Histoire vécue Santé - Maladies > MST > Autres      (278 témoignages)

Préc.

Suiv.

HPV : je vais subir une intervention chirurgicale

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1441 lectures | ratingStar_230359_1ratingStar_230359_2ratingStar_230359_3ratingStar_230359_4
je viens expliquer un petit peu mon expérience par rapport au virus du papillome humain... - Février 2008: je constate les condylomes (3) sur les grandes lèvres. Direction ma gyneco: elle me prescrit le nouveau traitement ALDARA : une crème à mettre 3 fois par semaines, qui ne détruit pas les condylomes directement mais qui pousse le système immunitaire à se défendre contre le virus. Normalement, très efficace en un mois ou deux et permet d'éradiquer ET les symptômes ET le virus. - Jusqu'à fin mars: traitement avec ALDARA donc. Crème très très puissante , j'ai eu énormément d'effets secondaires (mais je sais que c'est différent selon les personnes donc ne vous alarmez pas), mais comme j'ai une santé toute fragile, forcément ça n'a rien arrangé: brulures et démangeaisons parfois insupportables au niveau de la vulve, à n'en pas dormir la nuit (j'ai pris des antihistaminiques pour éviter les démangeaisons: plutôt efficace), grosse fatigue, parfois courbatures, sècheresse de la bouche ... Mon homme avait des condylomes lui aussi, à la base du sexe (donc même un préservatif n'aurait servi à rien), il se les ai fait enlever à l'azote. - Fin mars: je retourne voir ma gyneco pour le bilan après un mois de traitement. Résultat: traitement complètement inefficace sur moi, ce qui est exceptionnel. J'ai un système immunitaire faible qui n'a pas répondu. Les condylomes se sont répandus partout dans mon vagin, de manière très virulente. Il faut que je me les fasse enlever au laser à l'hôpital sous anesthésie générale. - Rendez-vous avec la gyneco de l'hôpital: elle me confirme l'intervention chirurgicale. Après, j'aurai trois semaines de traitement (mais je ne sais pas exactement en quoi il consiste pour l'instant) puis trois mois où on devra mettre des préservatifs avec mon homme. Le risque de récidive est de 30%. Je n'ai pas vraiment peur de l'intervention (ça m'emmerde vraiment d'avoir à faire l'AG pourtant!), mais plutôt de ce qui se passera après: -je voulais partir en vacances, mon intervention est le 04 avril, pensez-vous que vers le 20 je serai en forme pour partir en vacances? -Rapports avec préservatifs: sachant qu'il ne protège qu'a 50 %, à quoi bon en mettre un? Sommes-nous condamnés à l'abstinence? - Comment savoir quand je serai guérie ou pas? et mon chéri, il sera guéri quand? Bref, ça nous tombe dessus comme ça, sans crier gare, alors qu'on avait fait des tests MST. D'ailleurs , est-ce que ce virus est détectable a la prise de sang? Parce que si oui, ce serait scandaleux que mon médecin ne m'ai pas détecté cela... Dernière petite question: je suppose qu'il ne vaut mieux pas avoir ses règles pendant l'intervention. Mais en ce moment je suis toute déreglée, ca doit être le stress, et du coup j'ai peur de les avoir le jour J. Vous en pensez quoi?
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


230359
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ist : uretrite, prostatite et complications interminables ... - infections sexuellement transmissibles

image

Bonjour, Je vais vous raconter mon histoire parce que je commence a désespérer de découvrir ce que j'ai eut voir ce que j'ai toujours… J'ai attrapé il y a un peu moins d'un an ce que je pensais être des chlamydias bref une simple urétrite. Je...Lire la suite

Billet d'humeur (2??)

image

Quand au "spécialiste" qui nous annonçait la fin des grands tours et la toute puissance de l'uci qui était seule à décider dans le cyclisme et que les petites fédé genre FFC et les organismes nationaux de lutte contre le dopage pouvaient aller...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages