Histoire vécue Sexualité > Désir - Plaisir      (1442 témoignages)

Préc.

Suiv.

Toutes options - suite 3

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2088 lectures | ratingStar_4703_1ratingStar_4703_2ratingStar_4703_3ratingStar_4703_4

Bonne lecture chères amies et amis…

Léa et Stéphane avaient fini quitter la concession et se dirigeait vers leur domicile.

Durant le voyage, il s était demandé si le cur du commercial tiendrait le coup durant journée. Cette pensée les avait fait éclater de rire. Il avait quitté ce pauvre commercial dans un état presque liquide.

Stéphane avait demandé au commercial de prendre le temps de réfléchir et de l appeler mardi prochain.

Le mardi, à l heure d ouverture, Léa déboula dans la concession et alla directement dans le bureau du commercial qui fut agréablement surpris par cette arrivée inopinée.

Les deux êtres parlèrent une bonne demi heure avant de se quitter. Léa semblait satisfaite de cette petite visite. Elle pensa à Stéphane le salop, il va en voir pour son pognon. Tu vas être mon chéri.

Le commercial n en revenait pas. Encore tourneboulé par la visite du couple où Léa s était largement offerte, sous l il de son mari, cette… en voulait plus, beaucoup plus. Il déboula dans l atelier et discuta avec les trois mécanos.

Le mardi après-midi, le commercial appela Stéphane pour lui faire une offre que Stéphane accepta sans négocier. La remise concédée par le commercial était largement à la hauteur de la reprise de Léa. L affaire fût conclue sur le champ. Samedi prochain, le couple irait dans la concession pour signer les papiers.

Toute la semaine, Léa imagina l offre, ou plutôt la surenchère qu elle avait négociée avec le commercial.

Le samedi, le couple fit son entrée dans la concession vers le 18h30. Le rendez vous avait été fixé suffisamment tard pour conclure l affaire tranquillement.

Michel, le commercial contempla plus ouvertement Léa et lui tendit une main chaleureuse. Elle semblait habillée de la même façon que samedi dernier, tout du moins pour ce qu il voyait.

Stéphane échangea une poignée de main avec Michel et tout le petit monde s installa dans le bureau vitré.

Alors que Stéphane lisait le contrat d achat du véhicule, le directeur commercial passa une tête dans l entrebâillement de la porte et interrompit quelques secondes la négociation.

- Michel, j y vais ! Je te laisse fermer. Bon week-end !

- Ca marche, pas de problème, passe un bon week-end. A mardi ! Répondit Michel.

Chacun s apprêtait à signer le contrat d achat.

- Tiens, cela me fait penser que j'ai un modèle équivalent à celui que vous venez de commander. C est un véhicule que nous devons livrer mardi matin. Si vous voulez, on peut aller le voir, vous verrez par vous-même. Il est dans l atelier.

Léa se retourna vers Stéphane.

- Ohhh oui, bonne idée. Allons voir mon chéri ! Suppliant Stéphane.

- Pourquoi pas ! Répondit Stéphane.

Le contrat signé, le couple précédé de Michel se dirigea vers l atelier.

Une Mini Cooper trônait, éclatante, au milieu de l atelier crasseux.

- Elle est su-per-be s exclama Léa. T as vu la couleur Stéphane ? La même ! Et cette petite frimousse, j adooore.

Alors que Stéphane contemplait la voiture et sa femme était en train de s extasier, il sentit ses bras pris par des tenailles qui le firent reculer brutalement. Il manqua de tomber, se rattrapa tant bien que mal. Il tourna la tête et vit deux grands gaillards, peu courtois, qui l attiraient en arrière. En moins de deux secondes, ils étaient déjà en train de l attacher solidement à un portique métallique.

La rapidité de l action fut elle que Stéphane n eut pas le temps de faire quoique ce soit pour contrer les deux individus. Un bâillon recouvra sa bouche et étouffa ses phrases.

Léa regarda la situation en lâchant un petit cri de stupeur et se retourna vers Michel.

- Michel, j avais juste dit d inviter deux trois collèguesmais rien de plus !

- La ferme espèce de petite… ! Nous avons un peu modifier le scénario déclara un mécano. Tu vas en avoir pour ton argent toi, en se retournant sur Stéphane qui essayait déjà de se détacher.

- Pas la peine d essayer, c est du solide mon grand ! Ricana Pedro.

Quatre hommes entouraient Léa. Michel le commercial, Pedro, le chef d atelier, Daniel et Sylvain. Les trois mécanos étaient toujours vêtus de leur bleu de travail quelque peu crasseux, des tâches d huile, de graisse maculant leurs vêtements.

- Allez, montre ce que tu caches là-dessous petite… ! Lâcha Pedro.

- Tu ne vas pas en croire tes yeux Pédro. Répondit Michel. Cette petite… ne portait pas grand-chose la dernière fois dans mon bureau. Vous allez voir que je disais vrai, une vraie de vraie cette nana.

Léa mordillait un doigt par la tournure des événements. Pas même un mot réussit à sortir de sa bouche. Juste, quelques petits cris de peur.

Pédro se positionna derrière elle pour lui maintenir les bras.

- Allez les gars, ouvrez moi cette veste qu on voit ce qu elle cache cette… !

Daniel n hésita pas une seconde. Rien que la situation le faisait déjà bander.

- Voyons les petits trésors que tu caches là-dessous. Daniel attrapa les deux pans de la veste et les écarta dans une violence telle que tous les boutons furent projetés à travers l atelier.

Daniel s extasia devant la beauté du corps de Léa à peine plus vêtue qu un nouveau né.

- La vache, c est vrai les gars, elle est fringuée comme une… Regardez moi ça !

Daniel releva sa tête et campa son regard dans les yeux de Léa.

- On va s occuper de toi ma chérie. Tu vas voir.

Daniel posa directement sa main entre les jambes de Léa, insinua deux doigts dans le string ouvert et fouilla immoralement son sexe.

- Mais c est qu elle mouille cette… ! Et pas qu un peu.

- Non ? Montre moi ça. S exclama Pédro lâchant les bras de Léa.

- Oh… j en reviens pas. Déjà de derrière c est très joli mais alors là ! Y a pas à dire, un joli petit lot cette gonzesse. J adore ton petit ensemble de…

- Il doit pas s emmerder ton mari avec une nana comme toi. Pédro se retourna sur Stéphane pour accompagner ses mots.

Stéphane essaya de crier mais le bâillon bloqua sa plainte verbale.

- T inquiète pas, reprit Pedro, on va bien s en occuper de ta… de femme. Hey, je suis sûr que cela va même te faire bander de nous voir baiser ta femme.

- Hey les gars, se retournant vers les mâles en rut, je vous parie qu il bandera avant qu on ait fini de baiser sa femme ! Ricana t il.

Pédro était comme déchaîné. Il alla dégrafer le pantalon de Stéphane et le descendit à ses genoux ainsi que son slip. Son sexe pendouillait mollement entre ses jambes. On va voir si ton baromètre, ou plutôt si ton bitomètre, réagit ah ah ah,! Pedro semblai fier de son jeu de mots beauf au possible !

Pedro revint vers Léa.

- Alors tu dis qu elle mouille Daniel ? Pédro écarte le string ouvert et posa ses mains sales sur la chatte trempée de Léa et extirpa de la mouille sur ses doigts.

Léa ferma les yeux sous cette caresse experte pour mieux laisser le plaisir l envahir.

- Une vraie petite chaudière ! Lèche ça sale… !

Pédro força l entrée de la bouche de Léa en enfonçant son doigt.

- Allez suce, montre nous ce que tu sais faire. Applique toi ma belle. Tout à l heure, ce sera le tour nos queues !

Léa sentit le goût de sa mouille mélangée à un goût particulier, sûrement un peu d huile ou de graisse se dit elle.

Sylvain contemplait Léa qui était déjà bien en main. Plutôt timide de nature, il avait juste sorti son sexe et se branlait doucement.

- Allez viens Sylvain, viens voir comme elle mouille cette…

Sylvain vint à son tour toucher la chatte humide de Léa. Léa remarque que ses mouvements étaient bien plus doux que les deux autres lascars. Ils se regardèrent un instant, profondément. Léa sentit comme de la compassion dans le regard de Sylvain. Cependant, Sylvain finit par inscrire sur sa bouche un sourire lubrique.

- Vous êtes des tous des salops cria Léa.

- La ferme… s exclama Pedro. Tu pourras ouvrir ta bouche uniquement pour sucer nos queues. Le reste, on s en branle !

- Daniel, vas chercher la desserte, on va l allonger dessus.

Daniel ramena la desserte crasseuse, recouverte de tâches de graisse.

- Allonge toi la dessus. On va te faire faire un tour de manège ma poule.

Daniel poussa Léa sur la desserte pour l obliger à s allonger.

- Non pas sur le ventre ! Sur le dos ! Lâcha Daniel.

Léa se retourna et posa sa croupe sur la déserte crasseuse. Elle sentit tout d abord le froid glacial de la surface en acier qui lui fit frémir son corps. Ensuite, elle sentit la graisse répugnante s étaler sous ses fesses.

Pédro alla chercher un peu de corde et attacha les mains et son corps sur la déserte.

- Lève les jambes que je teste le manège !

Le geste accompli, Pédro fit tourner la desserte sur elle-même.

- Regardez les gars, c est pas une bonne idée que j'ai eue là !

Léa tournait les jambes un peu levées la tête en arrière dans le vide. Attachée ainsi, les quatre gars pouvaient désormais profiter d elle sans qu elle ne puisse contester.

- Allez mettez vous autour, vous allez voir comment on peut baiser une… à quatre.

Les quatre hommes s installèrent autour de la déserte, leur queues prêtes raides comme des gourdins.

- Daniel, mets toi en face, impeccable. Sylvain et Michel, vouai comme ça !

Face à face, deux à deux, un couple d hommes pouvait s occuper de Léa alors les deux autres regardaient. Il suffisait de faire faire un quart de tour à la déserte pour que l autre couple d hommes prenne le relais.

- C est pas con ton idée ! S exclama Sylvain. On va pouvoir la baiser deux par deux !

Pedro disposait de la bouche de Léa qui avait la tête basculée en arrière. Il commença a poser son gland sur les lèvres fermées puis poussa pour écarter les mâchoires de Léa.

- Allez ouvre ta bouche petite… et suce moi bien à fond. Pedro entama de profond va et vient en maintenant la tête de Léa entre ses mains crasseuses.

En face, Daniel avait déjà saisi les chevilles de Léa qu il avait remontées sur ses épaules. Il avait regardé un instant sa chatte offerte et son petit trou plissé puis s était dit que son petit cul était trop beau pour passer à côté. De plus, l idée se retrouver bien serré entre les muscles de cet illet était une sensation qu il ne voulait manquer pour rien au monde. Il cracha sur le trou et étala de la salive sur le pourtour et un peu à l entrée.

Il posa sa queue sur l anus et força le passage en s enfonçant dans les chaires jusqu à que ses couilles viennent toucher les fesses de Léa.

Léa essaya de recracher la queue de Pédro pour crier mais ce salop était planté au plus profond de sa bouche, à lui décrocher amygdales.

-… ce qu elle est serrée cette… ! Tu vas voir ce que je vais te mettre dans le cul ma belle. Daniel sortit du fondement de Léa et recracha sur l illet pour l humidifier de nouveau. Il reposa son gland sur le trou plissé et força de nouveau le conduit étroit et commença à la pistonner sans ménagement.

Léa gémissait sous les coups de boutoirs tandis que Pédro se faisait astique le manche entre ses lèvres. La déserte bougeait à chaque coup de boutoir de Daniel. De l autre côté, c était Pedro qui retenait la déserte avec sa queue planté dans la bouche de Léa.

Stéphane n en revenait pas de la façon obscène qu il baisait Léa. Cela semblait irréaliste. Léa était comme embrochée entre les deux queues. Il ne savait plus si Léa criait de douleur ou de plaisir. Cela ressemblait à du plaisir en tous cas. Voir sa femme possédée ainsi déclancha un certain désir en lui et sa queue ne manqua pas de commencer à grossir.

Après quelques minutes, Pedro sortit de la bouche de Léa. Elle était couverte de salive, qui avec les allers retours répétés, avait fini par produire une sorte de bave infâme, presque mousseuse.

- Allez les gars à votre tour. Daniel sort de son cul !

Daniel sortit sa queue des chaires distendues. L anus resta ouvert.

Pedro fit tourner la déserte d un quart de tour. C était maintenant au tour de Michel et Sylvain de besogner Léa. Michel attrapa les chevilles de Léa qu il souleva bien haut pour contempler les deux orifices. Le cul de Léa était encore entrouvert.

- La vache, tu l as défoncée comme il faut mon salop. Elle a encore son cul tout ouvert ! Je vais attendre qu il se referme un peu avant de l… à mon tour !

Michel plongea sa tête entre les jambes de Léa pour goûter à sa mouille abondante.

- J adore ta mouille ma belle, un vrai régal ta chatte ! Je vais te la mettre bien profond.

Michel tapota son gland sur le clito de Léa, titilla le bouton tout rouge et positionna son gland sur les lèvres pendantes. D un mouvement de rein, il se laissa glisser, dans une infinie douceur, au plus profond de cette chatte humide.

-… elle mouille tellement cette garce que j'ai du mal à me sentir bouger.

Soudain, Pedro s exclama.

- Pari gagné les gars, regardez moi ça, il bande comme un taureau. Je vous l avais bien dit. Se retournant vers Stéphane.

- Ca t excite hein mon grand de voir ta femme se faire baisser comme une… ! T inquiète pas, ce n est que le début !

Sylvain pendant ce temps là avait investit la bouche de Léa.Son objectif était visiblement de s enfoncer jusqu à que ses couilles touchent le front de Léa. Ses va et vient étaient lents mais un peu plus profonds à chaque fois, comme pour laisser Léa s habituer à l engloutissement de cette queue de bonne proportion. Léa ouvrait sa mâchoire tant que possible, tirait la langue pour laisser la queue pénétrer sa gorge. Au bout d une dizaine de va et vient et à force de persévérance, elle sentit les bourses de Sylvain toucher son front et le pubis effleurer ses lèvres. Sylvain resta un instant planté puis ressortit doucement.

Léa reprit son souffle et tira la langue pour appeler cette queue. Le moment était venu d aller bien au fond. Sylvain poussa doucement alors que Léa dégagea comme il faut ses voies aériennes en basculant bien sa tête en arrière. Elle sentit le gland aller plus loin que d habitude, ce qui provoqua un petit haut de cur qu elle contrôla à merveille. Le pubis de Sylvain était plaqué sur les lèvres de Léa alors que ses couilles s écrasaient sur le front.

Michel quant à lui ne sentait pas grand-chose tellement Léa mouillait. Il remonta les chevilles d un cran et sortit sa queue. Les grandes lèvres restèrent en place, écartées comme un fruit trop mûr. Il posa son gland humide sur le cul de Léa qui s était refermé et poussa d un coup sec dans les entrailles.

Léa ne sentait plus grand-chose avec le traitement qu elle venait de recevoir de Pedro. Sûrement que la taille de son sexe y était pour quelque chose.

Pendant que Léa se faisait besogner par Michel et Sylvain, Pedro et Daniel avaient entrepris un subtil massage de ses tétons qui ressemblaient à de grosses billes. Ils s aventuraient de temps en temps à malaxer ses mamelles pendantes puis tiraient de nouveau sur les pointes.

Léa ne savait plus très bien si c était le traitement de ses seins, de sa bouche ou de son cul qui la faisait mouiller. Dans tous les cas, elle prenait son pied comme une folle.

- Allez les gars, votre tour de manège est terminé !

Pedro jouait à merveille son rôle d intendant tel un forain devant son attraction.

- Allez sortez de là. On va la prendre à deux avec Daniel ! J'ai envie de tester une petite double avec elle.

Sylvain détacha Léa et l aida à se redresser.

Léa avait son visage maculé de bave. Son rimmel laissait des traînées noires tomber de ses yeux tel un pierrot. Ses lèvres précieusement maquillées à son arrivée étaient maintenant affreusement barbouillées.

Pedro s allongea sur une couverture la queue bien raide.

- Allez vient faire un petit tour sur mon pieux ma chérie.

Léa ne se fit pas prier. Elle enjamba le corps de Pedro et descendit pour s empaler la chatte. Puis, elle bascula son corps contre son torse velu de Pedro en écrasant sa poitrine.

Derrière, Sylvain s installa accroupi et cracha sur le cul de Léa. Il attrapa fermement les hanches de Léa et laissa sa queue s enfoncer dans les intestins. Il sentit au passage la queue de Pedro a travers la fin paroi de muqueuse.

Léa commença à bouger et à gémir alors que Sylvain la sodomisait à grands coups de pistons.

- Regardez moi ça, elle a pas froid au yeux !

Léa gémissait de plus en plus fort.

- Allez y, baisez moi bien à fond bande de crasseux. Je vous sens à peine avec petites pines d ado !

Les gars étaient sur le cul et furieux par la provocation de Léa.

- Alors comme ça tu trouves que l on est mal monté, pas de problème ma belle, tu vas les sentir nos petites queues, t inquiète pas.

- Daniel, sors de son cul et viens fourrer ta queue avec la mienne dans sa chatte.

Daniel exécuta la manuvre et rentra sa queue trop de difficulté.

Léa bougea de plus belle accompagné de cris. Les deux queues distendaient sa chatte mais la mouille abondante facilitait sans problème les va et vient.

- ahh c est mieux les gars, un peu juste pour moi mais allez, défoncez moi mon con. Baisez votre… ! Profitez bien de moi !

Stéphane n en revenait pas des mots que Léa lâchait. Elle était excitée au plus haut point, laissant corps bringuebaler et sa tête balancer.

Les deux gars s excitèrent et secouèrent le corps de Léa brillant de Sueur.

- Alors comme… est encore un peu juste, vexé par les mots de Léa. Eh bien voyons si ton cul tiendra la route sale bouffeuse de…

Léa releva la tête n étant pas bien certaine d avoir compris cette phrase.

Daniel et Pedro sortirent de la chatte qui resta largement ouverte par l épreuve qu elle venait de subir. Pedro, entra le premier sans grande difficulté dans le cul de Léa. Pour Daniel, la manuvre fut plus délicate. Sa queue glissa une ou deux fois, puis la saisissant fermement dans sa main, il poussa et sentit les chaires se détendre.

Léa Sentit son cul s écarteler sous la pénétration des deux queues. Léa reprit sa respiration et sentit les deux hommes commencer à s enfoncer dans son conduit étroit.

Léa lâcha un cri profond lorsque les deux queues arrivèrent au plus profond de son anus.

Les deux queues s activèrent en cadence. Elle sentit le plaisir monter de ses entrailles et parcourir tout son corps. Son corps se raidit pour laisser sa jouissance s exprimer. Les hommes ne tinrent pas très longtemps et lâchèrent presque ensemble leur sperme chaud au plus profond de sa rondelle. Léa sentait les queues palpiter à chaque expulsion de sperme.

Tout d un coup, à peine avait elle repris ses esprits qu elle sentit un liquide chaud asperger son visage. Sylvain, excité par la position et la pénétration incroyable s était branlé vigoureusement pour cracher son sperme sur la tête de Léa. Michel avait également entrepris une branlette en règle. Quelques secondes plus tard, il vida ses couilles dans la bouche de Léa qu elle ne manqua de sucer pour tout avaler.

Les corps étaient repus par cette partie de baise quelque peu intense.

Léa demanda à Michel si la reprise était à la hauteur de ses espérances. Michel répondit qu une occasion pareil ne pouvait pas se rater !

Tout le monde se rhabilla tranquillement. Léa remis sa veste et rapprocha les pans en nouant la ceinture autour de sa taille.

Pedro s avança près de Stéphane qui avait le sexe avec quelques gouttes de sperme qui perlait.

- Et comme nous sommes des gentlemans, lâcha Pedro avec un triste accent anglais, voilà le pognon pour nous avoir laissé si gentiment baiser ta… de femme. Elle est vraiment bonne. Tu peux revenir quand tu veux, ricana t il en glissant quelques liasses de billets dans la poche de la chemise de Stéphane.

- Alors mon chéri, j'ai l impression que tu as eu une frayeur ? Tu vois, moi aussi je peux avoir des petites idées ! Tout ceci n était qu un coup monté ! Enfin un coup, je dirai plutôt plusieurs coups montés mon amour ! Et à en voir ta queue, je vois que toi aussi tu as pris ton pied !
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


4703
b
Moi aussi !
26 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Histoire coquine : la première

image

Un voyage à Paris. Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insisté auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite

Histoire coquine, la toute première

image

Un voyage à Paris, Voilà un mois que je prépare ce voyage, Rendez-vous prix avec mes amis du net dans la Capitale Française pour ce jour. Le soir, tous seront au rendez-vous, mais je n'ai pas insister auprès de celui que je préfère, peur de...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages