Histoire vécue Sexualité > Désir - Plaisir      (1442 témoignages)

Préc.

Suiv.

Petit conte érotique

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1034 lectures | ratingStar_17545_1ratingStar_17545_2ratingStar_17545_3ratingStar_17545_4

Il faisait chaud à en suer du vice. D'ailleurs, je le sentais couler entre mes omoplates, glisser dans mon dos comme une sueur froide, mouiller mes fesses et gonfler ma queue. J'étais assis face à l'écran, l'oeil hagard et la main moite, à tripoter fébrilement du majeur la molette de ma souris comme si c'était un clitoris, à faire défiler des chairs multicolores avec pour seule constante le pourpre des vulves écartelées.

Oui, je sais, ces photos ne risquaient pas d'améliorer la situation, mais je n'y pouvais rien, c'était plus fort que moi. La moiteur du soir m'accueillit sur le trottoir en sortant du bureau. J'avalais péniblement ma salive. Je reconnaissais cette sensation d'excitation, lorsqu'elle est encore coincée dans la gorge, avant de descendre dans le bas du ventre en passant par le coeur, le faisant battre un peu plus fort au passage.

Elle me donnait soif, envie de boire une bière ou n'importe quoi susceptible de me fournir une mauvaise raison pour franchir rapidement l'entrée de "Chez Pandore", et y assouvir ma curiosité entre autres bas instincts.

"Chez Pandore" était, selon ses moeurs, le haut lieu départemental du vice et du stupre, ou ses bas-fonds. Les bourgeois rivalisaient d'indignation à propos de cet établissement, et susurraient à qui voulait l'entendre que bien des notables y avaient leurs entrées lors de soirées infernales, auxquelles ils omettaient de mentionner leur présence. Une bonne partie de la gente masculine locale y avait donc été vue, et c'était là le meilleur rempart contre les calomnies. J'évitais cependant de tergiverser aux portes de cet enfer pour ne pas être remarqué par les vipères du coin qui s'empresseraient d'amplifier mon forfait jusqu'aux oreilles de ma femme. Sitôt la frontière de velours rouge franchie, je fus accueilli par l'odeur caractéristique des lieux pour mâles en perdition, une odeur musquée comme un parfum de femme cueilli aux creux des reins, fragrance un rien épicée, dont il devait exister des bombes aérosols à base d'essence de bordel comme il existe des bombes de neuf pour mieux vendre les voitures d'occasion. J'en étais à ces réflexions lorsque je réalisai que mes pas m'avaient mené jusqu'au bar, au coeur de l'antre des femmes légères, pour la première fois.

Il n'y avait pas grand monde, trois ou quatre clients au regard blasé et une entraîneuse noire juchée sur un haut tabouret, sa robe longue ouverte sur un gros manque de vertu. Probablement trop tôt dans la soirée. Une jeune femme vêtue de court m'indiqua une place au bord de la scène vide, obscure comme un puits sans fond, avant de me tendre une carte aux prix hallucinants.

Je compris rapidement les règles du jeu, et j'optai pour une bière plutôt que la petite coupe de mauvais champagne qui m'était proposée, résistant héroïquement à la serveuse et sa moue équivoque desservie par un regard dédaigneux.

Le jeu consisterait à boire le plus lentement possible, afin de ne pas avoir à commander une autre boisson. Je trépignais d'impatience de me rincer l'oeil et la gorge. La guerre d'usure avait commencé. Une voix off masculine et empressée ouvrit les hostilités en annonçant le prochain spectacle.

Eva apparu dans un halo de lumière rouge projetée sur le nuage d'azote qui se répandait complaisamment autour d'elle. Elle ne portait pas une tenue de scène classique, une de ces robes moulantes en lycra dont les bretelles glissantes auraient rapidement libéré des seins meurtriers comme des obus, ni même une de ses tenues exotiques d'infirmière ou de bonne soeur, blasphème aux soins des âmes aux corps perdus.

Non, elle portait un tailleur. Un tailleur strict, gris anthracite, une tenue au classicisme exubérant, une tenue de commerciale innocente, totalement déplacée et d'autant plus excitante. Elle avait même poussé la provocation à porter un pantalon. Si ce n'était sa démarche chaloupée sur un air suave de Sade "I Never Thought I'd See The Day", si ce n'était son regard à la fois trouble et résolu, on aurait pu croire qu'elle se rendait à un conseil d'administration. Sauf qu'on était "chez Pandore".

Eva esquissa un sourire servile en ôtant sa veste avant de l'accrocher au dos d'un fauteuil de bureau qui apparaissait sous les spots, et dont elle flatta le cuir noir de la paume de la main.

- Vous êtes en retard Eva !

La voix qui résonna dans la salle me fit tressaillir. Une voix féminine, jeune, teintée de ce léger et délicieux accent méridional qui n'entamait pourtant en rien son ton autoritaire et cinglant. La voix renchérit à nouveau.

- Je ne veux pas entendre vos sempiternelles excuses ! Et quelle est cette tenue ? Vous vous imaginez déjà à ma place, dirigeant cette entreprise en costume Yves St Laurent ?

Eva se tenait comme une petite fille, tête baissée, les mains croisées devant elle, le rouge aux joues.

- Vous n'êtes que ma secrétaire, ne l'oubliez pas. Et à ma merci ! Déshabillez-vous mon petit…

L'ordre avait été donné, sans appel, sur une octave imperceptiblement plus basse, d'une voix légèrement voilée où transparaissait un noir désir, laissant déjà imaginer les turpitudes auxquelles Eva serait soumise. Eva leva un visage larmoyant, j'eus l'impression qu'elle m'implorait du regard comme si cet ordre était le mien, elle fit non de la tête, négation aussi effrayée qu'inutile car déjà capitulaient les premiers boutons de son chemisier blanc sous ses doigts tremblants.

- Allons mon petit, détendez-vous, je ne vais pas vous manger, mais ne me décevez pas !

Le chemisier s'ouvrit sur une lingerie de dentelle blanche qui moulait de petits seins hauts placés. Son ongle carmin effleura la lisière de dentelle, repoussant lentement ses limites dévoilant une chair pâle, frissonnante, jusqu'à libérer un téton rose et pointu. De loin, j'eus même l'impression qu'une larme venait de couler sur ce sein émouvant. D'un seul coup, Eva rabattit les pans de sa chemise sur sa poitrine et baissa à nouveau son visage cramoisi de honte.

- Maintenant, enlève le bas !

Retenant de la main gauche les pans son chemisier fermé sur ses seins, la droite glissa mollement le long de sa cuisse, ses doigts hésitèrent un instant, ouvrirent sa ceinture, firent lentement glisser la fermeture de son pantalon, et avec une infinie langueur, elle le repoussa vers le bas jusqu'à ce qu'il tombe à ses chevilles. Elle n'eut qu'un pas à faire pour laisser les oripeaux de sa pudeur sur le sol, alors que la musique qui s'emballait semblait monter comme un frisson le long de ses cuisses fuselées, achevant de transfigurer l'employée soumise en strip-teaseuse lubrique. La voix off semblait celle d'une fille au bord de l'orgasme.

"Caresse-toi ! ". Les pans de son chemiser s'ouvrirent à nouveau sur son ventre, et ses mains qui glissaient sur sa peau, vers ses seins. Eva dégrafa son soutient gorge par devant, remplaçant les bonnets par la paume de ses mains caressantes, et puis violentes lorsqu'elle tritura ses tétons entre ses doigts, rejetant sa tête en arrière, avant de me jeter au visage un regard fauve. Je sifflai ma bière d'un seul coup. "Montre-moi ton cul ! ". Elle se retourna, s'accroupit, releva sa chemise comme si elle allait uriner, avant de la jeter au travers de la salle. Sa petite culotte saillait entre ses fesses rondes, deux globes entre lesquels la dentelle n'en finissait pas de glisser. "Branle-toi ! ".

Elle se dirigea vers le siège à quatre pattes comme une chatte en chaleur, s'y agenouilla face au dossier, cuisses écartées, cambrée au maximum, se penchant toujours plus en avant jusqu'à ce que le siège bascule, sa petite culotte tendue à éclater sous la pression de sa vulve gonflée. Sa main glissa entre ses suisses et elle frôla son entre-jambes d'un doigt taquin, qui jouait à repousser l'élastique, toujours un peu plus loin, faisant saillir ses lèvres gonflées. Je déglutissais la petite coupe de champagne sans même m'en rendre compte.

Soudain, un spot éclaira une autre partie de la scène. Derrière un bureau cossu, une blonde platinée fumait un cigarillos, une main enfouie sous sa robe rouge sang qui farfouillait entre ses cuisses. Grande, son visage émacié et sévère était outrageusement maquillé. Une bretelle de sa robe avait glissé, libérant un sein lourd et ferme. La blonde se leva, se dirigea vers Eva qui gardait la pose, et approcha de son visage abandonné sur le cuir du fauteuil. Il écarta les pans de sa robe. "Suce-moi ! ".

Entre ses cuisses pendait une queue de vingt bons centimètres. Je faillit m'étrangler avec le cognac. La lumière s'éteignit sur cette vision infernale qui eut le mérite de me faire débander, me permettant ainsi de me lever en titubant. La note acheva de me remettre les idées en place et je me dirigeai promptement vers la sortie.

Je franchis les rideaux rouges comme une balle perdue et percutais une passante qui s'écroula sur le trottoir. Je la regardai se lever, tétanisé avant de tourner les talons et prendre la fuite comme si le diable était à mes trousses. Ce n'était pas complètement faux. Je venais de bousculer Madame Michaud, mon chef comptable, une vraie diablesse.

Cette vieille fille frustrée avait ses entrées chez le PDG qui ne l'était pas moins, et ces deux corbeaux passaient une bonne partie de leur temps à faire la chasse aux calendriers playboy qui fleurissaient dans les vestiaires des ouvriers plutôt que de redresser les comptes calamiteux de l'entreprise. Si elle m'avait reconnu, j'étais foutu, le PDG puritain me sabrerait sans état d'âme, invoquant un quelconque écart de conduite.

J'adorais les femmes, c'était mal vu, et il ne me restait plus qu'à prier tous les seins de la terre pour que cette vieille pie ne m'ait pas vu. Je rentrai chez moi la bouche pleine d'excuses, et allai me glisser au lit prétextant une migraine. Je dormis mal. Le lendemain matin, il ne me restait de la soirée que l'image de la vulve d'Eva à demi masquée par sa petite culotte, et je me rendis au bureau d'humeur guillerette, fin prêt à reprendre l'exploration exhaustive des sites pornographiques francophones. Quelques regards en coins me restituèrent l'intégralité de mes souvenirs.

A mon poste de travail, une lettre avait remplacé mon clavier. L'entretien qui suivit fût pénible. Faute lourde. L'historique des accès internet m'accusait. Je plaidais coupable. En vain. Demain serait mon dernier jour. Je passai ma journée à taper mon CV. Le soir arriva plus vite que prévu. J'allais devoir rentrer chez moi et expliquer à ma femme ma nouvelle situation de chômeur sans l'ombre d'un droit.

Ce serait délicat, et je retardai l'épreuve au maximum. Sans même m'en rendre compte, mes pas me portèrent à l'entrée de "chez Pandore" Le souvenir d'Eva surgit alors comme un bouton de fièvre, et je pénétrai à nouveau dans la boite de strip-tease.

Je fus accueilli par une slave d'applaudissements. Il y avait beaucoup plus de monde que la veille et, bizarrement, j'arrivais juste à la fin du show d'Eva, comme si ma vie en dehors de cette boite n'avait été qu'une parenthèse. Si je n'étais pas fâché d'avoir échappé au spectacle des parties génitales du transsexuel, j'étais découragé de ne pas avoir la chance de la revoir, elle. La serveuse me trouva une table dans un coin de la salle, à côté des toilettes. Je m'écroulai dans le siège, vaincu d'avance.

Oui, une petite coupe, au point où j'en étais. Et un whisky aussi. Un frisson me parcouru l'échine lorsqu'une femme en tailleur-petite culotte passa à côté de ma table. Eva s'arrêta à une table voisine, obtempérant à l'invitation d'un bel idalgo. De là où j'étais, je ne pouvais entendre leur conversation. Je ne voyais que son profil, à elle, tout en ombres, et qui masquait une partie de la scène où une chinoise se trémoussait. Il avait l'air exubérant. De loin, on avait l'impression qu'il faisait une chanson de geste.

Elle parlait peu, le regardait, en souriant. D'un coup, ils se levèrent et se dirigèrent vers le fond de la salle. Il s'assit sur un étrange fauteuil rond, dos au mur. Elle resta debout, tout près de lui, presque sur ses genoux. Et le fauteuil bascula d'un seul coup, faisant un demi-tour rapide pour ne présenter à la salle que son dossier en demi-cercle, presque aussi haut qu'un homme, formant ainsi une alcôve impénétrable. D'Eva, je ne voyais plus que le sommet des cheveux, qui montait et qui descendait.

J'étais hypnotisé par ce va et vient, par ces apparitions capillaires plus ou moins régulières, ignorant complètement les shows qui se succédaient sur scène. Parfois elle disparaissait complètement, avant de refaire surface quelques secondes plus tard. J'avais l'impression d'entendre leurs rires étouffés. Cela dura 5 bonnes minutes qui me semblèrent des heures. Enfin, sans préambule, le siège effectua un nouveau demi-tour, et tout était comme avant. Sauf que le type était rouge écarlate. Il retourna à sa place, suivit d'Eva qui le salua et rejoint le ballet erratique des filles entre les tables. J'attendis patiemment de croiser son regard pour esquisser un geste en sa direction. Elle approcha en souriant.

- Bonsoir, dis-je. Ma propre voix me surprit. Je parvenais à peine à articuler.

- Bonsoir, vous voulez un peu de compagnie ?

- Oui.

- Moi c'est Eva.

- Enchanté. Christophe.

- Vous m'offrez un verre ?

- Heu, Oui, bien sûr… qu'est ce que vous prenez ?

- Un coca light.

- Et un autre whisky pour moi, mademoiselle…

Eva avait une voix chaude et grave. Je vous restitue le dialogue comme ça, en gros, mais il était entrecoupé de silences terribles. J'étais à la fois excité et mal à l'aise. Son regard impénétrable me tenait en respect, la queue en l'air et les mains bien à plat sur la table. Je crevais d'envie de lui demander ce qui se passait derrière les fauteuils ronds, et je ne parvenais qu'à aligner des platitudes. Pour circonstances atténuantes, le galbe de ses seins qui apparaissait entre les pans de son tailleur me déconcentrait considérablement.

- Tu veux que je te fasse un show privé ? Je ne fus pas mécontent qu'elle aborde la question cruciale par sa réponse. C'était donc un show privé. Mais je n'en savais guère plus, et les questions qui me brûlaient les lèvres ne passaient pourtant pas leur barrière.

- Heu, pourquoi pas.

- 40 Euros.

- Ah ?

- On y va ?

- Oui.

Ce fût aussi simple que cela. Je la suivis vers le fond de la salle, avec le sentiment étrange que l'histoire était en train de basculer, non pas l'Histoire avec un grand H, juste la mienne, la minuscule. Je m'assis dans le fameux fauteuil, le coeur battant, et elle s'approcha de moi, tout près, si près que ses jambes frôlaient les miennes, si près qu'en fermant les yeux j'aurais sûrement pu sentir le parfum de sa peau. Le monde chavira d'un seul coup.

Résumons la situation. J'étais assis dans un siège avec une fille sublime sur les genoux, vêtue d'une veste et d'une petite culotte, rectification, d'une petite culotte seulement, et qui se dandinait face à moi, ses petits seins pointus à quelques centimètres de mon visage cramoisi, sa croupe effectuant d'amples mouvements circulaires alors qu'elle imprimait à son slip un va et vient qui le faisait disparaître dans sa motte comme un fil à couper le beurre. Inutile de dire que je bandais comme un cerf. Allais-je faire l'amour à Eva là, dans ce club, sur ce fauteuil ?

Sincèrement, j'en mourrais d'envie. Je posai le bout de mes doigts sur ses cuisses sans demander la permission. "On touche avec les yeux". Son sourire ne parvint pas vraiment à adoucir son regard. Les choses, aussi claires furent-elles, n'émoussaient cependant pas mon désir brûlant. Elle arrêta de se dandiner un moment, me considéra avec une moue enfantine, et se pencha à mon oreille. "20 euros de plus et je te fais un petit cadeau".

A ce moment là, j'aurais décroché la lune si elle me l'avait demandé. J'acquiesçai de la tête, incapable d'articuler un mot. Alors elle ôta sa culotte et me l'enfila sur la tête, le pif dans l'entrejambe, un oeil de chaque côté, les élastiques derrière les oreilles. Masqué comme un Zorro libidineux, j'assistais à la fin du spectacle en hyper ventilation, m'enivrant de ses effluves alors qu'elle me faisait un grand écart facial, debout, un pied sur le dossier du fauteuil, ouvrant sa chatte avec ses deux pouces en me disant "made in Italia".

C'est ainsi que j'appris ses origines piémontaises. Mais les meilleures choses ont une fin. A peine avais-je ôté le slip de ma figure qu'elle en avait enfilé un autre ainsi que son tailleur. Elle glissa le slip usagé dans ma poche, en souvenir, me fit un bisou sur le nez et le monde chavira à nouveau.

Je retournai à ma table en titubant, où Eva m'adressa un clin d'oeil complice avant de disparaître. Sauf que ce n'était pas ma table. C'était celle de mon beau-frère. Ce gros porc plein aux as faisait sauter la serveuse sur ses genoux, vous savez celle qui voulait me faire boire du champagne. D'ailleurs, il avait droit à toute la bouteille. Et histoire de me montrer qui il était, il en enfonça le goulot dans le sexe de la serveuse grimaçante. Elle se rattrapa en gloussant de rire jaune pour ne pas se faire virer.

Il faut dire qu'il était le nouveau proprio de la boite, et l'idée de l'avoir enrichit du montant de mes consommations me faisait proprement enrager. Il daigna me donner une explication, histoire de prendre sa revanche sur moi qui avais fait des études et qui le faisait savoir. Il venait juste de gagner au loto et, grâce à ses fréquentations louches que j'avais toujours décrié, il avait saisit la bonne affaire : "chez Pandore" était à vendre, et il se l'était offerte, cette boite renommée, et tous les notables avec. Il renvoya la serveuse à ses clients avec une bonne claque sur les fesses avant de me faire une réduction royale de 10% sur ma note. "Quand Martine va savoir ça" ajouta t'il en rigolant. Que voulez-vous, la chance sourit aux audacieux.

Je quittais la boite, les épaules voûtées et la queue basse. Martine était la soeur jumelle de ma femme. Elle s'était entichée d'un apprenti boucher quand elle avait 16 ans, et cet abruti était devenu mon beau-frère. Notez que je n'ai absolument rien contre les bouchers, mais ce représentant ne faisait pas honneur à sa profession.

D'ailleurs il n'était plus boucher depuis longtemps. Il avait aussitôt fait trois mômes à Martine pour toucher les allocs, il avait arrêté de bosser pour avoir le RMI, et il vivotait de petits trafics avec la mafia locale, passait des cigarettes et des prostituées albanaises au travers de la frontière italienne, n'hésitait pas à se faire payer en nature, bref, le genre glorieux.

Les rêves adolescents de Martine avaient ainsi été réduits à torcher le c u l de ses gosses et se faire sauter par ce sale type quand il n'avait pas de chair plus fraîche à sa disposition. L'acquisition de "chez Pandore" n'allait rien arranger, mais elle aurait au moins les moyens de passer ses nerfs sur une bonne portugaise, ça compense. En tous cas, dès que Martine saurait que j'avais passé la soirée avec une strip-teaseuse, ma femme le saurait et je passerais un sale quart d'heure.

Tout juste après avoir poussé la porte de la maison, je compris qu'elle savait. Elle en savait même plus que moi. C'est ainsi que j'appris avoir une maîtresse, une certaine Eva que j'allais voir tous les soirs, une cocotte que j'entretenais depuis des semaines avec l'argent du ménage. Je laissais passer l'orage plutôt que de me confondre en inutiles arguties.

C'est alors qu'elle me demanda où en était mon augmentation, parce que Martine, elle roulait en Mercedes classe A métallisée ce qui est très pratique pour faire les courses au supermarché. Je sentis la sueur inonder mon front et je m'épongeais par inadvertance avec le slip d'Eva que j'avais sous la main. C'est là que ma femme a vraiment vu rouge.

Le lendemain matin, j'allais au boulot en bus, pour la première et dernière fois. Ma femme était partie chez sa mère avec ma vielle AX bancale qui était maintenant la sienne. Ma dernière journée fût assez productive. Je parvins à terminer mon CV et à envoyer un mail à tout mon service : tout le monde était invité à un pot de départ informel chez bibi, le café du coin. Personne ne vint, à croire que ma disgrâce pouvait être contagieuse. Personne ne vint à part Jean-paul, cette vieille tantouze alcoolique prêt à brave.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


17545
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Histoire coquine : la première

image

Un voyage à Paris. Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insisté auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite

Histoire coquine, la toute première

image

Un voyage à Paris, Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale Française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insister auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages