Histoire vécue Santé - Maladies > Maladies neurologiques > Autres      (162 témoignages)

Préc.

Suiv.

Elle arrive à rebouger ses membres

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 42 ans
Mail  
| 689 lectures | ratingStar_130984_1ratingStar_130984_2ratingStar_130984_3ratingStar_130984_4

Ma mère est atteinte de cette maladie depuis 2004 mais semble moins atteinte pour tous ces problèmes de déglutition et pulmonaire. Elle a eu ces problèmes fin 2007 mais cela était du à un surdosage morphinique.Ma mère, qui a aujourd'hui 76 ans, souffre essentiellement de son manque de mobilité (elle passe de son lit à son fauteuil) , ne peut que difficilement se saisir d'objets avec sa main droite, sa gauche étant très rigide.Elle n'a pas non plus de problèmes à s'exprimer, même si c'est vrai que son élocution s'est un peu ralentie. Elle est passée par différents stades car les médecins tatonnaient aux niveaux des médicaments. Nous n'avons eu le diagnostique clairement posé que fin 2007 alors qu'il a été diagnostiqué en 2004 par la Pitié (manque certain de dialogue des médecins). Elle a d'abord perdu petit à petit la faculté de marcher (on lui répondait qu'elle était phobique) , puis le coter gauche s'est raidi de plus en plus, elle se recroquevillait sur elle-même, jusqu'à avoir des douleurs insupportables (d'où la morphine). J'ai du l'hospitaliser d'urgence à Pompidou car elle s'endormait de l'intérieur. C'est dans cet hôpital qu'ils nous ont donné le diagnostique de la DCB (merci beaucoup à eux) et qu'ils ont pu établir un traitement adopté pour ses douleurs. Les décontractants musculaires, beaucoup de Kiné, d'exercices de relaxation et énormément de courage, font qu'elle arrive à rebouger un peu les bras et les jambes. Il ne faut surtout pas laisser une personne atteinte de cette maladie se recroqueviller sur elle-même. Ma mère fait sans cesse des mouvements. Il faut s'"ouvrir" lui dit-on. Depuis 2004 jusqu'à il y a peu elle vivait encore toute seule chez elle avec des aides à domicile et aides soignantes vers la fin, mais cela devenait trop lourd financièrement. Aujourd'hui elle vit chez mon frère et elle continue à lutter même si de temps en temps elle trouve cela décourageant. Savoir qu'elle ne pourra plus jamais marcher et faire tout ce qu'elle faisait avant lui pèse beaucoup.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


130984
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Séjours en hopital psychiatrique

image

Et bien voilà… je viens moi aussi vous faire part de mon expérience non pas en HP, mais dans un hopital avec un étage réservé aux maladies neurologiques dont la dépression. Je suis arrivée là dans un état pitoyable, envoyée d'urgence par...Lire la suite

Le vélo est un bon antalgique contre la SDRC

image

J'ai subi 3 ans d'algo 1 an où c'est moi qui contrôle avec ma petite télécommande, mais tout au long de ces 3 années j'ai trouvé des médecins disant "c'est une algo" et d'autres disant "ce n'est pas une algo". J'espère donc pour toi que, si...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages