Histoire vécue Santé - Maladies > Problèmes bucco-dentaires > Autres      (266 témoignages)

Préc.

Suiv.

Rencontre chez le dentiste

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1582 lectures | ratingStar_6410_1ratingStar_6410_2ratingStar_6410_3ratingStar_6410_4

Lundi matin, un week-end épuisant, ma femme est en déplacement à l'étranger pour son travail, le petit chez ses grands parents pour la semaine, j'ai revu cette petite Griou qui me harcelait de ses assiduités (et oui, mon charme irrésistible ! ) , une fois encore elle ne m'a pas déçu la petite, une vraie furie, et une fermeté quand elle claque le cuissot, j'ai encore la fesse sensible et rose à l'arête, mais je vous raconterais ça une autre fois, mon sujet est bien moins joyeux. Je n'ai quasiment pas dormi cette nuit… mes dents… une catastrophe, un plombage qui me fait souffrir comme jamais. Il faut savoir que j'ai horreur des dentistes, je crois que je préfère encore passer une journée au service des grands brûlé de la route que d'aller me faire soigner une carie.

La roulette, l'aspiration qui te choppe la langue pendant qu'on te charcute la gencive, la lumière qui t'éblouit comme si le bronzage faisait partie du package, la vieille assistante aigire par la vie qui n'a pas baisé depuis plus de dix ans et qui le fait payer à tous les clients, le dentiste qui donne l'impression d'avoir eu le choix entre des études de croque-mort et celles de l'école dentaire. Bref, tout pour vous donner envie de vous y rendre, et en plus, le pompon, lorqu'il faut y aller, c'est bien souvent parcequ'on souffre (je confime) et c'est aussi pour avoir un peu plus mal en sortant.

Mais bon, j'ai tellement mal, j'appelle Miguel (mon chef) , je le préviens que je serais en retard, il me gratifie au passage d'un petit :

"Et ben Zizi, on a encore fait des folies ce week-end ? Du mal à se lever ? Les cheveux qui poussent ? Les dents du fond qui baignent ? " je ne me donne même pas la peine de lui expliquer, de toutes façons le retard du lundi matin peut difficilement être pris au sérieux par un patron, je me résous à appeler le Docteur Khinnyasepf (on a pas idée d'avoir un nom pareil) , Docteur en dentisterie, diplômé de la faculté de Paris, le téléphone sonne, ça décroche, le répondeur :

"Etant en congé jusqu'au 25, si vous appelez pour prendre rendez-vous, merci de me rappeler à mon retour, en cas d'urgence, vous pouvez contacter mon collègue au 01.43.85… super, je suis ravi ! Déjà que je n'aime pas les dentistes, celui-là au moins connaît ma phobie et essaie de faire de son mieux pour ne pas trop me traumatiser, il est malgré tout compréhensif et assez doux, il va falloir que je me tappe un remplaçant, pffff !

La mort dans l'âme, j'appelle le numéro, une petite voix fluette et distinguée me réponds :

"Cabinet du Docteur Christian, j'écoute ! "

"Bonjour, je m'appelle Isidore, je suis habituellement client du Docteur Kynnyasepf, il est en congé, ce serait pour un rendez-vous en urgence, j'ai un plombage qui me fait souffrir à me taper la tête contre les murs"

"Vous tombez bien mal Monsieur Isidore, le docteur est submergé sous les consultations, il ne pourra pas vous prendre avant vendredi"

"Vendredi ! Mais je serais mort de douleur vendredi, vous êtes certaines de ne pas pouvoir faire quelquechose pour moi, je paierais tout ce que vous voudrez"

"Patientez un instant, je vais voir avec le Docteur si quelquechose est possible"

Elle pose le combiné, je l'entends marcher, elle doit être en talons, vers ce qui doit être la salle de consultations. Je distingue mal la conversation qui se tient, apparemment le Docteur est une femme, j'entends simplement :

"… verrez si vous parvenez à le soulager… fin de journée… problème… après mes consultations"

Elle revient et reprends la parole :

"Monsieur Isidore, le Docteur vous propose de venir en fin d'après-midi, je regarderais ce que je peux faire à mon niveau et elle pourra éventuellement vous prendre après ses consultations si votre cas nécessite plus de soins, êtes ovus disponibles à 17h30 ?"

"Oui oui, je serais disponible, merci beaucoup de bien vouloir vous occuper de mon cas ! Bonne journée et à ce soir alors ! " Je raccroche, mon moral va mieux (pas la douleur) , je vais être soigné, et cette jeune femme a une voix ensorceleuse, en revanche j'apprhende la journée de travail qui s'annonce dans la douleur.

Je me prépare, saute dans mon kangoo et me mets en route pour le boulot, la journée s'annonce longue et laborieuse.

16h30, j'ai prévenu Miguel en arrivant, la joue gonflée par mes petits maux, que j'avais rendez-vous chez le dentiste et qu'en conséquence je quitterais plus tôt, il m'a cru mais était loin d'être compatissant. Je décolle après m'être changé, direction Paris, Place de la Nation pour mon Rendez-vous, la circulation est dense et j'arrive à peine 10 minutes en avance. Je monte à pieds les trois étages qui me séparent de la délivrance et franchit d'un pas décidé la porte après avori pressé la sonnette sur laquelle est inscrit : "sonnez et entrez". Je pénètre dans un appartement Haussmanien de belle taille, le propriétaire a probablement réunit deux appartements pour en faire son cabinet, me dirige vers la salle d'attente où je constate en y pénétrant que deux personnes y sont installées. Je déteste les salles d'attente de dentistes, les gens y sont bien souvent souffrants et donc de mauvaise humeur, ajoutez à cela le fait que nous sommes à Paris en fin d'après-midi et que les bouchons ou la cohue dasn les transports n'ont rien amélioré à leur état d'esprit. Je salue les futurs patients, pas un sourire, pas un bonjour, aucune réponse, je n'en suis aucunement surpris. J'attrappe un magazine sur la table basse, me préparant à une longue et interminable attente. Quelques minutes plus tard une femme en blouse pénètre dans la salle d'attente par la porte d… au cabinet avec une élégance rare. Elle doit mesurer approximativement 1m60, la quarantaine épanouie, des cheveux chatains foncés, mi-longs, une potrine généreuse, apparemment bien faite à ce que je pouvais en voir malgré la blouse, et des yeux ! "un truc de ouf ", je n'avais jamais vu cela, des iris verts émeraude à tomber à la renverse, couleur lagon, et une intensité dans le regard. Les trois hommes présents dans la salle ne s'y trompèrent d'ailleurs pas, ils paraissèrenet happer par son visage, comme emportés à aileursland et c'était aussi mon cas. Moi qui détaille habituellement les femmes de bas en haut avant de m'attarder sur leur visage, je ne pouvais décoller mes yeux des siens. Son regard balaya la pièce, croisa le mien et j'eu droit à un sourire charmeur (pour autant l'interprétais-je ainsi) qui me réjouit, me faisant presque oublier la douleur, principale raison de ma présence ici.

"Monsieur Isidore est-il arrivé ? "

"Oui, dis-je, c'est moi "

"Vous voudrez bien patienter quelques minutes, j'introduit Monsieur Richert et je suis à vous ! " Quelle drôle d'expression, mais qui me plû beaucoup, comme j'aimerais à mon tour être introduit par cette femme. L'assemblée présente me toisa d'un air peu avenant, chacun devait se trouver choquer du fait que je sois d'emblée reçu alors que tous attendaient peut être déjà depuis un moment. L'assistante avec ses "yeux révolvers" emmena Monsieur Richert et la porte se referma derrrière elle. A cet instant, l'autre porte s'ouvrit et je vis pénétrer dans la salle d'attente une autre femme d'allure très différente mais non moins attirante : elle paraissait peu sûre d'elle, visiblement très pudique, elle portait un long manteau foncé descendant jusqu'aux chevilles, toute en retenue, elle donnait l'impression de se demander ce qu'elle faisait là et se trouva fort mal à l'aise lorsque les visages se tournèrent vers elle. Elle se força malgré tout à saluer mais je fus le seul à lui faire echo. Elle me gratifia d'un hochement de tête et d'un sourire gêné mais sincère, pensant sûrement au mal être qu'elle aurait ressenti si personne ne lui avait rendu son salut. Elle vint s'asseoir à mes côté, déposa son sac à main à ses pieds et ôta délicatement son manteau qu'elle déposa sur ses genoux. J'engageais la conversation :

"Vous paraissez souffrante Madame, pas dans votre assiette ! Vos dents vous feraient-elle souffrir autant que les miennes ? "

"En effet, je me suis levé avec une rage de dents monstrueuse, le Docteur a gentiement accepté de me recevoir sans rendez-vous, je n'aurais pas tenu plus longtemps ; et vous, que vous arrive-t-il ? "

"Isidore, vous pouvez m'appeler par mon prénom. J'ai moi aussi une rage de dents qui me fais souffrir, probablement un plombage qui rend l'âme, je suis dans le même cas que vous, je n'avais pas rendez-vous ! "

"Bien Isidore, ou plutôt devrais-je dire que vous me voyez désolée par la souffrance qui nous taraude, vous pouvez m'appeller Joeailes" nous continuâmes notre petite discussion, étant les seuls à ouvrir la bouche (bizarre pour un cabinet de dentiste) , nos voisins ayants visiblement été tous conviés à l'enterrement d'un quelconque félin de leur connaissance. Je pouvais apprécier les attribus de ma voisine, elle portait une jupe ample et souple à mi-longueur de cuisse dans des tons assez sombres, un haut fluide à élastique sur les épaules, elle n'était pas spécialement fine et on devinait quelques rondeurs toutefois bien placées, elle avait une très belle crinière auburn, longue, dense et souple, le visage fin, des lèvres peu charnues et un nez long et fin. Ses yeux verts noisettes avaient des reflets changeant selon l'orientation de son visage par rapport à l'éclairage de la pièce.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


6410
b
Moi aussi !
31 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Commission de recours amiable - assurance maladie

image

Bonjour, j'ai eu une grosse opération de la mâchoire il y a quelques années, pour cela j'ai du mettre des bagues, mais comme il y avait une opération j'avais le droit à 1 semestre de remboursé. N'étant pas au courant des procédures j'ai...Lire la suite

Des operees aux usa ? - chirurgie esthetique

image

Bonjour à toutes, Je viens de m'inscrire sur Docti et j'aimerais savoir si d'autres femmes comme moi s'étaient faites opérées aux USA ? Si c'est le cas, ce serait intéressant de partager nos expériences. Pour ma part, j'ai vécue 3 années en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages