Histoire vécue Sexualité > Autres      (1940 témoignages)

Préc.

Suiv.

Abus sexuel d'un pré-ado sur un enfant de 7 a

Témoignage d'internaute trouvé sur sante-medecine-ccm - 27/04/10 | Mis en ligne le 15/05/12
Mail  
| 255 lectures | ratingStar_255349_1ratingStar_255349_2ratingStar_255349_3ratingStar_255349_4
Il y a un peu plus d'un an, j'ai surpris mon second fils alors agé de 9 ans et demi, enfermé dans une chambre avec la très belle jeune femme de trente ans que mon frère, venu passer noel à la maison, nous avait présenter comme sa nouvelle petite amie. La porte maintenue fermée par le pied de mon fils égaré, le lit froissé, les chaussures enlevées, les airs affolés m'ont fait comprendre en quelques secondes que quelque chose qui n'aurait pas dû avoir lieu s'était produit. Elle a nié en bloc dans un premier temps, mon petit a dit qu'ils ne s'étaient "que" embrassé et, d'après mon frère, c'est mon fils qui aurait cherché la jeune femme…je vous laisse imaginer dans quel état cela m'a mis (on deviendrait facilement vilolent, même s'il faut se calmer pour apaiser les enfants) , les inquiétudes qui ont suivies… j'en ai parlé avec mon fils bien sûr, à son père ensuite (avec lequel je ne vis plus) pour qu'il prenne en compte ce qui s'était passé. Mon frère a couvert sa petite amie avec laquelle il est encore aujourd'hui. Mon fils, un an et demi plus tard, semble aller bien, j'espère juste qu'il ne sera pas, comme mon frère qui lui aussi (tout comme moi d'ailleurs) a subi ce genre d'abus vers le même age, attiré par des femmes "border line". Je sais mon histoire n'est pas vraiment comparable avec celle exposée ici, mais elle était une sorte de préhenbule à celle que je vais raconter maintenant. Aujourd'hui, je suis allée rendre visite à un ami qui passe en ce moment par une grosse crise "existentielle" vraissemblablement déclenchée par des mois de labeur auprès d'un employeur qui l'a harcellé au point de lui faire perdre une partie de son identitée. Du coup beaucoup de choses refont surface, parmis lesquelles une chose qu'il n'a jamais pu se pardonner et qu'il m'a raconté cet après midi : lorsqu'il avait onze ans, il a abuser d'une petite fille de six ans, sa voisine. Si j'ai bien compris il l'a touché en lui faisant le bain et il s'est arrêté quand elle n'a plus voulu. Cet homme qui a aujourd'hui quarante ans, est père d'un petit garçon de 7 ans adorable et époux d'une femme très chouette. Il est horrifié de ce qu'il a fait. Lorsqu'il raconte cet épisode, il oubli de dire l'âge qu'il avait à l'époque, mais il faut pourtant en tenir compte. C'est l'âge des premiers émois réellement sexués dont on ne sait pas toujours quoi faire surtout si on a été soi même abusé (ce qui semble avoir été ausi son cas) ce qui peut entrainer des désirs sexuels excessifs par rapport à une évolution sexuelle "normale". Cet homme n'a non seulement plus jamais été attiré par une enfant mais est extrèmement tourmenté par cet act passé. Il ne sait pas ce qu'est devenue cette petite fille. A l'époque, la mère de la fillete ayant été au courant de l'histoire avait réagit en se déshabillant en partie devant le garçon et disant "ha il veut du sexe…!". On peut se demander comment la fillette a été suivie ensuite, ce qui aurait été important. Important aussi pour le garçon, mais ça n'a pas été le cas. Je lui ai conseillé, à tort ou à raison, de peut être chercher à retrouver celle qui doit aujourd'hui être une femme. Peut être se souvient t'elle, peut être pas. Quoiqu'il en soit lorsqu'un évènement comme celui là intervient dans une si jeune vie, je pense qu'il laisse des traces (lesquelles on ne peux pas savoir à l'avance, la vie est parfois étrange et, d'un mal peut naitre un bien et inversement…) et pour ma part, je pense que le fait qu'ils se rencontrent tous les deux, permettrait à elle de mieux comprendre certaine choses qu'elle vie peut être aujourd'hui (si elle avait oublié) et d'entendre les sincères regrets de celui qui s'est fait du mal en lui en faisant. Certe des excuses ne suffiraient pas à effacer les dégats (si dégats il y eu) mais peut être permettrait elles d'entamer un processus permettant de cicatriser plus paisiblement des blessures. Sans haine les plaies de l'âme se guerrisent plus vite. Tout ça pour dire, que malgré l'effroie qui jailli dans le corps de ces enfants violés, dans le coeur de ces parents boulversés (et je le répète mon fils est passé par là) , il est possible d'enrayer le processus de haine qui ne soignera rien. Et tout ça pour dire enfin, qu'un enfant de douze ans qui abuse sexuellement d'un enfant plus jeune n'est pas forcément voué à devenir pédofile, j'espère que ça peut faire du bien de le savoir. Par ailleurs je comprend très bien la réaction des ces parents car sur le moment on ne pense qu'à une chose : protéger nos petits et, si possible, faire en sorte que la personne qui leur a fait du mal n'en fasse pas à d'autre.
  Lire la suite de la discussion sur sante-medecine.commentcamarche.net


255349
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Où et quand sera jugé l'ancien dictateur ?

image

Les conditions et le lieu d'un futur procès de l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein restent à trancher, certains appelant à le juger en Irak, d'autres devant un tribunal international comme l'ancien dirigeant yougoslave Slobodan Milosevic....Lire la suite

Peut-on être attirée sexuellement par un homme qui nous plait pas physiquement ?

image

L'attirance sexuelle c'est hormonal, instinctif, corporel et le physique n'a pas grand chose à y voir. Le côté esthétique c'est plutôt mental et intellectuel justement. (cf Gainsbourg dont quelqu'un parlait sur ce forum il y a quelques jours). ...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages