Histoire vécue Sexualité > Accessoires      (220 témoignages)

Préc.

Suiv.

Grosse envie de sexe - suite ... à quatre mains

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2440 lectures | ratingStar_4713_1ratingStar_4713_2ratingStar_4713_3ratingStar_4713_4

Pour toi Léa…

Marie réfléchit un quart de seconde et acquiesce toute excitée à l idée de faire l amour à trois. Rien qu à l idée que ce premier trio puisse s effectuer avec une femme l enchante.

La séance de cinéma dure bien 2h00. Elle a donc le temps de s adonner à d autres plaisirs.

Marie réajusta son string et sa robe.

Elle passa ses mains dans ses longs cheveux et glissa les mèches derrières ses oreilles.

- Allez viens, je vais te présenter ma femme. D ailleurs, nous pourrions faire les nôtres de présentation. Dit l homme d un ton joviale.

- Je m appelle Marie et vous euh toi ?

- Stéphane.

Le couple sortit de la lingerie et se dirigea vers l ascenseur où ils entrèrent seuls. Marie scruta Stéphane. Il était plutôt beau garçon. Les deux étages à parcourir semblaient interminables. La porte finit par s ouvrir.

- Nous sommes dans la chambre 245.

- Ah fit Marie.

Stéphane entra le premier dans la suite.

- C est moi ma chérie !

- Je me doute bien que c est toi mon amour. Je n ai pas commandé de groom service. J aurais peut être dû, le trouve plutôt mignon. La femme de Stéphane ne s était pas encore rendu compte qu il n était pas seul.

- Viens j'ai un petite surprise reprit la femme de sa chambre.

- Moi aussi j'ai une petite surprise reprit Stéphane en envoyant un clin d il à Marie…

Stéphane se dirigea vers la chambre et fit signe à Marie de le suivre.

Tous deux entrèrent dans la chambre.

- Voi… ci Stéphane et Marie stoppèrent et contemplèrent la situation.

La femme de Stéphane attendait sagement sur le lit, à quatre pattes, un gode planté dans chaque orifice. Celui dans sa chatte était un gode noire, assez large vraisemblablement vu la section que l on apercevait. Un fil y était connecté, sûrement pour activer les vibrations. Le second, planté dans son anus, semblait de couleur métallique.

Ne voyant pas que Stéphane était accompagné, la femme continua sa conversation.

- Alors tu préfères prendre la place de quel joujou mon chérie. Je me doutais qu elle ne viendrait pas jusqu ici donc j'ai pris les devants. La femme de Stéphane, toujours à quatre pattes se retourna.

Avant que son regard ne puisse se poser sur eux, Stéphane enchaîna.

- Marie, je te présente ma femme, Léa. (oups je n ai pas résisté à l envie de la nommer Léa. Tu m avais bien dit que tout était permis, rappelle toi ! ).

Léa fut scotché par la vision du couple qui contemplait le tableau empreint de lubricité.

- Tu es incorrigible ma chérie.

- Et toi, tu ne penses que tu es incorrigible en rentrant dans notre chambre accompagné. Léa se ravisa. Je dirais même en charmante compagnie. Tous les trois partirent dans un éclat de rire.

Le gode planté dans sa chatte glissa et tomba sous les rires de Léa. Les rires redoublèrent.

- Ma chérie, j'ai l impression que tu perds ton matériel !

Léa changea de position et s assit sur le lit.

- L autre ne bougera pas comme cela. D ailleurs, c est le plug en métal que tu m as offert. Je n ai pas pu résister à la tentation de l essayer. Il est un peu large mais une fois rentré, je peux t assurer qu il reste en place !

Léa se leva et s approcha de Marie.

- Vous êtes très jolie.

Ces simples mots eurent un effet particulier pour Marie.

- Merci répondit Marie doucement.

-C est la première fois que vous jouez à ce genre de jeu ? Demanda Léa.

- Oui.

- Vous verrez. On peut se tutoyer ? Sans attendre une réponse de la part de Marie, Léa poursuivit sa phrase.

- Tu verras, tu ne pourras plus t en passer hein chérie ?

Léa tourna lentement autour de Marie. Elle posa un doigt sur le corps de Marie et le laissa glisser en même temps qu elle tournait autour de son corps.

- Vraiment très jolie.

Léa se positionna face à Marie qui resta de marbre. Elle glissa son index sous la bretelle faite de strass et la laissa glisser le long de son épaule. Le décolleté profond de la robe dégagea son sein gauche. Léa laissa son doigt descendre sur son sein et dessina un cercle autour de son téton tendu.

La large auréole brune était devenue minuscule et rabougrie pour former un téton assez gros.

Marie planta un regard plein de désir dans les yeux de Léa. Les mots n étaient plus nécessaires. Les deux femmes étaient en osmose.

La respiration de Marie s amplifia. Elle était plus profonde, plus intense, pleine de désir.

Léa pinça doucement le téton découvert et déclencha un petit gémissement sur les lèvres de Marie.

Léa continua son chemin sur cet océan de peau et se dirigea à pas de doigts vers l autre sein toujours recouvert de tissus. Elle caressa le téton qui pointait fièrement sous le fin tissu.

Une profonde inspiration emplit les poumons de Marie.

Son index continua vers l épaule toujours coiffée par la bretelle de strass qui retenait, à elle toute seule, la robe de Marie.

Léa joua un instant avec les strass et glissa son index dessous.

Marie ferma les yeux.

Léa emmena lentement la bretelle sur le précipice de son épaule et la laissa glisser le long du bras de Marie.

La robe glissa lentement le long du corps de Marie et tomba à terre. Un gémissement se fit de nouveau entendre.

Marie, vêtue d un string, de bas et de chaussures, sentit la chaleur inonder son ventre.

Léa approcha ses lèvres de la bouche de Marie qui en fit de même. Les deux s embrassèrent voluptueusement. Leurs langues se mêlèrent tendrement. Les deux femmes découvrirent le goût de leurs bouches. Leurs langues s enroulèrent, tournoyèrent. Un cache-cache s engagea entre les langues. Elle s aspirèrent, se mordillèrent mutuellement quelques secondes. Leurs salives ne faisaient plus qu une.

Marie posa ses mains sur les fesses de Léa qu elle attrapa fermement. Puis se faisant plus douce, elle caressa la chute de reins.

Léa se cambra sous ce geste de tendresse.

Marie continua son chemin dans la vallée de cette croupe tendue.

Ses doigts arrivèrent sur le plug planté en Léa. Marie appuya dessus et remua l objet en le faisant tournoyer lentement dans le cul de Léa.

Léa sentait l objet remuer dans ses entrailles.

- J adore que l on s occupe de mon petit trou, glissa Léa au creux de l oreille de Marie.

Marie ne se fit pas prier et attrapa la base du plug qu elle essaya de sortir de l anus.

L objet évasé tenait bien en place. Marie tira doucement et sentit l objet de dégager de ce petit trou.

Léa sentit son anus s ouvrir largement pour laisser passer la partie la plus évasée du plug.

Lentement, Marie continua à tirer sur l objet et le sortit complètement de ce petit illet.

Elle observa l objet dans le dos de Léa et fut surpris de sa largeur Elle laissa l objet planté et le rentra à nouveau.

Léa sentit ses chaires s écarter. Marie poussa un peu plus fort et l objet fut comme aspiré par l anus qui se rétractait.

- Hum, continue, défonce moi mon petit trou, c est bonnn… gémissa Léa.

Marie fit ainsi quelques allers-retours pour exaucer les désirs de Léa.

Stéphane entra dans la chambre complètement nu, le sexe bandé comme un arc. Son gland rouge paraissait assez large et se dégageait distinctement de sa queue.

- Vas y Marie, défonce lui le cul, n hésite pas, Léa adore cela.

Léa gémit comme pour confirmer ce que son mari venait de dire à Marie.

- C est vrai qu elle aime cela ta femme ! Vu la taille de la bête, je me demande comment son cul peut tenir le coup. Marie lâchait ses premières paroles.

Marie imprima vigoureusement deux allers-retours dans le cul de Léa qui se dandinait comme forcer la cadence.

Léa descendit sa main le long du dos de Marie et attrapa ses fesses. Elle jeta quelques claques sur la croupe de Marie, tel un jockey qui demanderait à sa monture d accélérer. Pour combler le tout, Léa approcha sa bouche de l oreille de Marie et lui susurra tout un tas de cochonneries pour continuer à exciter Marie.

Léa laissa ses doigts errer dan le sillon de Marie. Elle écarta le string et posa son index sur la peau plissée. Elle sentit un liquide sous son doigt qu elle reconnut immédiatement.

Léa fixa Marie et en portant le doigt à sa bouche pour goûter au liquide.

- Hum, dis moi chéri, tu n aurais pas enculé notre invité ?

- Oui, elle est un peu serrée mais elle a bien apprécié.

Léa reposa deux doigts sur l anus de Marie et elle força doucement l entrée.

Le sperme encore présent dans le conduit étroit facilita l introduction des doigts de Léa.

En réponse, Marie activa son mouvement dans le cul de Léa. Elle sentit que le plug commençait à naviguer dans ce trou sans trop de difficultés. Bon dieu se dit elle, c est un vrai gouffre cette nana.

Léa commençait à sortir des insanités lorsque Stéphane s allongea sur le lit.

- Eh les filles, j aimerais bien que l on s occupe aussi de moi !

Marie stoppa net le mouvement. Léa se dandina pour supplier Marie de continuer à travailler son cul.

-Viens, allons nous occuper de ton mari. Marie se surprit à pouvoir imprimer le rythme de ce trio.

Les deux femmes s avancèrent vers la queue tendue de Stéphane. Elles se jetèrent un regard complice et commencèrent à lécher l engin gonflé par l excitation.

A tour de rôle, elles jouaient avec le gland, le léchouillant, le mordillant. Elles titillaient le méat pour faire monter la pression. Léa attrapa la queue qu elle branla énergiquement un instant. Puis la maintenant bien droite, elle dit à Marie.

- Allez suce ma chérie ! N hésite pas à le pomper !

Marie se pencha bouche grande ouverte et descendit sur le pieu offert jusqu à ce que le gland touche le fond de sa gorge. Elle resta un instant ainsi et effectua de longs et profonds mouvements en allant un peu plus loin à chaque fois.

Léa attrapa les cheveux de Marie et rythma le mouvement en appuyant plus fort chaque fois.

Un haut de coeur lui fit relever la tête. Bouche ouverte, dégoulinante de bave, Marie s'essuya d'un revers de main et replongea sur le sexe de Stéphane et le pompa de plus belle.

Je pense qu'il va falloir une suite…
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


4713
b
Moi aussi !
3 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

1er degré?

image

Apparemment, le 1er degré fonctionne à donf ici ! Dés que l'on fait de l'humour ou du 2ème degré (sans ou avec points d'exclamations derrière) y'en a qui peuvent pas s'empécher de faire de grandes leçons de moralité !!! C'est marrant…...Lire la suite

Debout les pilulopaniers !

image

C'est moi !!! Je suis particulièrement douée pour me prendre les pieds dans les bouches d'eau qui dépassent de 2 même du trottoir… Mais là où personne ne peut me battre, c'est quand je parle… je suis toujours là pour mettre les pieds dans...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages