Histoire vécue Sexualité > Désir - Plaisir      (1442 témoignages)

Préc.

Suiv.

Pendant mon service militaire

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 3804 lectures | ratingStar_15119_1ratingStar_15119_2ratingStar_15119_3ratingStar_15119_4

Depuis toujours, je n'ai pu avoir de rapports dit "normaux" avec mes partenaires pourtant nombreuses. Il m'a toujours fallu discuter et parlementer, insister pour arriver à mes fins.

Presque toujours, après de longs préliminaires (ma spécialité maintenant) je me vois refuser toute pénétration… Monstrueux. C'est le nom que la médecine donne à mon cas.

Tous les hommes aimeraient être à ma place, beaucoup de femmes fantasment sur moi… personne ne s'imagine les problèmes que cela peut entraîner, les frustrations, la gêne quotidienne… une vie en marge : jamais en maillot de bain, peu de sport, habillé large, attaché à ma cuisse par deux lanières de cuirs, je ne peux me déplacer en cas d'excitation (vite un banc public).

Mes mensurations : longueur 35 cm, diamètre à la base 11 cm, toutes m'ont refusé, enfin presque. Beaucoup d'hommes se flattent de leur engin, pas moi… C'est malheureusement mon calvaire, mon histoire.

A l'age de 20 ans, effectuant mon service militaire (eh oui ! Même pas réformé ! ) j'ai séjourné dans un petit camp de manoeuvre, près d'un petit village. Depuis 6 ou 7 mois, nous avions sympathisés avec quelques civils et allions régulièrement nous réunir dans un bar du bourg… La serveuse, une femme de 30 ans et très très forte, essuyait souvent les quolibets de mes congénères. Quelque chose m'attirait vers elle, peut être parce qu'elle était aussi complexée que moi. Elle me dévorait des yeux depuis une dizaine de jours et tous me poussaient à faire quelque chose.

En fin de soirée, peut-être émoussé par l'alcool, j'ai entamé une discussion avec elle, au bar. Nous étions seuls. Elle n'avait pas remarqué mon excitation car je me tenais assis et bien calé derrière le comptoir. J'ai l'habitude. Celle qui se doute de quelque chose sans s'imaginer la situation deviennent folles, d'autres sont étonnées, voire éberluées ou n'y croient pas tant qu'elle ne m'ont pas vu. Dans la discussions, la barmaid m'a laissé entendre que je lui plaisais beaucoup et qu'elle rêvait de moi depuis quelque temps…

Surpris par sa franchise, je lui ai demandé depuis quand exactement. Elle m'a alors dit qu'elle pourra me raconter tout ça après son service qui finissait sous peu. J'ai dû user de mille astuces pour ne pas rentrer avec la troupe dans la caserne et ne pas éveiller ses soupçons. Eve, c'est son prénom, me fait monter chez elle et je la sens toute chose, les joues rouges, presque timide. Dans sa chambre, nous nous sommes tout de suite embrassé. Je me retenais de la coller, évitais qu'elle ne passe ses mains sur mon sexe. Mon treillis assez large ne me trahissait pas.

Nous nous assîmes et de nouveau je lui reposais ma question : pourquoi avait-elle flashé sur moi ? Sa réponse me combla de plaisir : elle m'avait vu uriner dans un bosquet, un soir de bringue. En effet, il m'arrive, pour aller plus vite et à chaque fois que je suis trop excité, de ne pas me servir de ma braguette. Je retrousse la bas du pantalon, jusqu'au genou, découvre un peu mon gland et… me laisse aller. Eve avait remarqué mon manège et était terriblement excitée depuis. Elle rêvait de constater elle-même mon infirmité. Elle m'avoua être aussi complexée par sa poitrine qui était immense et avait du mal à se déshabiller devant ses partenaires…

Nous décidâmes de nous mettre nus ensembles pour nous découvrir mutuellement. Je n'avais jamais encore vu ça. Des seins… énormes… tellement gros qu'elle faisait tout pour les cacher et qui la faisaient paraître plus obèse qu'elle n 'était réellement. Pas des ballons de foot, mais de basket. Lorsque j'ai commencé à enlever mon pantalon, ses yeux se sont arrondis, sa bouche a esquissé un sourire, elle s'est assise.

Etonnée, elle m'a avoué l'avoir plus ou moins imaginée longue mais pas aussi grosse. Elle était fascinée et ne détachait pas ses yeux du membre. Elle approcha sa main, la saisit à deux mains et me demanda si j'avais déjà pu pénétrer quelqu'un avec. Je lui dis qu'il m'arrivait de pouvoir pénétrer mes partenaires, que peu supportaient cela et que je finissais presque toujours par me masturber devant elles. Je n'ai jamais pu pénétrer entièrement ma partenaire.

Lorsque j'arrive à entrer, je ne peux plus bouger car trop large. Je n'ai jamais joui dans ma partenaire, n'arrivant pas à ce degré d'excitation par la pénétration. Elle me caressait, remontait le long de mon sexe avec ses doigts cherchant à le mesurer. Elle essaya alors de me prendre dans ses mains… ses doigts ne se rejoignirent pas. Elle me dit alors que je ressemblais un peu à un grand gode qu'elle avait vu chez une amie… mais qui ne s'en servait pas…

Très excitée, elle tenta une fellation. Sa bouche essayait d'introduire mon gland sans y parvenir. J'ai senti qu'elle relevait le challenge. Ses seins énormes étaient posés sur ses cuisses, aussi longs que mon sexe. Elle me prit entre eux, me masturba. De son sexe gonflé je voyais couler de la cyprine. Une vraie fontaine. Cela m'excita. Enfin prête, elle se mit debout sur moi, plusieurs coulées de son jus sur ses jambes…

Je n'ai jamais oublié cette nuit-là. En poussant de petits cris aigus, elle s'assit progressivement sur moi. Elle coulait sur moi. Son odeur m'envahssait. Lorsqu'elle pu poser ses genoux sur le lit, la moitié du chemin était parcouru. Je la sentais très serrée sur moi.

Elle se mit alors à faire des mouvements lent et précis, chose qui ne m'était jamais arrivé. A ce stade, c'est souvent la douleur qui s'installe, la peur de continuer, de bouger… la fin d'un rapport pour moi. Eve grognait.

Elle s'enfonçait à chaque fois un peu plus sur moi. Je sentais ses entrailles, chaudes, je touchais son fondement. Dans un cri, elle s'affala sur moi et j'ai alors senti ses fesses toucher mes jambes. Une première. Elle avait pu me prendre tout entier. Maintenant elle gémissait en me souriant et n'osait plus bouger. Elle me garda en elle très longtemps avant de reprendre ses mouvements. Son corps habitué, elle se mit à s'agiter, s'empalant jusqu'à la garde. Elle coulait toujours sur moi.

Cette nouvelle expérience pour moi m'excita au plus haut point.

N'y tenant plus, je mis à éjaculer en elle, pour la première fois dans ma partenaire. Nous sommes restés longtemps, l'un dans l'autre.

Lorsque je me suis retiré, j'ai vu son sexe béant, les lèvres distendues et dégoulinantes de nos liquides. Cette aventure a été unique pour moi, n'ayant plus jamais pu renouveler cela avec mes partenaires. Cela fait 25 ans que je recherche Eve, la femme que dieu m'avait réservée. Celle qui était faite pour moi. Toutes les autres m'ont déçu, regardé comme un animal de foire, montré du doigt. Toutes ont tout fait pour me voir, m'avoir… Peu en ont eu le cran une fois devant l'obstacle. Aucune ne m'a jamais satisfait autant qu'Eve, la Femme…
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


15119
b
Moi aussi !
4 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Histoire coquine : la première

image

Un voyage à Paris. Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insisté auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite

Histoire coquine, la toute première

image

Un voyage à Paris, Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale Française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insister auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages