Histoire vécue Sexualité > Désir - Plaisir      (1442 témoignages)

Préc.

Suiv.

la possibilité que deux inconnus puissent tomber amoureux

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 733 lectures | ratingStar_29412_1ratingStar_29412_2ratingStar_29412_3ratingStar_29412_4

Tout a commencé par un truc très simple. Un truc idiot, un jour, qui m'a traversé l'esprit. En fait, une idée de base amusante : la possiblilité que deux inconnus puissent tomber amoureux (l'un de l'autre, l'autre de l'un) sans s'être jamais rencontrés. Ni vu. Ni parlé. Ni rien du tout.

Impossibilité physique et théorique, à première vue. Bref, la quadrature du cercle. Ou la démonstration de l'axiome même, par l'anti-pratique, que le rien ne peut sortir du rien. Mais voilà, la nature tout le monde le sait, a horreur du vide. Et j'avais oublié ce principe élémentaire. D'où est née, l'histoire qui va suivre. C'est à dire : que tu vas lire. Et découvrir comme moi, en temps réel. Au jour le jour. Puisque c'est toi et moi : qui allons l'écrire. Et ceci, commandé par le hasard seul. Le fatum, des latins. Le karma. Le mektoub. L'ananké, des grecs. Le destin. Bref, comme on voudra appeler ça : ce qui nous a fait nous rencontrer, sur le net, via msn. Avant ton premier appel, voici donc : tel quel le texte original. Le texte inédit, que j'avais conçu. Et heureusement qu'il n'a jamais vu le jour, car il est très mauvais. Dans la syntaxe et la forme. Le début de l'histoire tient en ces quelques phrases (je l'ai dit, mal écrites). Tout juste un brouillon : L'heure bleue arrive. Et avec cet instant de la nuit, le silence. Et avec ce silence, ce moment qu'elle aime tant : devant l'écran, elle achève son texte. Ce texte décrit sa journée. Comme tous les autres jours. Exactement, pratiquement heure par heure. En n'oubliant aucun détail. Comme un film invisible. Elle choisit ses mots, précis. Comme un photographe choisit le meilleur angle. Pour chaque geste. Pour chaque parole. Pour chaque lieu. Comme un instantané, chaque soir, d'un morceau de sa vie. Elle termine d'écrire sa dernière phrase, la relit. Elle enregistre son texte, referme l'application. Elle regarde l'heure et voit qu'elle a encore le temps. Elle a soudain envie de se caresser. Elle ne peut plus tenir. Et elle se lève avec ce désir, soudain présent, en elle. Il ne faut pourtant pas qu'elle cède, avant l'heure. Elle le sait. Pour que ce soit encore meilleur, plus bon, plus fort. Elle se sent couler de plaisir, à l'avance. Elle sait que c'est irraisonné, irraisonnable. Et ce sentiment, plus que le désir, lui cause comme une jouissance subtile. Car elle pressent, contre toute logique, c'est à dire comme toute femme amoureuse, que cette histoire déjà n'aura pas de fin… Et le texte donc : s'arrête là. C'est à dire, le jour précis où tu m'appelles pour la première fois. Je devrais dire, plus exactement : où tu apparaîs pour la première fois. Dans la liste d'autres contacts inconnus, sur mon écran msn. Un simple pseudo, "SANSLESMAINS". Sur lequel je clique. Et ton texte apparait : tous les deux, nous sommes auteurs. C'est toi, qui m'appelles pour me dire que tu as aimé un de ces textes érotiques… que j'écris pour m'amuser. Incognito. Pour une revue féminine. Je dis : pour m'amuser. Mais c'est faux. Et si j'aime écrire des histoires, je déteste mentir. Je devrais dire : pour tenter d'explorer, par pure curiosité, cette part de l'inconscient. Cette zone reptilienne. Ce chaudron du Diable. Ce Continent Noir, comme le qualifiait Freud : le domaine du sexe et des phantasmes. Evidemment, j'avais choisi le côté dont je pouvais le mieux parler. En tant qu'homme : la Femme. Et dans le moteur du désir de la femme : l'Homme. Et c'est là, soudain… que tu débarques. Je te sens tourner en rond. Je cherche ce que tu veux. Et pourquoi, je ne me souviens plus à quel moment, je te demande : si nous écrivions quelque chose, ensemble ? Et c'est là : que tu m'envoies ce smiley. En me répondant : j'allais vous demander la même chose, et je n'osais pas. Peut-être allez-vous trouver ça, très idiot : mais ce serait une histoire, entre deux inconnus, qui tombent amoureux, sans s'être jamais vus.

Les coïncidences ne s'arrêtaient pas là. Vitesse grand V, elles se mirent à défiler : sur nous-mêmes, deux Lions. Un lion et une lionne. Ca, pour l'astrologie. Moi : qui n'y croit pas un poil. Et le reste qui arrivait, comme une évidence : Une brune. Une brune qui me disait tout net : j'aurais aimé vivre l'Histoire en Brune. Bien. Bien. Il y a en trois, jusqu'ici écrites. Et cette phrase qui tombe. Ta préférée : c'est Histoire en Brune (2). Et ce que je t'apprends : celle qui passionne le moins, des trois. Ma préférée à moi, aussi. Evident paradoxe : peut-être, celle qui contient le plus toute la suite. Que tu ne connais pas. Que tu ne peux pas connaître. Puisque non écrite encore. Bref… les coïncidences s'accumulaient, tellement un max, que ça en devenait presque gênant : pour tous les deux. Je tente une diversion, sur la nuisette que tu me dis porter. Je prévois le coup. Je tente le forcing : petite photo, qui me ferait plaisir. Silence sur l'écran. Et cette réponse : ok je tente, mais je ne veux rien voir de toi. Peut-être que je ne vais pas te plaire. Dis-le moi, c'est tout : je te l'envoie. A cet instant, je suis encore froid. Et je m'attends au pire. J'entends : qualité photo, j'aime trop le cul pour être hypocrite. Je t'excite subtilement. Je descends virtuellement plus bas. Je tente le coup de la petite culotte, qui plaît toujours. Ce simple petit morceau de tissu. Si féminin. Si intime. Si révélateur, dans son choix. Ce sous-vêtement : le terme seul, parle en lui-même. La signature cachée d'une femme. Tes phrases se troublent. Je te sens te rattraper, de justesse. Faire une pirouette. Et sur l'écran, cette courte phrase : C fait. Je quitte msn. Je vais sur ma boite mail. J'ouvre la photo. Et là, je te vois : une brune… au minois de chat. Je vois ce sourire, et ce petit nez, que j'ai déjà rencontré. Cette attitude si désinvolte. Et ce masque si tendre. Et ce qu'il y a derrière, de si caché… que je connais. Par coeur. Mais ce n'est pas elle : c'est toi. Je reviens sur msn. On convient de s'envoyer nos deux textes. Dès le lendemain. Comme ça, pour voir. Sans rien calculer. Et de les poster ensemble, en binome. Un coup toi, un coup moi. Sur la même revue Féminine… un texte à suivre. Le soir même dans ma boite mail, je découvre : la seconde photo. Et c'est là, que l'histoire commence.

(CSECRET.).
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


29412
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Histoire coquine : la première

image

Un voyage à Paris. Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insisté auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite

Histoire coquine, la toute première

image

Un voyage à Paris, Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale Française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insister auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages