Histoire vécue Santé - Maladies > MST > Autres      (278 témoignages)

Préc.

Suiv.

Bouton sur le pénis : ai-je attrapé une IST ?

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 30/03/11 | Mis en ligne le 08/08/11
Mail  
| 2513 lectures | ratingStar_218386_1ratingStar_218386_2ratingStar_218386_3ratingStar_218386_4

J'ai 23 ans et je suis très inquiet actuellement. J'espère attirer l'attention de quelques bonnes âmes qui voudront bien m'informer un peu… svp. Etant plus jeune j'ai eu plusieurs différentes partenaires sexuelles avec lesquelles je me suis protégé avec un préservatif. A l'exception de deux filles. La première, ma première "vrai " relation durable.

La deuxième, ma relation actuelle qui dure depuis 2 ans maintenant et qui est très stable, nous vivons ensemble. Il y a quelques temps j'ai vu apparaître 1 ou 2 petits boutons à la base du corps de mon pénis, ils étaient plutôt couleur peau au début. Malheureusement, je ne saurais vous dire de quand ils datent, mais peut être plus d'une année et voir plus. Au début, je me disais que ça devait être cutané, bénins et passagers comme boutons, Depuis deux jours (donc 1-2 année après ma première constatation) , j'ai commencé à rechercher activement sur internet la cause de ces boutons, et j'ai l'impression que je m'oriente vers une HPV (condylomes génitaux) ou des molluscums contagiosum (?). Je précise que ma copine est suivi par un gynéco régulièrement (tous les 6 mois environs) , qu'elle fait les frottis et qu'elle est saine. -J'aurai aimé avoir votre avis sur comment procéder ? Je compte appeler mon médecin demain afin de consulter ? Est-ce mieux d'appeler un dermato ? (je n'en connais pas vraiment à vraie dire) - J'ai très très peur de la réaction de ma copine. Je ne sais pas s'il est préférable que je fasse un premier examen médical avant de lui dire quoi que ce soit ou non… ? J'ai peur qu'elle se sente victime de mon " infection " , que j'ai été " vagabond sexuel " plus jeune et qu'elle en subisse les conséquences… Comment lui annoncer cela ? Doit-elle consulter également ? J'ai tellement honte, je ne déprime pas, mais j'ai un gros coup sur le moral depuis quelques jours, c'est dur à vivre… je ne sais comment lui annoncer cela - l'administration de mon assurance maladie passe encore par l'adresse de mes parents pour XY raisons et je ne sais comment éviter qu'il apprenne une telle chose sur moi. Je sais qu'il faut être sincère avec ses parents, mais honnêtement ils ne le supporteraient pas, ils sont assez strictes…

Pensez-vous qu'il est possible de s'arranger avec le médecin pour qu'il facture sa consultation ou autre comme un traitement standard ou contrôle simple ? Afin de dissimuler le fait que j'ai consulté pour une probable IST… - Mes relations sexuelles vont-elles changer avec ma copine ? Est-ce que je vais devoir me protéger toute la vie et avertir les personnes avec qui j'ai des rapports ? - A-t-elle le risque de développer une infection a cause de moi et ainsi encourir plus de risques ? (est-ce que je dois mettre des photos à l'appui des boutons ? ) … enfin bref, j'ai très peur de pleins de choses, pour moi, j'ai honte, de la réaction de ma copine, de la contaminer, de cacher cela à mes parents… svp si vous pouvez m'éclairer cela m'aiderait grandement, j'ai l'impression que je vais devoir porter ce fardeau toute ma vie <
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


218386
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ist : uretrite, prostatite et complications interminables ... - infections sexuellement transmissibles

image

Bonjour, Je vais vous raconter mon histoire parce que je commence a désespérer de découvrir ce que j'ai eut voir ce que j'ai toujours… J'ai attrapé il y a un peu moins d'un an ce que je pensais être des chlamydias bref une simple urétrite. Je...Lire la suite

Billet d'humeur (2??)

image

Quand au "spécialiste" qui nous annonçait la fin des grands tours et la toute puissance de l'uci qui était seule à décider dans le cyclisme et que les petites fédé genre FFC et les organismes nationaux de lutte contre le dopage pouvaient aller...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages