Histoire vécue Santé - Maladies > Problèmes cardiovasculaires > Hypertension      (96 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je vais très mal

Témoignage d'internaute trouvé sur vivelesrondes
Mail  
| 717 lectures | ratingStar_268526_1ratingStar_268526_2ratingStar_268526_3ratingStar_268526_4
Bonsoir à toutes et à tous, Voilà quelques jours, voire quelques semaines que je pollue le forum avec mes états d'âme, mais malheureusement rien ne s'arrange, la seule chose semblant me soulager parfois quelques minutes étant la parole, je vais la prendre pour parler de ce qui me torture l'esprit depuis des semaines. Courant Septembre, ça allait plutôt bien, je vis mal mon obésité morbide depuis quelques années, mais j'ai décidé que cet automne, cet hiver, voire ce printemps serait le virage tant attendu pour prendre soin de moi et faire reculer les problèmes de santé en tous genres. J'étais obligée pendant 3 ans de travailler 14h par jour, quasiment 7 jours sur 7 pour payer les dettes d'une micro activité que j'ai lancé avec une amie avant qu'elle ne disparaisse avec un mec pas super recommandable en me laissant tout sur les bras. J'ai décidé de quasiment arrêter, voire de réduire à 80% pour enfin recommencer du sport doux. Je n'avais pas du tout les moyens mais mon assurance a fait une erreur sur mon dossier et m'a dédommagé à hauteur du prix de l'abonnement de la salle de sport qui me correspondait bien. Je comptais retourner dans ma région d'origine, j'avais hate de retrouver quelques personnes de ma famille qui me manquent beaucoup. J'avais un boulevard de bonnes nouvelles devant moi. A 3-4 jours de commencer le sport, je suis prise de problèmes de santé très mystérieux et très difficiles à décrire : grosso modo des vertiges insupportables, des sensations d'écrasements dans la tête et céphalées constantes. Moi qui ne voyait les médecins qu'une fois par an, voire même parfois 0 fois, je me retrouve à débouler aux urgences pour avoir frolé le malaise. Je me retrouve à en voir plusieurs par semaines, aucun ne me prends au sérieux pendant un mois et les symptomes s'intensifient au point que je ne peux même plus m'occuper de moi, de mon appartement qui devient un taudis, de manger etc etc… J'ai du prendre les choses en main en profitant de ma CMU pour courrir les spécialistes, et vraiment dieu merci j'avais la CMU sinon là allez savoir si je serais toujours vivante. Ça fait 1 mois et demi maintenant que je suis quasiment immobilisée par mes maux. Il y a eu 2 semaines de mieux grace à un médicament, j'ai été traitée pour hypertension intracranienne. Puis ma neuro (un peu à l'ouest) m'a fait augmenter les prises jeudi dernier. Gros effets secondaires, retour aux urgences qui font de l'ironie en me voyant, sous pretexte qu'ils m'ont vu une fois par semaine pendant un mois, et qu'ils n'ont jamais été foutus de trouver ce que j'avais, ou plutôt de chercher ce que j'avais. Je suis redescendue au nombre de prises normales, mais depuis ce jour, le médicament semble détraqué, et mes symptomes sont de retour, sauf les céphalées, mais c'était justement le plus facile à supporter. Des vertiges, la sensation de pas pouvoir marcher droit, sensation d'écrasement dans la tête, des choses très effrayantes. Ma neuro qui était déjà bizarre semble abandonner peu à peu, je cherche donc à voir un second neurologue. Je tombe sur un gars gentil certes, mais qui semble encore plus zinzin qui me dit que c'est n'importe quoi, que je n'ai pas d'hypertension intracranienne, il me dit tout ça sans regarder et lire les résultats, IRM et Scanner. Je veux bien le croire, mais je me retrouve avec 2 avis contraires. J'ai pris un RDV avec un 3ème Neuro, miracle il y avait un creu demain. En attendant je craque, je n'en peux plus, je pleure quasiment tous les jours, je prefere être dehors comme une SDF parfois parce que je vis seule et que j'ai peur de faire un malaise seule chez moi. Tout me souriait il y a encore 2 mois, même si je vivais très mal mon obésité morbide, tout était prêt pour que je fasse baisser mon poids (je ne parle pas de devenir maigrissime) , il n'y avait quasiment que des bonnes nouvelles. Je suis quelqu'un d'ultra positif d'habitude, là je suis à bout, j'ai peur, j'ai des crises de panique, alors que je n'en ai jamais eu jusque 32 ans. Je n'ai plus personne en région parisienne, plus de meilleure amie, l'amour de ma vie avec qui je passais tout mon temps est decedé depuis bientôt 2 ans, seul lui savait m'apaiser. Là j'ai presque envie de chercher quelqu'un d'inconnu chez qui vivre pour m'enlever la peur d'être seule si je vais mal. Je n'ai jamais pleuré comme ça, je pense parfois au pire même si je ne ferais jamais ça à ma famille. Je ne peux pas les rejoindre pour le moment, j'ai de bonnes raisons, il ne s'agit pas d'un "oui mais", à part les plus jeunes, mon père est très occupé et je ne veux pas l'inquieter car il pourrait en être malade, ce qui accroirait mon stress. Ma mère est très spéciale, même si je ne lui en veux pas, elle peut parfois être bipolaire, et elle peut me faire exploser le compteur à stress. J'ai eu le malheur de me confier il y a quelques jours, tout en minimisant, sans pleurer ni rien, je disais juste que je supportais mal des effets secondaires. Elle a appellé toute la ville disant que j'allais mourrir, que j'avais p'têt un anevrisme, enfin vous voyez le truc quoi… Evidemment je suis pauvre, je crois que c'est comme ça qu'on dit, et tout est rendu compliqué pour les personnes pauvres. Je suppose que si j'étais ministre pris en charge dans l'hopital du Val de Grace, ça serait réglé en moins d'une semaine. Moi là, je ne sais toujours pas ce que j'ai, ça fait bientôt 2 mois, je n'ai pas vu l'automne passé, je sens que je développe une grosse dépression. Je peux aller parfaitement bien le matin, et être à l'agonie l'après-midis midi, ou l'inverse. Je peux aller bien 2 jours et avoir l'impression que je vais mourrir le 3ème jour. Je ne peux rien prévoir, je ne vis que pour aller voir les médecins, je suis rassurée les 20 mn où je suis dans leur cabinet, je me dis que si je fais un malaise, ils sauront peut-être quoi faire… et encore. Je suis fichée dans les urgences de mon coin, et il faudrait 30 mn de route avant d'atteindre un autre hopital. Les médecins de mon hosto se sont trompés plusieurs fois et pourtant ce sont les mêmes que je revois, et qui font de l'ironie ou qui me disent de rentrer sans même me toucher physiquement. Je suis fatiguée, je peux pourtant être très forte dans les épreuves, mais là je commence à croire que ça ne s'arrêtera jamais. Une neuro me parle de me faire une ponction lombaire, un autre bondit en me disant oh là là surtout pas… je discute avec une nana qui en a eu un qui a eu un écoulement après la ponction, chose qui peut-être mortelle. Je suis perdue, mon dossier médical s'épaissit, j'ai peur que quelque chose de grave soit en train de m'arriver et le temps file sans que quelque chose soit fait. Voilà, comme je l'ai souvent dit, je ne sais parler que par romans, j'en suis désolée, j'avais besoin de me confier, je craque vraiment.
  Lire la suite de la discussion sur vivelesrondes.com


268526
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Syndrome anxio-dépressif!!!!

image

Bonsoir à tout le monde ! Je vous explique… J'ai 20 ans, il y a quelques temps on m'a découvert de l'hypertension arterielle dûe à mon poids et maintenant je me coltine un syndrome anxio-dépressif! Je pleure pour rien et ça peux durer des...Lire la suite

Le dmla

image

Bonjour à vous il y a pratiquement un an de ça, j'avais lancé une discution sur ce forum s'intitulant " néo vaisseaux " Et là, je vous racconte toute mon histoire concernant la DMLA ..; J'ai 32 ans et aujourd'hui atteinte de cette maladie...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages