Histoire vécue Sexualité > Désir - Plaisir      (1442 témoignages)

Préc.

Suiv.

Coup double au bureau...

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1267 lectures | ratingStar_14945_1ratingStar_14945_2ratingStar_14945_3ratingStar_14945_4

Marylou est assistante de direction dans une boite d'informatique, divorcée depuis un peu plus d'un an, elle savoure sa quarantaine toute neuve.

Elle profite de ses moments de liberté pour sortir au ciné ou découvrir les expos. Pas de sortie en boite encore, ni d'aventures dans sa vie, elle a voulu souffler un peu…

Avec son ex, plutôt branché tv, elle ne sortait pratiquement jamais et les câlins, c'était plutôt banal !

Elle a découvert depuis peu les forums de séduction et s'est piquée au jeu d'écrire des histoires coquines, ils sont un petit groupe plutôt sympa.

Quelques fois quand l'excitation se fait sentir, elle se caresse et l'orgasme qu'elle ressent lui suffit amplement, du moins elle s'en persuade !

Certains trouvent ça bizarre comme son amie Mylène qui la pousse à sortir pour faire des rencontres.

Elle est assez jolie et très féminine, maquillée, toujours habillée avec classe et ses décolletés… hhhhhuummmm… le s yeux des hommes s'y perdent souvent !

Elle aime en jouer d'ailleurs, aurait-elle un petit côté exhib. ?

Elle porte un tailleur prune aujourd'hui avec un chemisier rose pâle largement ouvert bien sûr.

Sa mère lui a offert une chaîne qui descend entre ses deux seins avec un petit coeur au bout, il y est au chaud !

Pas de porte-jarretelles lorsqu'elle travaille mais des bas auto-fixant à petite résille et des escarpins aux talons fins.

A peine arrivée au bureau elle convoque les 3 nouveaux stagiaires pour les dispatcher dans les différents services, elle va en garder un avec elle, ça lui laissera un peu de temps libre pour surfer !

Ils sont là devant elle, tous sont très jeunes.

Il y a Viviane 20 ans, jolie brune aux cheveux courts, Marine, petite rondelette à l'air très sympa et Gavin, 18 ans, sportif certainement, très beau brun aux yeux noisette.

Ils ont l'air très intimidé, mais elle les met vite à l'aise.

Elle à envie de garder le garçon avec elle, Gérard et Michel préfèreront avoir les filles de toute façon !

OK, c'est décidé, tout le monde se disperse, elle met Gavin au classement de factures, juste derrière elle et elle, elle va voir les critiques de son histoire, plutôt bonnes, toujours à peu près les mêmes, de bons conteurs eux aussi, de belles histoires parmi les inepties qui circulent !

Elle retourne sur "Word" pour continuer son histoire, une kiné bien coquine, elle en est au passage où elle décrit avec force de détails la fellation, sa caresse préférée… hhhhhhuuuuuuummmm… elle y passerait des heures…

Son corps réagit à la description, son sexe commence à battre sourdement, ses mains sont moites, hou la la, c'est peu être le fait d'être seule dans le bureau avec Gavin !

Tout à coup elle prend conscience du silence qui règne dans le bureau, elle se retourne et en un éclair, Gavin se remet en mouvement, regardait-il par dessus son épaule ? .

Cet idée lui provoque une montée d'adrénaline !

Mais qu'est ce qu'il lui prend ?

18 ans, il pourrait être son fils !

Il est si beau et son corps ferme l'attire irrésistiblement…

Elle sort de la pièce pour aller boire un café, troublée, elle laisse son texte sur l'écran.

De retour dans son bureau, elle le regarde, il finit son travail. Il lève les yeux, rougissant, il a l'air gêné.

Elle l'amène dans le local de la photocopieuse pour lui en apprendre le maniement, c'est un modèle assez compliqué, elle est si près de lui, elle sent son eau de toilette mélangée à un soupçon de transpiration, ce mélange augmente le trouble qu'elle ressent !

Elle lui bégaie de faire un essai tout en s'éloignant, elle le corrige, nouvel essai, c'est bon, elle peut retourner à son bureau.

Pff, mais que lui arrive t-il ?

Que ressent-il lui ? Elle aimerait bien le savoir !

Elle a souvent vu son regard s'attarder sur ses seins, sur ses jambes…

Midi, elle l'invite à manger avec elle, il s'assied en face, il discutent de tout et de rien, de ses études, de ses passions, il fait de la natation depuis petit, il a un bon niveau, ce qui explique ses belles épaules.

Elle lui demande s'il a une petite amie, pas en ce moment, avec les entraînements le semaine et les compétitions le week-end, les copines ils ne les garde pas longtemps !

Elle se lance, lui pose la question qui lui brûle les lèvres : " et sexuellement, tout va bien ? "

Il rougit, mais la regarde en face et lui répond qu'il n'a jamais couché avec une fille !

Là c'est à elle de rougir !

Il se lève et va reprendre son travail.

Passant devant la machine à café, elle le voit avec les autres stagiaires, il a l'air bien plus à l'aise, plaisantant avec tout le monde.

"Tu viens" lui lance t-elle, "j'ai besoin de toi", il la regarde surpris et lui emboîte le pas un sourire aux lèvres.

Elle lui donne encore des photocopies à faire et avec à-plomb il lui répond qu'il faut qu'elle lui montre !

"Tu as déjà oublié ? "

Une lueur d'amusement passe dans les yeux du jeune homme, et il fait oui de la tête un petit sourire aux lèvres !

Décontenancée, elle passe devant lui et se dirige vers le petit local.

Elle sent tout le long du couloir son regard sur ses fesses, elle en accentue automatiquement le balancement, elle devient folle !

Elle reprend ses explications, le frôlant de ses hanches, le désir la reprend, le sent-il, il la regarde et elle est incapable de continuer…

Ils sont là face à face, elle prend sa main, la pose sur son sein et lui murmure d'une voix rauque : - "caresse moi, je veux sentir tes mains sur moi"

Maladroitement, il la caresse par dessus le tissus.

Lentement elle ouvre les boutons un à un, ne le lâchant pas des yeux.

Il est comme tétanisé à la vue de sa superbe poitrine encore cachée par son balconnet blanc.

"Encore" te dis-je, je veux tellement sentir tes mains que je devine douces.

Timidement tu caresses ma peau comme si tu touchais un petit animal, je lis le désir dans tes yeux.

"N'aies pas peur, viens"

Tu t'approches tout contre moi, je sens ton souffle rapide contre mon front.

Je déboutonne ta chemise et glisse mes mains dans ton dos, elles partent à la découverte de ta peau si douce, je sens tes muscles se durcir sous mes doigts.

Je te caresse le torse maintenant, tes tétons sont érigés, je les agace doucement de mes ongles, tu ferme les yeux… hhhuuuummm j'adore les hommes qui ont les tétons sensibles…

Je me penche pour en prendre un dans ma bouche, je le lèche, l'aspire le suçote pendant que je pince le second entre mes doigts, tu gémis .

J'ai l'impression que mon sexe me tire tellement j'ai envie de toi.

Je me redresse et dégrafe mon soutien-gorge, mes seins gonflés de désir sont dressés devant toi, tu les regarde, comme si tu n'en avais jamais vu de si près.

J'attire ta tête à moi et tu les prends enfin dans ta bouche passant de l'un à l'autre affamé !

Tu me les suce goulûment, "ooooooohhhhhhhhhhhh"je pousse un soupir, c'est si bon…

Tout à coup la porte s'ouvre, et je n'en crois pas mes yeux, je ne sais plus que penser, tu es là dans l'embrasure de la porte !

Mais tu es là aussi devant moi… !

"entre et ferme" dis-tu d'une voix chevrotante.

Tu me regarde gêné et me dis, "lui c'est Gavin, moi c'est Edwin, nous sommes jumeaux, désolé ! "

On est là tous les trois à se regarder, Gavin ne lâche pas mes seins des yeux, oh et puis tant pis, je lui tend la main et le serre contre moi, Edwin plus hardi que son frère, ferme la porte à clef et viens se coller derrière moi.

Oooooooohhhh qu'elle sensation…

Gavin a son tour vient me lécher les tétons, Edwin lui, m'embrasse la nuque et remonte ma jupe doucement.

Je m'occupe de défaire la chemise de Gavin et le caresse tout comme je l'ai fait pour son frère.

Un dernier sursaut de conscience me demande ce que je suis en train de faire vite effacé par la sensation que me donne la dureté des deux jeunes sexes contre mes fesses et mon pubis.

Je m'abandonne à mon désir, Gavin remonte vers mon cou, y dépose multitudes de petits baisers, jusqu'à ma bouche où je m'empare de sa langue si douce.

Elle a un bon goût de fraise, je l'enroule autour de la mienne avec avidité tout en passant ma main sur la bosse qui déforme son pantalon.

Edwin pendant ce temps passe ses mains sur la peau découverte de mes cuisses, sent-il la chair de poule qu'il m'occasionne ?

Il passe de la bordure de mes bas à ma peau sans jamais vouloir s'arrêter, c'est peut-être les premiers bas qu'il touche, cette pensée me fait pousser un petit gémissement. Je défais nerveusement la braguette de Gavin, le caressant un peu au travers de son caleçon, il gémit à son tour.

Il baisse son jean et moi son shorty, je regarde son sexe, il est fièrement dressé le gland gonflé et luisant de plaisir.

Alors que ma main droite se saisit de sa belle queue, la gauche lui caresse les bourses. Je le branle doucement, lentement, lui laissant apprécier toutes les variantes de la caresse… Tantôt le branlant sur toute la longueur, tantôt lui enserrant la couronne, appuyant sur le frein de mon pouce.

Il gémit plus fort et son souffle s'accélère…

Pendant ce temps Edwin a fait glisser mon string, petit crissement sur mes bas, d'une main maladroite, il vient caresser mon sexe mais à l'écoute, il rythme son exploration sur mes gémissement, je me penche en avant pour prendre Gavin dans ma bouche gourmande lui tendant ma croupe.

"oui, suce-moi comme la kiné"

Tiens, il avait bien lu mon histoire le coquin !

Huuummmmm ça oui je vais le sucer !

Edwin s'agenouille derrière moi et passe sa langue de mon clito à mon entrée humide, mon dieu que je mouille, depuis le temps, je n'avais pas conscience que ça me manquait autant, et puis deux jeunes hommes pour moi toute seule, je n'aurai jamais osé rêver pareille chose !

Mes deux fantasmes en un seul, quel pied !

J'ai du mal à me concentrer sur la fellation, tellement c'est bon !

Je prend sa belle queue bien au fond de ma gorge, ne me servant que de ma bouche, mes deux mains lui pétrissant les fesses.

Je recule pour m'attarder sur son gland velouté, il mouille le coquin, prémisses de son jus délicieux.

De ma langue polissonne, je lui titille le méat qui palpite d'impatience.

Je fais un anneau resserré de ma bouche et j'imprime un mouvement de haut en bas.

"Quelle est bonne ta queue Gavin, un vrai délice"

Edwin entre un doigt en moi puis deux et les remue un peu gauche.

Sentant Gavin au bord de la jouissance, je me retourne pour dévêtir Edwin et le sucer à son tour.

Gavin se met à côté de son frère et le lui caresse les boules en même temps.

Leurs deux queues devant moi me donnent terriblement envie, je les branle les regardant et les suce alternativement.

Je veux que Gavin me goûte, je m'assied sur le bord de la photocopieuse et il approche un peu emprunté, contrairement à son frère, il n'a jamais dû faire de cuni.

Il plonge sa tête dans mon entrejambe et m'aspire les lèvres et le clito comme une ventouse, le plaisir qu'il me procure me fait plier la tête en arrière.

"Oui, encore, comme ça, aspire moi, c'est bon, oooooooohhhhhhhh… "

Edwin reprends mes tétons en bouche et je sens que je vais jouir… ce n'est pas quatre mains et deux bouches qui s'occupent de moi mais des dizaines, c'est bon, je m'envole…

La bouffée de plaisir qui m'envahie est telle que mes fesses se soulèvent de la table, mon corps est parcouru de spasmes qui m'étourdissent et me laisse pantelante.

Les garçons ne me laissent pas le temps de me remettre, Edwin, m'aide à me retourner en travers de la machine, à plat ventre et me pénètre d'un puissant coup de rein, gémissant au contact de ma chatte trempée.

Il me saisit par le hanches et me pilonne de toute sa fougue.

Gavin lui est de l'autre côté et me glisse sa queue dans la bouche, me voilà prise des deux côtés, quel bonheur…

Edwin me pousse en avant de ses coups de boutoir rapprochés ce qui précipite le sexe de Gavin dans ma bouche, on bouge ensemble sur le même tempo.

Ma main se glisse entre la table et mon pubis à la recherche de mon clito, je vais jouir encore, en connaisseuse de mon corps je ralentis la caresse pour l'accélérer quand je sentirai les garçons prêts à venir.

Edwin crie le premier qu'il va jouir, il se retire pour aller jouir sur mon petit trou, il devait en rêver.

Son foutre est chaud et les jets longs et puissants, je sens que je vais venir à mon tour, j'arrête ma caresse, je veux faire ce cadeau à Gavin.

J'arrête de le sucer et me tourne pour lui présenter ma croupe.

"Fais moi jouir Gavin, viens, je te veux"

Pour la première fois de sa vie il pénètre une femme, je veux que ça lui soit doux, je mène moi même le rythme en m'enfonçant sur sa belle queue.

"ne bouge pas encore, laisse moi faire"

Je stoppe, contracte mes muscles intimes, il gémit de plus en plus fort.

Je vais et je viens sur sa queue tout doucement et jugeant qu'il ne va pas tenir longtemps, je lui demande de me prendre vite et fort.

Il s'accroche à moi et me baise en poussant des cris de plaisir, ça dope le mien, je cris que je viens, mes muscles se contractent encore et Gavin jouis aussi, nos gémissements s'emmêlent pour n'en former qu'un.

Un plaisir puissant nous laisse épuisés l'un contre l'autre.

Edwin nous caresse les cheveux et je redescend en douceur ce coup-ci, ivre de jouissance.

Je vous mentirai si je vous disais que ce bonheur, je ne l'ai connu qu'une seule fois, il y en a eut bien d'autres, tous les trois ou simplement à deux, mais toujours dans un profond respect et le secret le plus total.

Bisous et bonnes fêtes à tous !
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


14945
b
Moi aussi !
4 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Histoire coquine : la première

image

Un voyage à Paris. Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insisté auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite

Histoire coquine, la toute première

image

Un voyage à Paris, Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale Française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insister auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages