Histoire vécue Sexualité > Désir - Plaisir      (1442 témoignages)

Préc.

Suiv.

Nuit d'ivresse

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2550 lectures | ratingStar_15062_1ratingStar_15062_2ratingStar_15062_3ratingStar_15062_4

Je suis chez Numa. Je n'ai pas quitté son appartement de tout l'après-midi… J'avais envie de découvrir à loisir là où il vit. Tout chez lui me semble chargé de l'érotisme que nous partageons. Le lit, le tapis -qui ne demande qu'à accueillir le mélange de nos corps-, la salle de bain -où j'imagine la présence de son corps nu, musclé-,la table de la cuisine… J'ai profité de son absence pour m'occuper de moi, pour lui plaire quand il rentrera, activité narcissique de la femme soucieuse de séduire, mais aussi et surtout, un prélude à notre excitation. J'ai pris un bain moussant aux senteurs envoûtantes en écoutant un brin de musique… Pour m'occuper, j'ai pris un livre dans sa bibliothèque… Un récit érotique… Je me grise de ces lignes et mon imagination s'enflamme de ces scènes torrides… Je ne peux m'empêcher de me caresser, je pose mes pieds sur les rebords de la baignoire et je suis à la place de l'héroïne du récit, sauf que dans mes fantasmes, c'est Numa qui vient buter contre mon écrin de velours. Vivement qu'il arrive… Quoi que l'attente a du bon. Je vais me faire la plus désirable possible. Je sors de la baignoire apaisée, et je m'enveloppe d'un de ses peignoirs. A présent il faut que je me fasse belle. Une fois que je suis parfaitement sèche, j'enduis mon corps de lait à la senteur de pèche… Je recouvre tous les endroits de mon corps que ses mains vont parcourir : mon cou gracile, mes seins menus, mon ventre plat, mes hanches pleines, mes fesses rebondies, mes jambes fermes. Je vais mettre une légère touche de maquillage : juste un peu de khôl sur les paupières et une touche discrète de rouge aux lèvres… Je dois maintenant choisir une tenue seyante. Les dessous seront affriolants : un ensemble noir, transparent, à motifs bleus, des bas noirs et des porte-jarretelles. Je chausserai mes escarpins à talons au dernier moment.

Qu'est- ce que je fais ? Dois-je rester en sous-vêtements ou lui laisser le plaisir de me déshabiller ? J'ai bien envie de faire durer le plaisir… Alors je mets ma jupe noire, fendue sur le côté et mon petit top couleur violine échancré devant et derrière… J'aime bien les petites perles blanches de ce haut, elles soulignent ma poitrine et la finesse de ma taille… Je mets un peu de parfum aux senteus fraîches et musquées derrière chaque oreille, dans le décolleté et sur mes poignets. Tous ces petits préparatifs m'ont émoustillée. J'imagine déjà son doigt fouiller mon nid chaud et humide après me l'avoir caressé… J'ai très envie de lui mais je veux aussi que notre soirée soit inoubliable…

Aussi, je songe à des petits jeux érotiques, aux moyens de faire durer le plaisir. J'ai quelques idées… Je sens que je vais me faire désirer. Il va jouïr comme jamais, je veux le rendre fou de mon petit corps, de mes caresses… Il se fait tard, il ne va pas tarder à arriver, je chausse mes escarpins… J'entend un bruit de clé dans la serrure, c'est lui. Mon coeur bat fort.

"-Tu… Tu vas bien ma Chatoune ? " me lance-t-il…

Je m'approche de lui en souriant, lentement pour qu'il ait le temps de me regarder me déhancher… Je me colle contre lui et le love de mes bras. Il me se penche sur ma nuque et la parcourt de tendres petits baisers.

Je lui réponds d'une voix langoureuse : "Oui mon tigre, je vais bien mieux depuis que tu es là". On s'embrasse, mais je fais en sorte d'écourter le baiser, j'ai prévu tant de choses pour lui… Je m'éloigne et je lui lance dans un souffle, avec un regard et un sourire coquins à souhait. : "je vais te faire couler un bain."

Numa qui ne rate jamais une occasion me dit "tu m'accompagnes ma Gazelle ? ". A regret, je lui réponds : "-Non, c'est déjà fait". Il a l'air déçu…

-"ça y est, ton bain est prêt. Quant à moi, je vais ranger mes affaires" , à ces mots, je sors de la salle de bain et je fais mine de me diriger vers la chambre. Quelques minutes plus tard, je rentre dans la salle de bain, sans frapper. "-Tu veux quelque chose ma Chatoune ? "

-"Oui ! " dis-je en refermant la porte. Je m'approche de lui et le baise aux lèvres tendrement. Je lui glisse au creux de l'oreille :

-"laisse moi faire, tu vas aimer"… Je lui bande les yeux et m'installe non loin de lui et je lui dis "surtout ne te touche pas et fais moi confiance". Je lui lis la scène de fellation que j'ai lu dans le livre cet après-midi. Je devine sa… qui se dresse et durcit sous la mousse. Ma voix se fait suave, sensuelle comme si je le suçais… Je suis moi-même très excitée, ces mots où il est question de râles, d'excitation et de bouche de femme qui se referme pour courir sur le membre du partenaire me font mouiller. Et la coquine du livre pompe jusqu'au bout en plus…

-"Ma Chatoune, je veux tes mains" me dit-il.

-"C'est prévu, rassure-toi" dis-je de la façon la plus coquine et espiègle qui soit. Je m'agenouille au bord de la baignoire et ma main glisse dans l'eau. Je commence à le branler tandis que ses yeux sont toujours recouverts du bandeau de satin noir…

- "Oh qu'elle est dressée la coquine ! " dis-je, très excitée…

Je caresse donc sa belle… qui fend l'eau, la mousse facilite les mouvements de ma main, je vais et je viens, en faisant glisser la peau doucement… Je caresse tout son membre y compris les bourses pleines… Tout en le masturbant, je lui dis des choses tendres et crues. Mon autre main glisse sur son torse. Il en soupire d'aise ; il gémit. Je lui dis "-tu l'aimes ta Chatoune, hein, mon chéri ? Je te fais du bien… oh oui tu aimes ça… mes doigts sur ta queue… hummmm… "

Haletant, il me dit "-continue ma petite coquine… tu me branles si bien… plus vite… Oh que tu es bonne"… Encouragée par ces mots, j'accélère le rythme de mes vas et viens autour de sa verge. Mes doigts sont pris d'une véritable frénésie. Dieu qu'elle est dure sa… et elle est si grosse que mes doigts, qui n'arrivent pas à la contenir entièrement, doivent accélérer la cadence pour qu'aucune parcelle de sa hampe ne soit oubliée. Celle-ci trésaille entre mes doigts et Numa pousse des râles de bonne augure : "ouiii… Ooooh. C'est bon… t'arrêtes pas". Je vois ses lèvres se tordre sous l'effet du plaisir, sa tête qui s'agite fiévreusement. Il gémit si fort que je plaque ma main sur sa bouche tandis que l'autre continue à le branler vigoureusement. Il mord mes doigts et les lèche. Et ma petite chatte qui mouille.

Instinctivement, je passe mes doigts dans ma fente, en évitant de toucher mon bouton d'amour gonflé à souhait, et je viens lui faire sucer mes doigts luisant de mouille. Il aime ça… Il vient, sa tige vibre entre mes doigts et sa semence se répand dans l'eau. Ma main est envahie par sa semence chaude. Il pousse un dernier soupir qui me comble de joie. Je lui enlève enfin le bandeau. Je vais chercher une serviette pour l'essuyer, pendant ce temps il se rince. Une fois qu'il est sorti de la baignoire, je le frictionne et lui essuie tout le corps avec application. Je m'attarde sur ses fesses sublimes et je frotte sa… précautionneusement ; bien qu'elle soit vidée, elle en sursaute.

La soirée est prometteuse. Numa ne se doute pas tout ce que j'ai imaginé pour lui. Je lui tends son peignoir de chambre. Il m'attire à lui par les épaules. Il cajole mon corps habillé contre le sien, nu et enivrant. Nos yeux s'attirent et nos lèvres se cherchent doucement. Il caresse mes lèvres de sa langue avant de l'enfoncer en moi violemment. Je ronronne, hummm. Ma chatte est en feu mais il faut que je me contienne encore. D'ailleurs nous allons dîner. Le repas est simple : des pâtes au saumon… Nous avons bien besoin de sucres lents… Après le fromage, nous dégustons un gâteau au citron que je savoure avec délectation en ne quittant pas Numa des yeux.

-"Petite coquine, va" me dit-il mi-amusé, mi-excité.

-"J'adore les desserts" lui dis-je et au même moment, je déchausse mon pied droit et viens caresser son pénis avec mon pied… Je lui souris. Mon pied le masse légèrement, l'effleure.

-"Tu ne perds rien pour attendre ma beauté".

-"J'y compte bien" je lui rétorque en souriant de plus belle.

-"D'ailleurs - continue-t-il- nous ne sommes pas à égalité. Je suis nu sous mon peignoir et tu es encore habillée. Réparons cette injustice tout de suite". Numa s'approche de moi prestement. Je suis toujours assise, je ne bouge pas. Mon coeur cogne contre ma poitrine et ma chatte mouille depuis que je l'ai branlé dans la salle de bain… Je t'attends mon chéri, viens me mettre à nu. Comme s'il avait entendu ce que je pense, Numa répond à mon désir. Tout en me souriant, il s'agenouille et fait errer sa main sur ma cuisse droite, tout en remontant ma jupe. Sa main chaude sur mon bas noir se fait caresse indiscrète. Je l'aide à remonter ma jupe complètement pour lui laisser voir mes cuisses gainées par mes bas-noirs. Il s'empresse aussitôt de tâter la chair tendre de mes cuisses et d'en frôler la partie supérieure, là où la peau est la plus douce. Il enfouit précipitamment son visage au creux de mon entre-jambes. Son empressement m'attendrit et m'excite. J'en souris d'aise et de contentement. Mes mains caressent doucement ses cheveux et le pressent sur mon intimité toute émue :

-"Oooooh Numa ! "

D'un coup sec, il fait glisser ma jupe et la jette au sol. Je me sens plus libre dans mes mouvements et l'effleurement de l'étroite jupe contre la soie de mes bas me fait frissonner de volupté.

-"Tu es belle ! ", ronronne mon tigre de la façon la plus amoureuse qui soit.

A présent, Numa s'attaque à mon top, il en défait avec délicatesse les boutons de nacre qui remontent de ma hanche à mon aisselle. Puis, ses mains soulèvent le tissu de mon haut tandis que les miennes l'accompagnent dans leur mouvement. Mon débardeur de soirée rejoint la jupe… Je suis devant lui, en dessous raffinés. Numa reste un moment à me contempler, en extase. Soudain, son visage me parcourt avec frénésie. Sa bouche se fraye un chemin sur les parcelles dénudées de ma peau alors que ses mains vont et viennent sur mes cuisses avant de s'insinuer sous les balconnets de mon soutien-gorge.

-"Tu es si excitante, si belle… Je suis fou, je bande pour toi ma chérie, regarde ! " me dit-il en ouvrant son peignoir d'un coup sec, laissant apparaître sa… dressée. Cette vision ne me laisse pas insensible et déjà ce membre m'attire. J'ai envie de le toucher, le faire durcir, le posséder de mes doigts, le posséder dans ma chatte…

Encore émue, par les caresses et la virilité manifeste de mon amant j'ai tout de même la force de ne pas précipiter les choses pour que notre extase soit hors du commun. La nuit commence à peine… Je me redresse en attrapant le peignoir de Numa et en l'aidant à l'enfiler je lui dis :

-"Patience mon chéri ! Je vais te faire bander comme jamais. Fais-moi confiance"

Numa m'étreint fortement et m'embrasse avec une fougue et une ardeur qui me font défaillir, je gémis. Mais j'arrive à me détacher doucement de lui, même si j'aimerais que nos bouches restent scellées à jamais dans cet amoureux baiser. Mon regard vif et coquin lui fait comprendre que j'ai d'autres idées en tête…

Je l'amène sur le canapé en le tenant par la main. Je lui fais un grand sourire :

-"Regarde-moi ! "

-"Je ne fais que ça, ma petite caille ! "

A peine me dit-il cela que j'allume la chaîne hi-fi et commence à me déhancher sur la musique sensuelle que j'ai sélectionné durant l'après-midi. Avec une démarche féline, je vais chercher une chaise pour la mettre à quelques mètres, face à lui. Je suis prêt de lui, presque à portée de main, or s'il tend les bras au maximum, il ne pourra pas m'effleurer. Je souhaite qu'il regarde le spectacle de mon corps désirant qui ondule pour lui. Je pose mes mains sur le haut du dossier de la chaise et je m'accroupis puis me relève souplement, d'abord en lui faisant face, puis en lui montrant mes fesses révélées de façon impudique par mon string rouge et noir. Ma danse se fait lascive et mes mouvements de bassins miment les saccades amoureuses qui vont suivre. Numa a laissé son peignoir entrouvert et je jette un oeil sur sa… qui semble se tendre encore.

-"Ooooooooh ma chatoune ! Tu roules bien ton petit cul d'amour ! " dit-il d'une voix haletante. Ses yeux ne me quittent pas une seule seconde.

-"Et si ce sont mes seins qui s'agitent ? Qu'en dis-tu ? " dis-je non sans laisser transparaître mon excitation. Je dégrafe mon soutien-gorge. Je fais glisser une bretelle, puis l'autre, prenant plaisir à faire languir Numa, dont les oeillades de braise flattent mes courbes. Puis, je retiens mon soutif de mes mains avant de le laisser tomber à mes pieds. Désormais, mes seins bougent au rythme de ma danse, et pour rajouter à l'érotisme de la situation j'esquisse de douces caresses sur mes petits seins bandés de désir. Dieu, que je mouille… Sa verge gorgée de désir, ses yeux pétillants, son sourire enjôleur, tout ce désir m'appelle… Et il m'encourage :

-"Que tu es belle ! Tes seins, tes hanches, tes fesses ! Oooooh ! Je n'en peux plus" dit-il en touchant son membre.

Il est temps pour moi de retirer mon string maculé de mouille. Debout, bien campée sur mes jambes écartées, je commence à en faire glisser le tissu puis je m'assois de profil pour le faire glisser à mes pieds, dans un geste qui lui donne à voir à la fois mes seins et la courbe de mes reins.

-"Numa, mon amour, viens enlever mes bas ! Je n'y arrive pas" dis-je d'un air faussement ingénu.

Il ne se fait pas prier et il s'approche de moi en se débarrassant de son peignoir. Sa nudité me fait frémir de désir. Accroupi, il s'empresse d'enlever mes bas, ses doigts fiévreux qui peinent à dégrafer les attaches de mon porte-jarretelles ajoutent à notre agitation et à notre fièvre. Quel vertige quand ses doigts chauds se posent enfin sur ma peau !

-"Tu es douce… Hummmm… Tu es bonne, je te veux ! "

-"Moi aussi, prends moi ! … Tout de suite ! "

Il me redresse et tu me berce amoureusement dans ses bras. Nous haletons. Je l'embrasse, mes mains se fondent en lui ; je caresse, effleure, masse cette peau d'albâtre, c'est celle de l'homme que je désire. Oh quelle est douce, soyeuse et ferme. Je m'attarde sur ses reins et ses fesses si rebondies et dures… J'aime palper son joli cul musclé…

Les mains de Numa encadrent mon visage, il m'embrasse partout : le front, les joues, le cou avec une frénésie envoûtante. Ses lèvres viennent se coller aux miennes et nos langues entament une danse torride et vertigineuse. Sa bouche descend maintenant sur mes seins, il les mordille, les titille, en aspire les tétons dressés tout en passant une main sur ma chatte comme pour vérifier l'état de mon excitation. J'enroule une jambe autour ses hanches tandis qu'il met deux doigts en moi… Envahie par le plaisir, hors de moi, je titille son oeillet, son corps en a tressailli, bien que j'y sois allée en douceur. Il aime :

-"Encore ! Han ! " gémit-il.

Je continue à aller et venir doucement en lui. Et je le sens durcir encore plus…

N'y tenant plus il m'empoigne fermement et me plaque contre le mur. Il me soulève telle une plume et m'empale sur son pieu furieusement dressé tandis que j'enroule mes cuisses autour de lui. Je me tiens à la nuque de mon tigre, dont les mains puissantes soutiennent mes fesses.

-"Vas-y ! … Ooooh oui ! … Je te sens bien ! … Plus fort chéri ! … Encore ! "

Les coups de boutoir de Numa se font de plus en plus vigoureux. Et le miel coule entre nos deux sexes joints. Son sexe coulisse en moi, nos râles de plaisir se font échos.

-"Han… ooooh ma chatoune ! … Retiens-toi ma chérie ! "

Lassé par cette position, il me transporte jusqu'à une table voisine tout en me tenant, empalée sur lui. J'en profite pour faire courir mes doigts sur sa peau. Numa se retire de moi et me caresse partout, de ses mains et de sa langue ivres de mon corps. Je me laisse complètement aller. J'ai le rouge aux joues ; la respiration de Numa est ample. J'enroule mes cuisses autour de sa taille. Je le veux en moi, il le sent, il le sait puisque j'ai tendu la main en direction de son phallus bandé, mais il a gentiment détourné ma main. Il passe sa verge luisante de ma cyprine sur le haut de mes cuisses et il frôle mon ventre du bout de son gland avant de remettre sa queue dans mon abricot trempé, en flattant mon clitoris bandé au passage… Mais au lieu de me pilonner comme un fou, comme je m'y attendais, il prend son temps. Il me pénètre lentement et se fraye un chemin au plus profond de moi tout doucement en prenant appui sur mes cuisses qu'il relève le plus haut possible. D'une main je caresse ses testicules lourdes et douces tandis que mon autre main se contracte fiévreusement sur sa nuque avant de caresser le dos et les reins de mon amant. L'effet est exquis : nous sommes réceptifs au moindre contact de nos chairs, je le sens encore mieux en moi. Cette position en équerre nous permet de nous voir, de nous lécher, nous mordiller, de nous encourager par les soupirs de nos amours… Son épaule, son oreille sont les cibles privilégiées de ma bouche avide de goûter sa peau. Son odeur m'enivre. La relative lenteur de ses vas et viens nous fait mieux entendre les bruits de succion de mon sexe qui aspire sa tige gonflée de sève. Il s'aventure toujours plus loin en moi et je l'aide en appuyant ses coups de reins avec mes jambes. Enfin, ses digues cèdent et Numa s'effondre sur moi… Le plaisir se répand dans chaque parcelle de notre corps. Nous tremblons, mais ce n'est pas de froid ! Mes jambes se contractent autour de lui tandis qu'il se cambre de plaisir. L'orgasme me fait crier :

-"Numa ! "

-"Ooooooh Lucie, ma douce ! "

Notre plaisir, fouetté par l'excitation et notre attente, atteint son paroxysme. Mon sexe se contracte violemment sur le sien tandis que sa semence inonde mon antre humide. Nous sommes épuisés et haletants. Sur ma poitrine, perlent des gouttes de sueur que Numa vient lécher. Je suis toujours allongée sur la table, les jambes écartées, quand sa langue descend sur mon ventre et vient s'enfouir dans mon fourreau, baigné de nos deux liqueurs qu'il lape. C'en est trop, je tremble comme une feuille, je vibre comme jamais quand sa langue s'introduit en moi…

-"Arrête… Numa ! Non ! " dis-je faiblement.

-"Tu n'aimes pas ? "

-"Si… oh que si… Continue chéri ! Hummm ! "

Mon amoureux se fait un plaisir à me voir me tordre sous l'effet des caresses buccales qu'il me prodigue… Je jouis sous ses yeux sans retenue, en dodelinant de la tête…

Après s'être retiré, il me donne un tendre baiser en me pressant contre sa large poitrine d'homme. Un dernier frisson de volupté me parcourt.

-"Ma chérie, allons nous reposer ensemble ! "

-"Ouiiii." A cet instant, il peut lire dans mes yeux mes sentiments à son égard, et réciproquement. Nos regards plongent l'un dans l'autre à la manière dont notre substance intime s'est mêlée au fond de mon ventre. Numa ramasse son peignoir et m'en recouvre avant de me porter dans ses bras jusqu'à sa chambre. Là, il me pose sur le lit avec délicatesse. J'ôte le peignoir et me glisse dans les draps.

-"Viens ! J'ai froid loin de toi."

Le grand corps désirable de Numa se frotte au mien. Nous sommes tous les deux sur le flanc et nous en profitons pour nous cajoler et nous caresser en nous murmurant des mots d'amour, l'esprit encore enfiévrés par nos ébats ; souvenirs charnels agissant encore sur nous : sa main qui emprisonne un sein, ma morsure sur son cou, sa langue habile, sa verge longue et dure qui me pénètre lentement… Il me love de ses bras et me garde contre sa poitrine. Nous sommes heureux et nous lisons dans nos yeux respectifs l'apaisement que nous y avons crée…

Au petit matin, nous recommencerons… Dans le ravissement des étreintes passées, mais surtout de celles à venir, nous nous endormons, avec des étoiles plein les yeux…
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


15062
b
Moi aussi !
23 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Histoire coquine : la première

image

Un voyage à Paris. Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insisté auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite

Histoire coquine, la toute première

image

Un voyage à Paris, Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale Française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insister auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages