Histoire vécue Santé - Maladies > Maladies neurologiques > Epilepsie      (338 témoignages)

Préc.

Suiv.

Crises épileptiques : on peut vivre normalement si on trouve le bon traitement

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 692 lectures | ratingStar_46958_1ratingStar_46958_2ratingStar_46958_3ratingStar_46958_4

J'ai 32 ans, maman de 2 enfants 4 ans et demi et 2 ans. J'ai fait ma première crise de convulsions hyperthermiques à 9 mois. Direction l ? Hôpital. Ensuite, c'est les internes qui défilent par voir la "bête curieuse" . Heureusement, mon pédiatre m'a vite fait sortir avec les premiers médicaments : gardénal. Jusqu'à mon adolescence, j'ai régulièrement fait des crises de petit mal et plus rarement des crises généralisées. J'avais pourtant mon nouveau traitement "Tégrétol" . Ensuite, ça c'est stabilisé, même si j'ai continué à faire des crises partielles. A 25 ans, malgré la Dépakine, (et oui encore changé de médicaments) , j'ai refait une crise généralisée devant mon mari qui était pétrifié. Je vous passe le réveil brutal, les courbatures dans tout le corps, la perte de mémoire ? 3 ans plus tard, j'ai envisagé une grossesse. Re-changement de médicament : Neurontin. Avec jusqu'à l'écho du 5ème mois l'angoisse d'une malformation éventuelle. On peut dire que ma grossesse a "réveillé" ces problèmes. Car j'en ai fait plusieurs pendant cette période (des crises généralisées, parce que les autres, j'en avais tout le temps). Celle de mes 25 ans est survenue dans un contexte très particulier : donc ça ne compte pas. C'était très dure à ces moments là : le neurologue qui vous dit qu'il vaut mieux prendre un médicament que de faire une crise, que vous ne pourrez pas allaiter ? Je me demande encore aujourd ? Hui ce qu'elle a bien pu ressentir à ce moment là ! Ma deuxième grossesse s'est mieux passée, et j'ai enfin trouvé un médecin qui m'écoute et ne veut pas me bourrer de cachets ! Après avoir essayer le Lamictal seul, il m'a proposé de le coupler avec la Dépakine. Aujourd ? Hui, ça va mieux, je ne fais presque même plus de crises partielles. Je voulais donc apporter un témoignage d'espoir pour dire qu'il faut parfois longtemps pour trouver le bon traitement, mais que lorsqu'on y arrive, on peut vivre presque normallement. Il faut simplement savoir s'écouter, plus que les autres au niveau de la fatigue du moins et profiter de tous les moments de la vie. Et surtout, j'ai une pensée pour tout l'entourage des malades qui doit assurer et prendre soin de nous pour respecter notre repos. J'en profite aussi pour remercier mon mari qui, malgré son boulot, se levait quand même la nuit pour donner le biberon pour me laisser me reposer un peu, et pour toutes les attentions qu'il me porte.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


46958
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Aiiiide plizzz , mon york est epileptique - medecine veterinaire

image

Pourquoi tu dis ça ? Moi aussi j'ai un chien épileptique, et je sais à quel point c'est difficile de voir notre toutou en crise. Il y a 2 types d'épilepsie, l'épilepsie essentielle et l'épilepsie qui découle d'un problème de santé. - Pour...Lire la suite

Des resultats de sismotherapie (synthese du forum) - antidepresseurs, anxiolytiques

image

EN CONSTRUCTION. Josica. En 1984 alors que j'étais déjà sous AD et autres psychotropes je ne sortais pas du tout de ma dépression… Je suis dépressive chronique… Mon médecin voyant s'aggraver mon état m'a proposé les électrochocs… J'ai...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages