Histoire vécue Santé - Maladies > Problèmes de peau > Autres      (468 témoignages)

Préc.

Suiv.

La gale : on peut en guérir définitivement

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 09/12/10 | Mis en ligne le 15/08/11
Mail  
| 32809 lectures | ratingStar_218896_1ratingStar_218896_2ratingStar_218896_3ratingStar_218896_4

Pour ceux qui ont la flemme de lire, je résume : la gale, c'est pas grave, c'est pas une honte, on s'en sort (très bien et rapidement). Certains trouveront ce sujet tout à fait inutile, mais j'ai dans l'idée qu'il puisse être néanmoins intéressant pour d'autres. J'ai longuement, moi-même, parcouru les fora internet, et n'ai (quasiment) jamais rencontré que des threads portants sur des gens qui souffraient de la gale mais n'arrivaient pas à s'en sortir. J'étais donc assez désespéré/déprimé. Alors qu'au final… C'est donc pour rassurer certaines personnes que je poste maintenant. En effet, il s'avère que depuis quelques temps, il y a une recrudescence assez forte de la gale. Ce message n'a pas pour but d'être exhaustif, ni d'être d'ordre médical, mais à tout le moins d'offrir certaines réponses. Je suis désolé si celui est long, j'essaierai cependant d'être le plus concis possible. Ainsi : Il y a de ça maintenant deux mois, j'ai remarqué l'apparition de "croûtes" au niveau de la jointure pouce/index (qui a très certainement un nom médical, mais encore une fois, je suis notaire et non médecin). N'y prêtant guère attention et pensant d'abord à un quelconque dessèchement de la peau dû au froid ambiant ou au stress, je n'appliquais que rarement une crème lambda, style Neutrogena ou autre Mixa. Mon amie, institutrice de son état et ayant une peau sensible me dit à la même période se gratter énormément. Considérant qu'elle est extrêmement sujette aux allergies en tout genre, je ne fis aucun rapprochement (je ne me grattais alors pas). Vinrent les boutons, qui commencèrent à me couvrir le corps. D'abord le torse, puis les mains, les jambes, et enfin les bras. Ayant toujours entendu dire que la gale prenait sa "source" entre dans l'espace interdigitale ou au niveau des articulations, je ne fis toujours pas le rapprochement. J'ai donc pensé à une crise d'eczéma, chose surprenante étant donné que je n'en ai jamais fait et que, bien qu'ayant dans mon adolescence été sujet à l'acné (encore qu'assez tempéré) , je suis quelqu'un qui n'a, pour le moment, guère de problème de peau, d'allergies, etc. Au bout de trois/quatre semaines, je me suis décidé à aller voir mon médecin. La corrélation avec les démangeaisons de ma compagne ne m'avait toujours pas effleurée. Comme lors de toute éruption cutanée étrange, le médecin suppose la gale, j'ai eu le droit à une visite au laboratoire d'analyse, histoire de faire un prélèvement. Celui-ci n'a rien donné : présence de sarcoptes (acarien responsable de la gale) négative. J'étais plus ou moins rassuré. En effet, la gale se soigne. Alors que l'eczéma, non (ou difficilement). Mais au moins, je n'avais pas "honte". J'ai donc eu le droit pendant deux semaines environ à un "traitement" à base de cortisone, histoire de soulager tout ça. Ce fut désastreux.

Si les deux premiers jours, j'ai pu constaté une amélioration, les suivants, à chaque fois que je réappliquais la crème, mes mains gonflaient. Puis un soir, j'en vins à en parler plus longuement avec ma compagne. Il s'avéra qu'elle se grattait exactement aux mêmes endroits que moi (bol, si l'en est, les parties génitales étaient épargnées). Devant les symptômes partagées, nous en avons conclu immédiatement que c'était la gale. En effet, il faut savoir (bien que cela soit dit et redit sur grand nombre de site internet) , que le prélèvement négatif n'est en rien révélateur. Les sarcoptes, comme tous les insectes (qu'ils sont) , bougent. Ce n'est pas parce que l'on en trouve pas à l'intérieur des lésions qu'il n'y en a pas ailleurs. De plus, si le prélèvement suinte ou pis qu'il saigne, soyez sûr que le sarcopte a été détruit dans la man ? Uvre et donc qu'il ne sera pas perçu au microscope. Dont acte, je vis mon médecin le lendemain, et eu droit au "traitement de choc" : ascabiol stromectol (en clair, pour les novices, lotion à appliquer sur (tout) le corps (à l'exception du visage, et normalement du cuir chevelu, mais encore une fois, je ne suis pas médecin) , médicament à ingérer). Le stromectol, pour expliquer rapidement, est au final tout simplement un "insecticide à avaler". En clair, c'est la chose la plus efficace contre la gale (mais qui peut avoir des conséquences désastreuses sur l'organisme, vous vous doutez. Gober un insecticide fait rarement du bien). Avant de prendre le traitement, j'emballai tous mes vêtements dans des sacs poubelles (même ceux lavés la veille) , et désinfectai mon appartement. J'avoue avoir une "chance" par rapport aux familles entières atteintes de la gale : je "vis" seul, tout comme ma compagne. Puis j'ai loué une chambre d'hôtel, tout en évitant, presque de manière paranoïaque, de toucher quoi que ce soit (l'hiver aidant, les gants en cuir ne semblent pas étranges) , et commençai le traitement. D'abord la lotion, que je m'appliquai sur le corps, mon amie, usant de gants en latex (vendus un peu partout, dans n'importe quelle grande surface) , me l'appliqua dans le dos, puis j'avalai les cachets. Elle en fit de même. Nous dormîmes tous deux dans la chambre, pourvu de lits séparés, non sans nous être débarrassés de nos vêtements dans la salle de bains (que les censeurs se rassurent, "Quel giorno piu non vi leggemmo avante" [pour les lecteurs de Dante]). Il faut savoir que les sarcoptes ont un rythme biologique spécifique : les "insectes" ne peuvent vivre sans "porteurs" (id est, sans être humain) plus de 48h ; les larves, plus de 5 jours, et les oeufs, plus de 10. Si vous avez des relations, c'est le moment d'en user, sinon, malheureusement pour vous, un budget "hôtel" est à prévoir. Je pourrai rentrer dans des détails biologiques, mais pour la clarté du message (qui, je dois l'avouer, est suffisamment abscons) , je m'abstiendrai. Après 48h (histoire que les acariens [les salauds] trépassent [et plutôt deux fois qu'une]) , j'ai mis les gants et commencé à tour de bras des lessives. Il faut savoir (encore) , que le sarcopte n'aime pas les températures supérieures à 60° ; . Pour pas dire qu'à partir de 55° ; , il rend l'âme.

Ca tombe bien, je n'avais pas spécialement pitié, et comptais bien sur son décès (en droit français, tuer quelqu'un s'appelle un assassinat et est puni par la loi [dans la grande majorité des lois nationales d'ailleurs]. Mais comme je fis ça dans la plus grande discrétion, je ne pense pas être inquiété de quelque sorte que ce soit. Je compte sur votre discrétion). Au final, et pour faire court, nous avons passé une semaine à faire très attention. Mais techniquement, rien d'impossible. Attention à ce que l'on touchait post-traitement, attention à la manière dont on lavait les vêtements, etc.

Au final, cela fait maintenant trois semaines que j'ai pris/fait le traitement. J'ai eu pendant deux grosses semaines des marques assez énormes sur les bras et sur les jambes, qui disparaissent petit à petit. Je continue à me gratter, mais uniquement pour enlever les peaux mortes, et au final, hier, comme aujourd'hui, je ne me gratte plus du tout. Donc pas d'inquiétude. Si vous avez la gale, que vous vous y prenez suffisamment tôt et rapidement, que vous faites le traitement adéquate, et, enfin, que vous restez consciencieux dans son application, cette saloperie s'en va très vite. Je sais. J'ai été très long, et sans doute obscur, parfois. Je ne souhaitais qu'apporter un témoignage de guérison totale, alors que l'on ne lit que trop souvent des appels à l'aide.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


218896
b
Moi aussi !
22 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Une image que j'ai agrandie :la maladie de m.jackson

image

Voilà, c'est pas pour choquer ou pour lancer un débat, c'est une image que j'ai agrandie moi même, il n'y a pas de trucages, c'est juste pour vous montrer. Que Michael a vraiment une maladie de peau rare le vitiligo. Son corps est blanc à 90%,les...Lire la suite

Mon employeur ne tien pas compte de l'avis du médecin du travail

image

Bonjour, Le médecin du travail m'a jugé apte à reprendre un poste adapté en salle blanche à l'assemblage de prothèses chirurgicales, à temps plein avec horaires adaptés le matin (06h.00-13h.00) après un arrêt maladie de plusieurs mois....Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages