Histoire vécue Santé - Maladies > Maladies neurologiques > Autres      (162 témoignages)

Préc.

Suiv.

Bipolaire, alcoolique et anorexique

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1896 lectures | ratingStar_79158_1ratingStar_79158_2ratingStar_79158_3ratingStar_79158_4

Bonjour,

Moi on a diagnostiqué ma maladie après 3 ans au sein de ma boîte. Je suis partie à l'hôpital pour 8 mois d'affilé, oui oui. Au départ c'était pour sevrage alcoolique + anorexie et après avoir fait 3 centres hospitaliers on a réalisé que j'étais bipolaire-cyclothimique.

En passant le visite de reprise après ces 8 mois, je me suis posée la question "dois-je le dire ou le cacher".

Le médecin du travail a contacté mon psychiatre qui ne lui a rien dit d'autre que j'allais mieux et que j'étais apte à la reprise du travail.

J'ai finalement lâché le morceau sur la bipolarité, rien sur l'anorexie et l'alcool et les médocs. Il va s'en dire en effet que ses connaissances en la matière sont assez vagues.

J'ai dû être à nouveau hospitalisée plusieurs fois, donc je n'ai plus à cacher mon état. Le médecin du travail est tenu au secret médical envers mon employeur et à chaque sortie de l'hôpital il a été favorable à ma reprise, il ne m'a jamais mis des batons dans les roues et se retranche toujours derrière l'avis de mon psy.

En plus je vais être reconnue en tant que travailleur handicapé donc à moins d'une faute grave mon employeur aura du mal à me mettre dehors.

Il est d'ailleurs demandeur de cette reconnaissance également car il doit avoir son quota de personnes en invalidité si il ne veut pas s'acquitter de la taxe prévue à ce sujet mais plutôt percevoir l'indemnité compensatrice.

Attends avant de parler cess, c'est un conseil après c'est toi qui voit moi je l'ai fait en étant bien assise dans mon poste.

Le medecin du travail est le seul à connaître mon état, personne d'autre ne l'est, aucun de mes collègues, c'est hors de question. J'imagine trop bien les non dits des uns et des autres en me regardant. Dés que j'éleverai un peu le ton ou aurait le sourire en berne comme tout un chacun peut l'avoir, venant de moi on pensera systématiquement que c'est à cause de ma maladie.

En plus le fait que je sois à mi temps en raison de cette maladie passerait mal. "Quoi une invalidité pour une maladie comme ça et puis quoi encore ! Moi aussi j'ai des hauts et des bas et alors je viens bosser comme tout le monde ! "

Laisse tomber je ne suis pas prête à supporter ça.

A bientôt, désolée d'avoir été si longue.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


79158
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Séjours en hopital psychiatrique

image

Et bien voilà… je viens moi aussi vous faire part de mon expérience non pas en HP, mais dans un hopital avec un étage réservé aux maladies neurologiques dont la dépression. Je suis arrivée là dans un état pitoyable, envoyée d'urgence par...Lire la suite

Le vélo est un bon antalgique contre la SDRC

image

J'ai subi 3 ans d'algo 1 an où c'est moi qui contrôle avec ma petite télécommande, mais tout au long de ces 3 années j'ai trouvé des médecins disant "c'est une algo" et d'autres disant "ce n'est pas une algo". J'espère donc pour toi que, si...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages