Histoire vécue Sexualité > Autres      (1940 témoignages)

Préc.

Suiv.

Libido masculin et libido féminine

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 266 lectures | ratingStar_264341_1ratingStar_264341_2ratingStar_264341_3ratingStar_264341_4
Citation : A ce compte-là ; match nul !!! Match nul, en effet puisque mon expérience vaut bien la votre. Citation : (…) la femme n'a pas encore pris conscience de son "conditionnement" à l'influence d'origine judéo-chrétienne… Et vous en concluez quoi, au juste, parce que c'est ça que je ne comprends pas très bien ? Et là, en l'occurrence, je ne vois toujours pas ce que vous voulez dire… Citation : Il y a deux principes symboliques dans le fonctionnement psychique humain… Le principe masculin (le Yang ou le monde extérieur, ce qui se voit) et il y a le principe féminin (le Yin, ou le monde intérieur, ce qui ne se voit pas ! ) Et la libido masculine, c'est quoi ? C'est satisfaire ses manques affectifs et son besoin de reconnaissance en passant par la sexualité et en accumulant une quantité considérable de partenaires et de pratiques sexuelles dans le seul but d'être reconnu aux yeux des autres comme quelqu'un de "libéré" et "d'épanoui" !!! Et ce comportement est malheureusement du à des milliers d'années de soumission judéo-chrétienne… Le but est simplement de prendre conscience que c'est un passage obligé dans l'évolution, mais que c'est tout, sauf une "libération" à l'influence judéo-chrétienne !!! Bien au contraire… C'est sans doute très clair pour vous, mais je persiste à penser que vous mélangez un peu tout et n'importe quoi et que ça ne fait pas grand sens. Il me semble savoir que la morale judéo-chrétienne n'encourage pas l'homme à multiplier les conquêtes ou les expériences sexuelles originales - et bien au contraire comme vous dites ! Et je crois aussi que ce n'est pas en réaction à des millénaires de soumission à cette morale, que certains hommes et certaines femmes (parce que vous avez tendance à généraliser quand même pas mal) se laissent aller aujourd'hui à papillonner. C'est peut-être tout simplement en premier lieu parce qu'ils y trouvent du plaisir et que le plaisir est un moteur de vie - pour les hommes comme pour les femmes. Citation : En vivant une sexualité où elle accumule plusieurs partenaires sexuels, développent ses pratiques physique sexuelles et où elle ne s'attache pas avec les choses de l'amour, je ne voies pas en quoi cela va à l'encontre des soumissions de l'homme !! Bien au contraire… ça l'arrange lui… puisque l'homme n'a plus à prendre du temps à respecter la femme (et ses mièvreries amoureuses) pour la mettre au lit !! Elle est où l'insoumission féminine là dedans ? Ok, la femme se développe d'une certaine manière, mais faut qu'elle prendre conscience que ce n'est qu'un passage et qu'elle doit retrouver son état féminin… Et c'est pas l'homme qui va l'aider à ça !!! Bon, dites, sans rire, là on serait pas en plein retour de manivelle, morale judéo-chrétienne à fond : trouver l'amour, fonder un foyer, rester fidèle, exclusif, ça vous rappelle pas quelque chose, par hasard ? Et puis, quand même, il ne faut pas opposer les femmes aux hommes, comme ça, ça ne rime à rien… Surtout lorsqu'ils s'aiment à en baiser. Non, mais sérieusement : on dirait que vous voyez l'homme comme un prédateur et la femme comme une victime… Et non seulement cela, mais vous semblez affirmer que de toutes façons, la femme, qui se croit libérée, peut bien jouer les prédateurs aussi, elle reste victime parce qu'elle est victime par nature… C'est très confus, votre truc, là. Alors, bon, voilà, moi, je vous le demande à nouveau : que voulez-vous dire au juste ? Essayez de le formuler très simplement, en quelques mots et sans faire de phrases compliquées. Voulez-vous dire que la "libération sexuelle" est loin d'être une libération et que le sexe n'est pas un facteur d'épanouissement en dehors d'une relation stable, exclusive et durable, tout en condamnant dans le même mouvement les principes judéo-chrétiens ? Parce que si c'est ça, c'est dire tout et son contraire dans la même phrase et ça ne tient pas debout. Citation : L'inconscient collectif n'est pas une histoire personnelle… Certes, mais l'inconscient collectif n'est qu'une influence parmi d'autre et ne saurait être érigé en principe d'explication absolu de l'ensemble des comportements amoureux d'une époque et d'un lieu. Faut pas exagérer, non plus… D'autre part, et pour en finir, votre représentation de ce que vous appelez notre inconscient collectif me semble loin d'être claire, précise et complète… Alors en tirer des conclusions… C'est peut-être mettre un peu la charrue avant les boeufs !
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


264341
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Où et quand sera jugé l'ancien dictateur ?

image

Les conditions et le lieu d'un futur procès de l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein restent à trancher, certains appelant à le juger en Irak, d'autres devant un tribunal international comme l'ancien dirigeant yougoslave Slobodan Milosevic....Lire la suite

Peut-on être attirée sexuellement par un homme qui nous plait pas physiquement ?

image

L'attirance sexuelle c'est hormonal, instinctif, corporel et le physique n'a pas grand chose à y voir. Le côté esthétique c'est plutôt mental et intellectuel justement. (cf Gainsbourg dont quelqu'un parlait sur ce forum il y a quelques jours). ...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages