Histoire vécue Santé - Maladies > Vue > Myopie      (268 témoignages)

Préc.

Suiv.

La myopie a été toujours mon fardeau

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 671 lectures | ratingStar_204139_1ratingStar_204139_2ratingStar_204139_3ratingStar_204139_4

Pour mon premier message ici dans ce forum, j'aimerai vous faire part d'un gros gros problème que je traîne depuis toujours, depuis la naissance en fait. Problème ayant de nombreuses conséquences. Je vais vous exposer un passage de ma vie afin de comprendre le présent. J'ai 30 ans, célibataire, je porte des lunettes (myope) ,je suis déficient auditif. Pour schématiser, j'ai une perte de 30% dans les aigus. C'est un handicap, un fardeau qui me marque au plus profond de moi.D'une manière générale, je n'ai pas de soucis pour entendre afin de communiquer correctement avec les gens, cependant il y a des contextes dans lesquels je suis très embêté. Ainsi je n'entends pas mon interlocuteur me parlant à voix basse ou qui chuchote. J'ai porté des appareils auditifs jusqu'à l'age de 13/14 ans pour ensuite les abandonner car mes camarades du collèges me faisaient de réflexions à cet égard, qu'avec me lunettes j'avais l'impression d'être un robot, que je voulais avoir une certaine allure pour les filles qui m'attiraient et qui commençaient à me lancer des signaux. Avec le recul, j'aurai pu très bien conserver mes appareils auditifs. Je parviens a cette conclusion uniquement avec le recul donné par le temps. Je n'ai jamais eu pendant mon adolescence de relations avancées comme un flirt (et au-delà) avec des filles à cause, je pense, à cause de cet handicap. Pour charger la barque, je précise que je souffrais d'une surcharge pondérale à cet age qui me culpabilisait beaucoup vis-à-vis de l'apprentissage amoureux. (j'ai actuellement 30KG de trop et pour finir, quelques troubles ponctuels de tachycardie) A cette époque, mes parents me poussaient - et c'est normal - à avoir la meilleure scolarité possible en décrochant le BAC en fin de parcours. C'est ce que j'ai fait, je me suis focalisé sur mon parcours scolaire, délaissant "les autres aspects" en sachant que mon handicap ne me permettait pas de découvrir plein de choses. Habitant dans une zone rurale très reculée, mes parents on fait le choix de m'inscrire dans un collège/lycée en ville. Mes parents faisaient à eux 2 quelques 120km/jour pour m'amener en cours. (je peux les remercier et j'ai eu mon BAC ! ) Dans ce contexte j'étais en ville avec des amis que je voyais uniquement en cours et que je quittais le soir pour rentrer à la maison. Ces voyages incessants m'ont fait perdre mes amis d'enfance qui ont pris pendant ce temps-là des chemins différents. Je me souviens que depuis l'age de 12/13 ans je n'ai plus eu de contacts avec mes grand parents maternels et paternels. Pourtant je leur écrivais, appelais, mais je n'avais pas de retour régulier comme pourrait être le cas dans une famille normale. Par la suite je suis allé en Université toujours en me focalisant sur les études et ma projection dans mon avenir professionnel. J'ai décroché un DEUG, et je ne trouve pas de travail durable (comme beaucoup de monde hélas) , j'ai fait de l'interim, préparé des concours, fait des pauses car déprimé, etc… Le temps passe. A 30 ans, je me rends compte, lorsque je parcours par exemple les albums photos de gens sur Facebook, que j'ai n'ai pas eu de vécu pendant mon adolescence, ni pendant lors de ma période universitaire. Pas de souvenirs, de joie, de délire, si ce n'est le souvenir de suivre avec application mes études. Pas de fêtes, pas de flirts, pas de vacances, etc… ça me fait très mal. Tout à cause de mon handicap qui m'a conduit à me focaliser sur les études. Le temps passe et à 28 ans j'ai voulu me prendre en main, forcer le cours de la vie, après une très longue hésitation (ça se chiffre en année si vous avez bien suivi mon récit) , en allant voir une escort-girl pour la 1ere fois. Pour découvrir plein de choses. Ça s'est pas trop mal passé pour moi. J'ai découvert les bases. Le début et milieu de la chose. Malgré ce tableau noir, il m'arrive de penser, quand je vais bien, à l'avenir en rencontrant une jolie demoiselle. Mais je redoute ceci : Je suppose qu'elle va peut être aborder mon passé, mes anciennes copines (que je n'ai jamais eu) Ou bien alors, elle va se rendre compte qu'il y a un vide dans mon passé.Je ne sais pas comme annoncer également à une fille que je pourrai fréquenter que je n'entends pas bien. Ne dois-je rien dire et elle va finir par s'en compte (je n'aime pas trop cette approche) Comment gérer cela ? Que répondre ? Généralement j'arrive à oublier mon fardeau, de ne pas regarder le passé. Mais actuellement, j'ai beaucoup de mal.Je sens que je boue en mon fort intérieur, que j'ai la tête en pression, que j'aimerai pleureur mais ça ne vient pas, etc… Je rêve souvent, j'imagine des choses pour me sortir de ce monde.Je rêve de devenir une bête, ambitieux, prêt à percer un tunnel pour aller voir de l'autre de la montagne. Or je sais que je suis bridé. Que faire ? Je souhaiterai connaitre un avis extérieur ?
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


204139
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je me voile la face :( - celibat et vie en solo

image

1ere paire de lunettes à un peu plus d'un an. A l'époque on devait percer les branches et mettre un élastique pour que je les garde sur le nez. Je suis très très myope. -6 et -7. Donc clairement sans lunettes je ne vois rien. Mettre mes lunettes...Lire la suite

Opération laser des yeux

image

Bonjour Annick, J'ai eu la chirugie au laser pour les yeux depuis août 98. J'étais myope à -3 et autant astigmate ce qui doublait ma myopie. Je n'étais plus capable de porter mes lentilles cornéennes à cause de la sècheresse de mes yeux et je...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages