Histoire vécue Santé - Maladies > Spasmophilie - Tétanie      (244 témoignages)

Préc.

Suiv.

Spasmophilie

Témoignage d'internaute trouvé sur forumados - 30/03/11 | Mis en ligne le 23/03/12
Mail  
| 577 lectures | ratingStar_231449_1ratingStar_231449_2ratingStar_231449_3ratingStar_231449_4
Bonjour à tous ! J'ai 16 ans, bientot 17, et je suis quelqu'un de nature assez stressée. Je me stresse pour un rien, il suffit que je sois 10 minutes en retard, ou bien la peuur de ne pas réussir ou de rater un controle, la peur de décevoir. Il y a quelques mois, j'ai fait un malaise vagal. J'ai eu chaud, trèès chaud, puis j'ai fermé mes yeux tellement je me sentais mal, je me souviens d'un horrible mal de tete, et comme des fourmis dans les bras, et puis plus rien. Quelques secondes plus tard je me retrouve par terre, et en quelques secondes j'ai pu me relever. Car quand un malaise vagal arrive, il repart aussi vite. Sauf que ça m'a totalement épuisé. Le lendemain, je ne suis pas aller en cours, j'avais une sorte de peur que ça m'arrive au lycée, ou pire quand j'attend mon bus ou autre. Puis plus rien. Mon père a commencé à tomber malade. Pour une raison X, on l'a placé en coma artificiel. Je vivais comme avec "ça" sur le dos, ça m'oppressait. Pourtant j'étais persuadée de bien le prendre. En cours, pendant au moins 3 jours, j'avais des sortes de crises d'angoisse : on commence par avoir chaud, faiblesse dans les jambes et les bras (tu as l'impression que si tu te lèves, tu tombes) , faiblesse tout court en fait, et incapacité à me concentrer, vide total dans ma tête. Mais ça passe comme c'est venu. Il y à deux semaines mon père est décédé. J'étais persuadée que je l'avais bien pris. Sauf que depuis quelques jours, mes angoisses sont revenues. Je suis en classe, j'ai chaud, faiblesse dans les jambes, envie de dormir. Et là tout commence : je m'imagine tomber devant tout le monde, je me sens enfermée dans la salle de classe, personne ne comprendrait, j'ai une envie de fondre en larmes et comme je m'en empeche, horrible boule dans la gorge. Enfin bref. Ce matin, cela m'a pris, en sortant du cours, j'ai pleuré un bon coup, et c'est parti comme c'est revenu, comme si quelque chose de bloqué sortait. Le médecin me dit que je suis confrontée à de la spasmophilie. Sauf que bien sur j'ai peur. Je sais qu'il faut faire un travail sur moi-même, mais quand ça m'arrive je me sens seule. Je me dis toujours "ah non, pas maintenant, ce n'est pas le moment", et bien sur je stresse encore plus. On est en période de bacs, bacs blanc plutot, et lundi j'avais un bac blanc de français. Sauf que pendant la première heure, j'ai eu le début de cette sensation de panique. Etant plutot bonne élève, j'ai bien sur commencé à me dire "ahh non pas maintenant". Le temps que je me décide a me lever pour demander au prof si je peux sortir (parce que j'ai peur que les autres me regardent, que je tombe…) , ça a commencé a s'aggraver, mais je suis sortie, j'ai pleuré et c'est repassé. A l'idée qu'il m'arrive ça le jour du bac, je suis terrifiée ! Je me rends compte que tout est lié à mon père. Que JE CROIS avoir accepté, sauf qu'en fait, je ne veux pas me rendre compte que je n'ai pas accepté cette situation, et que mon corps me le rend à sa manière… Je ne vous cache pas que j'ai vraiment peur… Désolée d'avoir été aussi longue… Et merci à tous, si vous pouvez m'aider, si vous avez des techniques, ou vécu le même genre de situation.
  Lire la suite de la discussion sur forum.ados.fr


231449
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Au secours, je perd mes cheveux, que dois-je faire? - calvitie et perte de cheveux

image

Bonjour ! Gros sujet d'inquiétude ! J'ai toujours eu tendance à en perdre en arrivant en hiver, mais là, ça devient vraiment trop ! J'ai perdu la moitié de ma masse, et c'est un comble, avant j'avais les cheveux très courts et ça fait 1 an que...Lire la suite

A cause de l'arret du seroplex ? - antidepresseurs, anxiolytiques

image

J'ai toujours eu une santé psychologique assez fragile. Les idées noires s'agrippent à moi assez facilement. Crises d'angoisse, spasmo, tétanie, grosses carences en magnésium qui n'aident pas… Je n'ai pourtant pas connu de gros traumatismes,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages