Histoire vécue Sexualité > Autres      (1940 témoignages)

Préc.

Suiv.

Payée pour, je me suis sentie dévalorisée

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1255 lectures | ratingStar_125670_1ratingStar_125670_2ratingStar_125670_3ratingStar_125670_4

A cette époque j'avais 25 ans, je lisais les journaux d'annonces pour trouver quelqu'un qui m'aimerai, que j'aimerai, mais j'étais assez dégoûtée à force d'attendre, de faire des rencontres sans suite, sans amour partagé, j'étais blasée de moi-même sans plus d'espoirs. J'ai remarqué une annonce spéciale, "renc jf sympa, pour moment agréable, recomp. Télephone." après avoir réfléchis pour tenter bien comprendre je fis l'appel. J'entendis une voix agréable qui badina sans préciser son but mais qui me laissa comprendre qu'il était prêt à faire un cadeau en espèces. J'acceptai une rencontre préalable dans un bistrot pour 18h ce soir là. Je m'y rendis avec un peu de crainte et de palpitations.

Il était bien là, Il avait l'air d'un levantin, libanais, il m'offrit un verre, et nous discutâmes, du pourquoi, comment ect pour définir que j'irai chez lui le lendemain à 17h. Je rentrai chez moi, en pensant à ce que j'allais faire. Me faire payer pour baiser. Il semblait pourtant assez sympa pour avoir des filles sans difficultés.

La nuit ne fut pas très calme, je pensais encore à ce rendez vous. C'est frémissant, un vrai fantasme, jouer la pro !

Le lendemain, plus d'hésitation, je m'étais engagée, je voulais pas passer pour une dégonflée, une provinciale, j'avais même envie de connaître cette sensation, enfin je passais par un balancement de sentiments.

Alors j'allais à l'adresse, un immeuble avec un hall assez smart, bon standing, enfin mieux que le mien. 2ème étage, la porte, sonner ou pas. Dring, c'est parti… Il ouvre, frais, souriant. Nous échangeons quelques mots. Il m'offre un porto et m'explique de nouveau qu'il préfère choisir des filles comme moi, pas des pros, qu'il a pas le temps d'entretenir des relations affectives parce qu'il voyage beaucoup. L'aménagement du studio montre qu'il doit être assez à l'aise financièrement.

Il me demande si je suis prête, je réponds que oui, mais que je veux le gros billet d'abord.

Ce qu'il fait. Puis il avance les mains vers les boutons de mon chemisier. J'enlève ma veste et le laisse faire. Mais quand il pose la main sur mon soutien-gorge pour le dégrafer je tressaille et sens comme un recul de ma part en même temps qu'une excitation. J'enlève le chemisier et mon soutien-gorge, je me redresse pour faire gonfler ma petite poitrine et je commence à ouvrir ma jupe, la laisser glisser, en le regardant par en dessous, pour voir sa réaction, je suis en dim-up et culotte que je fais glisser sans plus d'attente. Il s'est lui aussi déshabillé. Je vois qu'il est assez mat de peau, assez poilu, le sexe foncé, que son désir monte ! A cette époque il n'était pas encore question de Sida hétérosexuel. Je lui demande que l'on aille se laver, ce qu'il accepte, il me montre sa salle de bain, je m'isole, puis sort, et me dirige vers son lit dans le studio pendant qu'il est dans sa salle de bain. Je m'assois en l'attendant. Il vient vite me rejoindre,. Il s'assoit et commence à me caresser les seins, les cuisses ? Je laisse faire, puis m'allonge. Il continue à prendre du plaisir en me caressant encore et en insistant vers ma chatte. Je sens que j'y prends un peu de plaisir.

J'ouvre les cuisses plus largement, il parcourt des doigts mon sexe, et il bascule sur moi.

Il m'embrasse les seins et le ventre. Il m'écarte les cuisses puis de la main il ouvre mes grandes lèvres. Je l'ai complètement sur le ventre, je plie les genoux et les relève et il remue pour écarter ma fente et trouver l'accès. Je le caresse sur les hanches, je sens son sexe qui glisse sur mon sexe ouvert, sur mes nymphes, je deviens vite assez humide pour donner un petit coup de rein d'encouragement, J'ai tourné la tête sur le coté, remonté un bras vers ma bouche car je sens la pénétration qui avance, il a pas fait dans la tendresse. Je sens qu'il s'excite encore, il a commencé le va et vient, tout en se redressant pour saisir mes seins et les peloter fort. Ça dure quelques minutes pendant lesquelles je ressens quelques plaisirs qui l'excitent, il jouit, je sens ses jets puissants, abondants. Je le laisse s'apaiser sur moi et moi aussi Je trouve agréable de sentir le sexe qui se détend. Il me dit merci, puis bascule sur le coté. Nous restons étendus de longues minutes, pendant lesquelles il me re-caresse, les seins et le ventre. Il me prend la main pour la diriger sur son sexe, mais il est tout poisseux et je retire ma main. Il rebascule alors sur moi et me pénètre de nouveau, je me sens obligée de le laisser faire, d'ailleurs la position est sans défense. Il se retire et me retourne sur le ventre, je sens son sexe sur mon anus, mais je me secoue et dis non, ce n'était pas prévu, je n'aurais pas accepté, alors il n'insiste pas et glisse pour me pénétrer normalement pas derrière en ne tenant par les hanches il m'attire en arrière en me faisant mettre à genoux, une levrette, bon, ok, voyons, j'aime pas beaucoup cette position, il me tient aux hanches, me donne des coups de ventre, m'attrape les seins. Il prend beaucoup de temps dans cette position qui me pénètre très fort, il me caresse fermement les fesses et les hanches, je respire fort, j'ai la tête en bas sur l'oreiller et il jouit de nouveau, et je gémis car je jouis, je sens mes contractions. Humm pas si mal. Et là il se laisse tomber sur le coté, assouvit. Il me dit être content de lui, sans doute de sa performance, d'avoir dominé, donné du plaisir peut être.

Je me laisse aller, j'essaye de sentir, de juger ce qui vient de se passer, ce que je j'éprouve, un peu de plaisir trouble, je me sens frustrée aussi du peu de paroles. Puis je me lève, je vais vers la salle de bain, me douche le ventre, je reviens dans le studio, me rhabille vite sans fioritures, pressée de partir, je dis au revoir, pas de réponse, pas de merci, pas la peine, il ne bouge même plus, et je sors. Je retrouve ma voiture, je conduis au radar, dans un état second.

Arrivée chez moi, je me déshabille, mets mes sous vêtements au sale, me redouche complètement, je me savonne du haut en bas au moins un quart d'heure, et je me décape le sexe. Ca tourne dans ma tête. Je me demande pourquoi j'ai fait ça comme ça. Et là au calme, je me redemande encore pourquoi il préfère payer ce qu'il aurait pu avoir pour rien. Encore un con à moins qu'il méprise les filles, puisqu&lsquo ; il les a en les payant. Et moi ? Je suis frustrée de cette expérience, qui me gène maintenant ! J'ai encore réussie à me dévaloriser en dévalorisant l'autre. J'ai plus qu'à oublier en regardant ma télé.

Si vous avez fait ce genre d'expérience, dans un sens ou dans l'autre, ou similaire, donnez vos souvenirs et sensations.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


125670
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Où et quand sera jugé l'ancien dictateur ?

image

Les conditions et le lieu d'un futur procès de l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein restent à trancher, certains appelant à le juger en Irak, d'autres devant un tribunal international comme l'ancien dirigeant yougoslave Slobodan Milosevic....Lire la suite

Peut-on être attirée sexuellement par un homme qui nous plait pas physiquement ?

image

L'attirance sexuelle c'est hormonal, instinctif, corporel et le physique n'a pas grand chose à y voir. Le côté esthétique c'est plutôt mental et intellectuel justement. (cf Gainsbourg dont quelqu'un parlait sur ce forum il y a quelques jours). ...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages