais l'emmener avec moi définitivement. De plus, ce serait la priver de son environnement, ses voisins, ses amis, ses médecins pour aller vers un pays inconnu, une langue qu'elle ne comprend pas. Je vis en attente de l'appel suivant. Pour le moment, elle ne sort pas. Elle était épuisée par les longs mois de soins à mon père et le choc de l'accident qui a précédé son décès une semaine plus tard. Quand elle se rend compte de ses troubles elle fait allusion à cette fatigue. Je la sens isolée, vulnérable et ne sais quelle décision prendre. Avant de partir j'ai envisagé qu'elle vienne avec moi quelques semaines ou qu'elle aille dans une maison de repos mais elle souhaitait rester chez elle.

Je ne sais pas si en respectant ce souhait je la mets en danger, la laisse aux prises de ses peurs. J'ai peur qu'elle apprenne sa maladie sans que je sois là pour l'aide à faire face au choc. J'ai peur pour elle tout le temps et me sens impuissante.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


135994
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

La maladie d'alzheimer svp

image

Je vais t'expliquer pourquoi vlasova. Voilà, il y a quelques années, à la mort de ma grand-mère (subitement dans son fauteuil) j'ai pris pendant cinq ans, chez moi mon pépé que j'adorais : amour:. Déjà, avant la mort de ma grand-mère sa...Lire la suite

Qui partage le quotidien d'un proche malade?

image

Tu sais ta détresse je la ressens derrière mon ordinateur ! Je n'ai pas de solution miracle à te donner simplement un peu de chaleur humaine à t'offrir. Nous avons vécu pendant cinq années mon mari, mes enfants et moi avec un malade, je...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages