Histoire vécue Sexualité > Désir - Plaisir      (1442 témoignages)

Préc.

Suiv.

Chaque fois qu'il neige....

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 534 lectures | ratingStar_41025_1ratingStar_41025_2ratingStar_41025_3ratingStar_41025_4

Chaque fois q 'il neige, ma gorge se serre un peu et je me remémore cet hiver d'il y a déjà… Deux ans.

Je ne sais pas si vous vous rappeler, mais nous avions eu une belle tempête de neige et dans notre région, tout s'était bloqué en un après midi.

Au fur et à mesure que la neige tombait, je me demandais comment j'allais rentrer du boulot… Les petits soucis de " j'espère que les enfants ne vont pas attraper froid en rentrant du collège"… se sont vite transformer en question plus fondamentale… "et si je peux pas rentrer."

J'appelle leur père vers 15h… ça va, il est rentré du boulot. C'est vrai que travailler à plus de 60 km du domicile c'est pas génial, mais je souhaite faire autre chose que garde d'enfant (même si parfois je le regrette aussi).

Bref à 15h un nuage quitte ma tête. Je consulte la carte bison futé (merci… bison-futé.gouv.fr) et m'aperçois que la situation va empirer.

J'ai le choix d'aller voir ma chef de suite et lui dire je rentre… et que je ne serai pas là demain car la neige va me bloquer, ou de rester dormir à l'usine.

Je mets beaucoup trop de temps à me décider. Lorsque je vais la voir pour la prévenir, elle consulte avec moi… et la terreur, c'est déjà quasi bloqué !

Elle appelle (sympa non ? ) La gendarmerie de V. Et a l'info que l'axe principal est impraticable, en cours de déneigement, mais qu'il vaut mieux… éviter de rouler.

Sylvie me regarde…

- C'est pas prudent de rentrer. Ton mari est avec les enfants ?

- Oui, je l'ai eu il y a peu de temps.

- Ce serai plus sage de rester sur le secteur non ?

- Je vais pas dormir à l'usine non ?

- L'hôtel ?

Me voilà repartie le moral dans mes baskets… dans le coin il y 3 hôtels… ça va aller vite.

Le premier complet…

Je discute avec les filles du bureau, toutes sont là à me convaincre que je dois rentrer coûte que coûte… même à pied s'il le faut.

Parler de conseils celles la !

Le deuxième hôtel à une chambre de libre… mais j'ai pas gagné au loto ! Une suite ! Il se f (bip) de ma G (re bip) …

Je raccroche avec la douceur caractéristique de ma patience… Ca re-sonne.

Faut quand même que je bosse alors je décroche… c'est Robert… mon mari.

Il n'y va pas par quatre chemins… vu la situation, tu RESTE la bas !

Je t'interdis de chercher à rentrer.

Il faut dire que la route est sinueuse à un endroit, un petit col… Et que c'est certain, c'est impraticable pour… plusieurs jour car ce n'est pas bien sur un axe prioritaire.

Le temps de traiter deux clients… et j'appelle mon dernier hôtel… il vient de louer la dernière chambre dispo… à des gens qui sont dans le même cas que mois… des commerciaux bloques par la neige.

La je ne rigole plus du tout, je m'imagine déjà à l'infirmerie sur le lit de campagne !

En plus il va être l'heure de partir… les filles s'en vont les une après les autres…

Je suis dans mes pensées bien sombres quand elle me parle…

- ça va ? Tu as trouvé dormir pour ce soir ?

Elle a son anorak, se bottes et va aussi rentrer et comme d'habitude, je fermerai le bureau.

- Non, je suis dans le pétrin. Tout est complet.

- C'est pas trop étonnant tu dois pas être seule dans ton cas.

- (long silence).

- Ca te gène si je t'offre le gîte… ? On fera simple… je n'ai qu'un studio. !

- Tu ferais cela pour moi ?

- Donc c'est ok ? Je t'attends…

Et me voilà dans sa voiture direction un immeuble de la petite ville de P.

On avance difficilement car il y a 20 à 30 centimètres de neige.

3eme étage, le petit studio de Sylvie… un endroit de calme.

- Fait comme chez toi, installe-toi, je vais me changer. Je n'aime pas rester dans mon " uniforme ".

Je suis assez intimidée car je connais Sylvie depuis deux ans, c'est une chef juste… un brin autoritaire par moment, mais correcte. Q'elle m'accueille est sympa… et son chez soi est simple, beaucoup plus simple que notre pavillon en pleine campagne.

Je m'assois sur le canapé, et parcours les lieux des yeux.

C'est petit, mais il y a une vie dans cet appart… un livre traine au sol. Heu… je crois que je ne l'ai pas vu… Sylvie a donc de la lecture coquine.

- tu veux boire quelque chose ? Je dois avoir ce qu'il faut dans le tiroir à droite.

-

Effectivement elle s'est changée… et j'ai devant moi une superbe jeune femme brune… elle à troquée le tailleur strict du boulot par un ensemble confortable… mais qui laisse deviner une poitrine ferme en liberté…

Je me retrouve avec un verre de porto bien tassé dans les mains… et une envie de discuter…

J'avais un peu peur qu'on ne parle que boulot mais en fait elle est cultivée, pleine de vie.

Apres lui avoir montrer les photos de ma petite famille, nous en sommes arrivés à d'autres sujets plus intimes.

Elle est seule dans sa vie… et en souffre. Il y a une photo d'un bel homme sur un meuble. Souvenir ?

Je m'approche de la fenêtre et contemple la neige qui tombe… qui tombe. Le paysage est grandiose. Il fait nuit, mais la luminosité est grande… Sylvie est venue regarder, je sens sa présence contre moi, sa chaleur, et je suis troublée.

Nous restons de longues minutes à regarder les flocons descendre et rejoindre un tapis déjà bien épais.

- Tu as bien fait de rester.

Et sa main se pose sur mon épaule, son bras enveloppe mon corps. Un geste naturel, un geste qui me trouble…

Je finis mon verre.

Sylvie me propose de prendre une douche pendant qu'elle prépare un repas.

La salle de bain est minuscule. Je pense en rigolant qu'il est impossible de réaliser les acrobaties que robert et moi faisons régulièrement dans la notre.

Je profite le l'eau bien chaude pour laisser les tensions de la journée me quitter.

J'adore l'eau sur ma peau.

Je sais pas vous, mais chaque douche est un jeu, un plaisir. Au bout d'une éternité, je décide de m'extraire, et de me changer.

C'est simple, tu prends ce que tu veux dans le meuble de la salle de bain. M'a-t-elle dit !

Alors je fouille…

Je prends un grand tee-shirt… je j'enfile sur ma peau chaude. J'ai la pointe de mes seins qui montre mon état…

J'en profite pour voir dans le meuble que la lingerie de Sylvie est un mélange de sage… et très coquine. Je reconnais un petit truc bien transparent que robert m'a offert il y a pas si longtemps un N… qui est une invitation a la débauche.

Donc Sylvie est équipée.

Je souris… et me vois bien enfiler son… Non quand même !

Je sors et Sylvie a profiter de tout ce temps pour dresser une petite table sympa, proche de la fenêtre. Elle a mis la lumière en veilleuse et ouvert les rideaux en grand pour profiter du spectacle de la neige .

Elle est debout, et a mis une nuisette en satin. Sa silhouette se découpe dans la fenêtre… et j'ai envie de déposer mon bras comme elle tout à l'heure.

- merci cela fait du bien…

- Tu as été longue… tu t'ais chatouillée ou quoi ?

Elle me souffle… directe !

- non, mais j'aime le jet de l'eau sur mon corps…

Et me voilà parti dans une discussion qui glisse doucement vers un partage d'idée sur l'onanisme.

J'apprends que la coquine ne peut s'empêcher de se chatouiller des qu'elle est seule, qu'elle lit des histoires un peu chaudes pour entretenir sa libido…

- Tu comprends, je n'ai pas de compagnon pour me chauffer mon corps… alors je le remplace.

Elle me montre un de ses sites préférés sur le net pour ses lectures,… aufeminin.com /Textes-erotiques et nous voilà toutes les deux devant un écran à lire.

- Tiens lis celle la !

Je m'assois à sa place et lis lentement. Je sens une douce chaleur m'envahir… cette histoire est délicieuse. J'ai envie de me toucher… mes yeux rencontre ceux de Sylvie. Elle en meurt d'envie aussi.

Je sers mes jambes et essaie de faire passer l'envie.

Sylvie se penche. Regarde aussi celle-ci.

C'est l'histoire de :

"Envie d'elle"

Envoyé par cherrybetty le 21 mars à 08:21.

Elle, c'est Julie. Elle a 22 ans, gaie comme un pinson et jolie comme un coeur. Chatain, les cheveux tres longs, elle a de beaux yeux clairs, un regard coquin ou brille une etincelle et un sourire mutin qui en dit long.

C'est ma meilleure amie. On est complice comme peu de filles le sont. Mais sages, trop sages. Nos seules folies consistaient jusqu'alors a taquiner Julien et Nicolas, nos "hommes" respectifs en leur disant qu'en leur absence on faisait un tas de choses coquines…

Tous a commence ce samedi après midi. Comme souvent, on regardait la tele. Comme toujours, au bout d'une heure, elle posait sa tête sur mes genoux en quête de caresses. Et chaque fois, avec le plus grand plaisir, je jouais avec ses longs cheveux. Comme ils sentaient bon, comme ils étaient doux… Je faisais de mon mieux pour la faire frémir, lui procurer le plus de plaisir possible et immanquablement elle me demandait pourquoi les garçons ne savaient pas la caresser de la sorte…

Sylvie durant ma lecture est restée penchée contre moi. Je sens ses seins me toucher, sa respiration tendue…

Je prends cela comme une véritable invitation. Sylvie est ?

Mais je suis sérieuse. Je me lève…

Il se fait tard, on ferait mieux de dormir !

Nous voilà toutes les deux à ranger le salon pour étirer le canapé en lit.

Je réalise seulement que nous allons devoir partager ensemble aussi ces quelques heures de repos.

Sylvie laisse les rideaux ouverts, éteint la lumière et se glisse alors dans ses draps.

Je n'ai d'autre choix que de la rejoindre.

Nous restons allongées à contempler ces flocons tomber. C'est reposant.

Je sens sa chaleur diffuser dans le lit, et je me trouble.

Vite, il faut que je trouve un sujet, un vrai qui détourne bien vite la conversation.

- C'est qui le jeune homme brun en photo avec toi ?

- Olivier.

Au son de sa réponse, j'ai l'impression que j'ai encore loupé une occasion de me taire.

- Nous devions nous marier il y a de cela maintenant presque 10 ans. La vie en a décider autrement.

Un soir ou nous rentrions du ski tous les deux, un chauffeur ivre nous a percutés… Olivier est mort sur le coup… Et me voilà seule.

Une vie gâchée… des enfants que je n'aurais pas…

Ce n'est pas juste…

Et sa voix s'écrasé dans l'oreiller.

Mais qu'elle… je fais moi !

Je lui dis… Je ne pouvais pas savoir.

- A chaque fois que je vois la neige tomber comme cela, je revois notre dernier week-end ensemble… Deux jeunes fous amoureux.

Je le revois plein de vie dévaler les pistes. Je le revois jouer avec mon corps. Je le sens sculpter mon plaisir.

J'ai envie de le rejoindre parfois tu sais… et d'en finir avec tout ça.

Oh que je te comprends Sylvie ! Que ferais-je si Robert disparaissait ?

Sylvie se tourne vers moi, le visage emplie de larmes.

Peux-tu imaginer, nous venions de faire plein de projets, nous venions quelques semaines plutôt d'emménager dans un appart ensemble…

Nous avions rencontré le prêtre pour l'union tant désirée…

Je faisais super gaffe pour pas avoir d'enfant… Enfin pas de suite… et je le regrette aujourd'hui, j'aurai au moins cela de lui !

Naturellement, nous nous sommes rapprochées toutes les deux, et Sylvie s'est endormie dans mes bras.

C'est en la regardant, apaisée dormir que je sombrais dans un sommeil de rêves.

Mes yeux s'ouvrent doucement, je suis bien. Je nage dans un rêve sensuel ou tes lèvres sont si douces. Je sens ton souffle sur mon visage, mon cou réclame encore les baisers délicats que tu viens de donner… mon corps se réveille doucement.

Tes lèvres rencontrent les miennes dans un baiser doux et savoureux… je m'éveille vraiment. Tu m'attires contre toi., sur toi… Tus aspires aussi à un jeux sensuel, tu souhaites que je deviennes active… tes mains découvrent mon corps… me voilà nue contre toi.

Je cherche ta peau, nous nous rencontrons, nous nous noyons l'une dans l'autre…

Je t'attire contre moi, enlève ton pyjama.

Tu es belle Sylvie…

Nous voilà l'une contre l'autre. Tu me guides dans mes caresses, je suis trempée et tu sens sur ta jambe mon plaisir. Tu as envie d'y goûter. Je le sais, je le vois dans tes yeux. Tu hésite car tu ne veux pas me brusquer. J'en ai envie. Oui fait le… Q'attends tu ? Je me glisse pour te donner ce plaisir que je voudrai… je rencontre ton sexe, Je l'embrasse, le cajole… ma langue explore cette nouveauté. J'ai l'impression que j'attendais ce moment depuis longtemps. J'aime ton odeur. J'aime te sentir à la merci de ma langue. Je te sens frémir.

Tu pivote vers moi. Tes mains se font pressantes.

Elle m'attire sur elle… et dépose enfin ses lèvres.

J'ai chaud… nous voilà enlacées dans une étreinte endiablée. Ses doigts jouent avec mon corps, ses lèvres aspirent ma vie, sa langue affole mon cur… je n'en peux plus.

Je cherche désespérément à lui rendre le plaisir qu'elle me donne.

Je ,… Je… vais… partir… Sylvie !!!!

WHOUAAAAAAA… NON… pas ça…

Je m'écroule sur son corps, vaincue.

Elle me caresse doucement…

Remonte vers mes lèvres.

Notre baiser scelle un pacte… je le sais.

Le réveille sonne, il est temps de penser au boulot.

Elle me lève sans un mot. Elle me conduit vers la douche.

Une occasion de jeux de tendresse. L'occasion de re-commencer ces jeux infinis ou deux corps se cherchent, ou deux corps vibrent à l'unisson.

Son cri de plaisir est un cri si doux à entendre…

Nous nous habillons sérieux.

Plus le temps de manger.

Juste le temps pour elle de re-devenir madame " ma chef "… et moi…

Je ferme la porte de son appart, une larme viens se loger dans un coin de son il…

Je la serre contre moi.

" j'attendrai pas la prochaine neige pour recommencer Sylvie ! "

The End.

J'ai prefere le remettre plutot que le up coupé en 3…
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


41025
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Histoire coquine : la première

image

Un voyage à Paris. Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insisté auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite

Histoire coquine, la toute première

image

Un voyage à Paris, Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale Française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insister auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages