Histoire vécue Santé - Maladies > Sommeil > Insomnies      (540 témoignages)

Préc.

Suiv.

Insomnie, degringolade et cercle vicieux - insomnie et troubles du sommeil

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 20/03/13 | Mis en ligne le 12/06/14
Mail  
| 1375 lectures | ratingStar_531213_1ratingStar_531213_2ratingStar_531213_3ratingStar_531213_4
Voilà déjà 4 mois que je souffre d'insomnie et la description de ce problème persistant dans ce texte risque d'être assez longue puisque j'ai passé à travers plusieurs phases différentes depuis ce trouble du sommeil. Aujourd'hui, 4 mois plus tard, ce n'est plus seulement l'insomnie qui nuit à ma vie, mais aussi plusieurs autres problèmes qui se sont rajoutés depuis parallèlement : dépression, fatigue, anxiété, trouble obsessif compulsif, répercussions sociales, perte de poids, manque de tonus musculaire, épisodes de somnolence, etc. Au point où je ne sais plus comment m'y prendre essayant tant bien que mal de déceler est-ce que mon insomnie est le facteur de ces autres problèmes ? Ou est-ce la conséquence ? Ou y-a-t-il un autre facteur dont j'ignore qui se trouverait à la base de tous ces troubles ? Est-ce que si, est-ce que cela ? Bref, tout s'entremêle et c'est assez difficile de régler mon problème quand on ne sait pas quoi cibler ! Tout a commencé il y a 4 mois, au mois de novembre, j'étais dans une semaine d'examens et je stressais assez à performer, je l'avoue. Par dessus ça, j'ai tenté de composer au maximum avec mes sessions au gym, mon travail à temps partiel et ma copine. Ce que je crois avoir été l'élément déclencheur à toute cette histoire, puisque c'est là que j'ai connu ma première nuit blanche, c'est lorsque je suis allé dormir chez ma copine après avoir été au gym tard le soir (et le tout avec assez de stress et de pression) tout en sachant que cela allait risquer de m'enlever une soirée d'études. Rendu chez elle, encore assez excité par le stress du gym, de la pression qu'elle m'avait mise et le fait de ne pas étudier, m'a donné du mal à dormir au point de carrément avoir fait une nuit blanche. Le lendemain, j'ai pogné un moment de panique assez sincère sachant que je devais étudier malgré mon manque de sommeil et la peur de couler mon examen. Bref, la journée a passée, mais voilà que tout à coup je n'arrive pas à dormir aussi la nuit suivante ! Malgré tout, j'ai persisté, dans les journées qui suivent, à aller à l'université, à aller travailler et à aller au gym et à m'entraîner par dessus ces manques de sommeils (croyant que ça allait m'aider a me fatiguer). J'ai vécu une semaine terrible ainsi avec environ 10-12 heures de sommeil en 1 semaine. Inquiet je suis aller voir un médecin qui m'a tout simplement expliqué que j'ai perturbé mon systeme nerveux avec la semaine d'examen et, qu'au contraire, aller au gym n'a fait qu'amplifier cette perturbation. J'ai donc arrêté l'entraînement quelques jours et, bien que je ne faisais plus de nuits blanches, mes sommeils devenaient maintenant légers (au point de ne pas être sûr de dormir) et segmentés (5-6 réveils par nuits). Si je recollais les bouts je pouvais dire que j'arrivais à dormir de 3 à 5 heures par nuits avec quelques nuits blanche de temps en temps. Lorsque tout à coup j'avais un sommeil de qualité, je retournais au gym le lendemain et on dirait que ça rendait pire mes autres nuits à venir. Bref, j'ai continué 3-4 autres semaines comme ça avant de complètement arrêter le gym puisque j'étais rendu à bout d'épuisement. C'est à partir de là que la dégringolade commençait à empirer sur ma vie. Mon humeur, ma motivation, mes peurs et anxiétés, etc. Commençaient à envahir ma vie : j'ai commencé à manquer des journées de travail, à manquer plusieurs cours à l'université, et à déteriorer ma relation avec ma copine tellement que je commençais à faire de mon manque de sommeil une obsession (même que des journées je pleurais au sanglot ! ) Tous mes proches étaient fatigués de m'entendre parler de ça, je n'arrivais plus à m'investir tant physiquement qu'émotionellement auprès de ma copine (en plus que son ex copain revenait dans le décor ce qui a rajouté a mon anxiété) , j'anticipais des échecs scolaires, etc. Bref, dans ma tête c'était la tourmente et je n'arrivais plus à composer avec tout ça multipliant mon obsession et accumulant les recherches concernant le sujet du manque de sommeil que je pouvais trouvé sur l'internet. J'ai commencé à croire, surtout à force de me le faire répéter par tous mes proches, que j'étais fou, que c'était dans ma tête et que c'était psychologique. Pleins de théories sont passées par ma tête : est-ce ma relation amoureuse qui a cause mes insomnies, est ce que mon insomnie est le résultat post traumatique des insécurités que j'avasi vécu avec ma copine avant tout ça, est-ce vraiment à cause du rush d'examens que j'ai eu la première semaine, est-ce simplement a cause du stress mais que je continue à alimenter par moi même à force d'en faire une maladie, est-ce à cause que j'ai persisté à aller au gym au début et que mon système nerveux est hypersensible, est-ce la peur qui s'est rajouté par peur de l'échec scolaire, amoureux ou professionnel, suis-je en dépression ? Et si je le suis, est-ce une cause ou une conséquence de mon insomnie ? Est-ce que ci, est-ce que cela ? Devrais-je lâcher l'école ? La job ? La copine ? Cela faisait maintenant deux mois que ça persistait et ça me rendait fou. Je suis donc aller voir un autre médecin, cette-fois, un spécialiste du sommeil. Bien qu'au début il croyait que ce n'était qu'une question de perturbation du système nerveux, il m'a fait faire le t'est de l'apnée du sommeil. On m'a détecté un apnée du sommeil de "léger à modérer" et il m'a conseillé d'essayer la machine ce qui n'a pas fonctionner. Bref, malgré qu'il a détecté un apnée du sommeil, je ne crois pas que ce soit cela la cause de mes insomnies puisque ce devrait être le contraire : provoquer de la somnolence. Mon ami en médecine m'a dit, quant à lui, qu'il croit plutôt que c'est la fatigue qui a provoqué une faiblesse au niveau de mon système respiratoire… On en est maintenant rendu à environ 2-3 mois dans mon histoire, et est apparue une semaine où, enfin, j'ai trouvé la fatigue, mais un peu malsainement, je dois l'avouer. J'ai été systématiquement 1 semaine au lit à bailler et à dormir plus de 12 heures par jours et à être profondémmetn exténué lorsque je ne dormais pas et à être dans un genre d'état dépressif, végétatif. Depuis cette drôle d'épisode, graduellement, mon trouble de sommeil est devenu de moins en moins pire et mes nuits plus en plus stables. J'ai commencé pendant une semaine à m'endormir facilement, mais pour seulement pendant 3-4 heures (au moins c'était des vrais sommeil plus que légéer) , après durant environ une semaine encore j'ai commencé à dormir 5 heures mais en me réveillant systématiquement trop de bonne heure, puis j'ai commencé à dormir 6 à 7 heures malgré plusieurs réveils durant la nuit. Cela fait maintenant 2-3 semaine que ma situation est ainsi plus stable et que mon rythme de vie redevient de plus en plus normal. Je me suis donc mis a recommencer le gym. Et je dois avouer que mon sommeil a graduellement recommencé à être un peu plus difficile pour finalement à en aboutir à une autre nuit blanche 1 semaine après le gym. Je ne sais pas si je dois toute suite sauter aux conclusion et associer l'exercise à la cause de mes insomnies. Je suis rendu à me questionner à savoir si c'est à cause des protéines, à cause d'une reprise trop accrue de l'entraînement physique suite a cette épisode perturbatoire ou est-ce juste dans ma tête d'avoir associé le gym (stimulus) au manque de sommeil (reponse conditionelle) , comme un genre de conditionnement. Ou peut-être que cette dernière nuit blanche soit juste arrivée par hasard comme le résidu de ce qui reste de mes antécédents de trouble de sommeil. Physiquement, je dois ajouter que je me sens sans force. Par exemple, hier, j'ai pelleter de la neige et je me suis sentis comme un hommes de 50 ans (j'ai 25 ans). Et j'ai constamment le contour des yeux très sensibles. (peut-être est-ce dans ma tête ? ).
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


531213
b
Moi aussi !
3 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Marcher et parler en dormant apres choc emo - insomnie et troubles du sommeil

image

Bonsoir ! Je vais essayer d'expliquer ma situation au mieux en évitant d'écrire les mots-clés pour que mon ami dont je vais parler ne tombe pas là-dessus et se reconnaisse en faisant des recherches, excusez-moi du désagrément mais ça devient...Lire la suite

Insomnie : merci de votre aide - insomnie et troubles du sommeil

image

Je copie\colle mon dernier texte. Salut, ce la peut paraître long 6 mois d'attente, mais à comparer des années d'insomnies. Je crois que ce n'est pas si pire ! Il ne faut pas oublier wue le manque de sommeil amène à voir les choses plus grosses...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages